À surveiller: Couche-Tard, Dollarama, Bombardier

Publié le 28/08/2018 à 08:33

À surveiller: Couche-Tard, Dollarama, Bombardier

Publié le 28/08/2018 à 08:33

Par Dominique Beauchamp

Que faire avec les titres de d’Alimentation Couche-Tard, Dollarama et Bombardier? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.


Couche-Tard (ATD.B, 62,21$): son évaluation n’a pas fini de se rétablir


L’évaluation d’Alimentation Couche-Tard s’est relevée de 13% depuis la mi-mai, de 13,6 à 15,3 fois le bénéfice prévu dans un an, et cette remontée n’est pas finie, croit Jim Durran de Barclays.


«Le titre s’échange en fonction de sa performance aux États-Unis qui lui procure 60% de ses profits bruts. Son multiple peut retrouver sa moyenne historique de 17 fois si ses plus récents repères de performance se maintiennent ou s’améliorent davantage au premier trimestre», explique l’analyste.


Cela se compare à des multiples de pointe de 23,7 fois en 2015 et de 24,8 fois en 2002. 


M. Durran fait ici référence au rétablissement des ventes des dépanneurs comparables et au nouvel effort pour ajouter des aliments (hot dogs, pizza et sandwiches) à l’offre aux États-Unis en empruntant progressivement les meilleures pratiques de Holiday StationStores, acquis en décembre 2017.


M. Durran s’attend à une croissance de 1,5% des ventes des dépanneurs comparables aux États-Unis, de 3% en Europe et de 2% au Canada, au deuxièeme trimestre attendu le 5 septembre.


«Si à terme, Couche-Tard réussissait à doubler la proportion des ventes provenant des aliments à 22%, c’est 1,2 milliard de dollars américains ou 13% qui s’ajouteraient à ses ventes et 690M$US à ses profits bruts», précise l’analyste.


Entretemps, M. Durran prévoit un bond de 46% des revenus à 14,3G$US grâce à la contribution de CST Brands et de Holiday et aux prix plus élevés pour l’essence à la pompe, au deuxième trimestre.


Le bénéfice d’exploitation devrait augmenter de 21,8% à 707M$US. Cet écart provient de la proportion plus élevée des ventes d’essence et de la compression des marges d’essence que provoque de la hausse du cours du pétrole brut.


Ces deux facteurs annuleront une partie du levier d’exploitation attendu des synergies des deux dernières acquisitions et des mesures internes de productivité, entrevoit l’analyste.


La hausse de 30,9% du bénéfice à 0,88$US par action qu’il prévoit se compare au consensus de 0,81$US.


M. Durran augmente son cours-cible de 72 à 73$ en se projetant en 2020. Cela chiffre le gain potentiel à 17%.


Dollarama (DOL, 48,63$): rebond des ventes en vue au deuxième trimestre



image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

Sur le même sujet

La Banque mondiale demande des explications à Bombardier

L’organisme lui a transmis une lettre de demande de justification relative à un contrat de matériel ferroviaire.

Bombardier: stupeur et inquiétude à Belfast

02/05/2019 | Martin Jolicoeur

L'annonce de Bombardier ajoute à l'inquiétude économique entourant le Brexit en Irlande du Nord.

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

25/05/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour le 25/05/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.