À surveiller: Canada Goose, Héroux-Devtek et Apple

Publié le 24/05/2022 à 11:20

À surveiller: Canada Goose, Héroux-Devtek et Apple

Publié le 24/05/2022 à 11:20

Par Denis Lalonde
Une boutique Canada Goose

Mark Petrie, de Marchés des capitaux CIBC, abaisse son cours cible sur un an sur le titre de Canada Goose malgré la publication de bons résultats financiers. (Photo: Getty images)

Que faire avec les titres de Canada Goose, Héroux-Devtek et Apple? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

 

Canada Goose (GOOS, 26,75$): des résultats financiers solides au 4e trimestre

Le fabricant de manteaux et de vêtements Canada Goose a dévoilé de solides résultats financiers au quatrième trimestre de son exercice 2022 terminé le 3 avril. L’entreprise a également présenté de bonnes prévisions pour son exercice 2023.

«Les marges bénéficiaires devraient récupérer considérablement par rapport à leur niveau déprimé pandémique, mais rester inférieures à leur niveau prépandémique», note l’analyste Mark Petrie, de Marchés des capitaux CIBC.

Même si ce dernier considère que le potentiel de croissance à moyen et à long terme de Canada Goose est attrayant, il continue de voir des risques élevés, tant saisonniers que géographiques.

«Les résultats du quatrième trimestre ont été bons, surtout grâce aux États-Unis et au Royaume-Uni, alors que le Canada et l’Europe continentale ont souffert d’une baisse du tourisme, tandis que la Chine a été affectée par de nouveaux confinements», raconte l’analyste.

Selon lui, les manteaux d’hiver de Canada Goose sont toujours les produits les plus populaires de la société, mais les ventes de vêtements plus légers sont en bonne croissance et deviennent de plus en plus une partie vitale de son modèle d’affaires.

Mark Petrie ajoute que l’entreprise mise, dans ses prévisions pour 2023, sur une normalisation des comportements des consommateurs en Chine d’ici le troisième trimestre. «Règle générale, les prévisions de la direction de Canada Goose sont responsables. Il est probable que cela se produise, mais c’est impossible à prédire avec certitude en raison de nombreuses variables qui peuvent entrer en ligne de compte», explique-t-il.

Avant la pandémie, Canada Goose a fait état de deux années avec une marge sur le bénéfice avant intérêts et impôts (BAAII) d’environ 25%. «Nous pensons que l’entreprise présente le potentiel d’y revenir, grâce au virage des ventes directes aux consommateurs, qui présente une profitabilité plus importante (que les ventes de gros, NDLR)», dit-il.

Canada Goose devra toutefois rebâtir la productivité de ses boutiques pour y parvenir et aller chercher de nouveaux clients dans ses marchés existants.

L’analyste souligne que le titre de la société a subi une baisse de 57% au cours des six derniers mois, alors que le S&P/TSX a reculé de seulement 5,8%.

«Nous croyons que le titre commande une évaluation de son ratio cours/bénéfice de l’exercice 2023 à escompte de 21 fois, lui qui était de 28 fois». Mark Petrie réitère sa recommandation de «conserver» le titre et abaisse donc son cours cible sur un an, lui qui passe de 45 $ à 37 $.

 

Héroux-Devtek (HRX, 14,25$): de la place pour des fusions et acquisitions

Sur le même sujet

Titres en action: TotalEnergies, Amazon

Mis à jour à 10:11 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Produits forestiers Résolu va conserver son siège social à Montréal, assure son PDG

Mis à jour à 13:51 | La Presse Canadienne

Résolu continuera d’exercer ses activités sous la même dénomination et l’équipe de direction demeurera à Montréal.

À la une

États-Unis: les fabricants étrangers de lait maternisé invités à rester sur le marché

Il y a 57 minutes | La Presse Canadienne

La fermeture d'une usine du Michigan dirigée par Abbott a déclenché une pénurie à l’échelle nationale.

Le marché immobilier se modère dans la grande région de Montréal

Le nombre de transactions résidentielles a diminué de 11% en juin.