À surveiller: BRP, Stella-Jones et Constellation Software

Publié le 12/05/2020 à 08:32

À surveiller: BRP, Stella-Jones et Constellation Software

Publié le 12/05/2020 à 08:32

Par Dominique Beauchamp

Une motomarine conçue par BRP (Photo: courtoisie_

Que faire avec les titres de BRP, Stella-Jones et Constellation Software? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

BRP (DOO, 40,55$): plusieurs mauvais trimestres à traverser avant l'éventuelle reprise

L’action du fabricant de véhicules récréatifs de Valcourt a peut-être atteint le fonds du barils en Bourse, mais les prochains trimestres seront très difficiles pour l’entreprise, prévient Cameron Doersken, de la Financière Banque Nationale.

Le récent rebond de 118% de son action, qui reste à la baisse de 31% depuis le début de l’année, illustre à quel point l’incertitude plane sur les perspectives de la société.

Au premier trimestre clos le 30 avril qui sera dévoilé le 28 mai, l’analyste prévoit une chute du bénéfice de 0,55$ à 0,02$ par action alors que le consensus est de 0,33$.

«BRP avait suspendu la majorité de sa production à la fin de mois de mars et la reprise des usines mexicaines ne se fera pas avant la fin de mai, au plus tôt. La réouverture des usines pourrait être laborieuse et rencontrer des problèmes d’approvisionnement. Les revenus de BRP seront donc sévèrement affectés au premier trimestre et probablement aussi pour ceux qui suivent», prévoit M. Doersken.

L’analyste prévoit d’ailleurs un recul de 18% des revenus à un milliard de dollars, au premier trimestre.

Malgré tout, l’analyste a bon espoir que BRP se remette mieux de la pandémie cette fois grâce à l’expérience acquise lors de la crise financière de 2008-09.

Le fabricant est en meilleure posture qu’il y a 12 ans puisque son offre de produits est plus diversifiée, certains véhicules gagnaient des parts de marché avant la COVID-19 et le consommateur est moins déprimé et moins endetté qu’il l'était en 2008, énumère-t-il.

La semaine dernière, BRP a contracté un nouveau prêt à terme de 600 millions de dollars américains qui lui servira à rembourser la dette à terme rotatif dans laquelle elle a puisé dès le début de la crise.

La société dispose donc de liquidités de 680 M$US et d’un emprunt à terme rotatif de 700 M$US.

Toutefois, le titre aura besoin d’entrevoir des indices d’un retour de la confiance des consommateurs et des indicateurs de reprise économique avant de prendre une trajectoire haussière durable.

Même s’il retire sa recommandation d’achat, M. Doersken augmente son cours cible de 38 à 40$, dans l’espoir que 2022 soit la première année d’un retour partiel à la normale.

Cette cible équivaut à 8 fois le bénéfice d’exploitation de 685 M$ qu’il prévoit en 2022.

 

Stella-Jones (SJ, 34,08$): la résilience du fabricant de traverses plaît dans la conjoncture actuelle


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

Les titres boursiers qui ont retenu l'attention cette semaine

Quels titres boursiers et rapports d'analystes ont retenu l'attention cette semaine?

Bourse: la sous-performance des titres à petite capitalisation tire à sa fin

BALADO. À la sortie des corrections, les rendements potentiels des titres à petite capitalisation sont importants.

À la une

Pourquoi les É-U veulent-ils taxer l'aluminium canadien?

Les États−Unis menacent encore une fois de déclencher une nouvelle guerre tarifaire avec le Canada.

Équité salariale: les syndicats gagnent la première manche

Il y a 43 minutes | La Presse Canadienne

Un litige les oppose au gouvernement du Québec quant au maintien de l’équité salariale.

La stratégie de relance du Cirque du Soleil irrite ses créanciers

Des créanciers ont l’intention de s’opposer à la convention d’achat intervenue entre l’entreprise et ses actionnaires.