À surveiller: BRP, Snap et Pages Jaunes

Publié le 08/11/2017 à 09:04

À surveiller: BRP, Snap et Pages Jaunes

Publié le 08/11/2017 à 09:04

Par Stéphane Rolland

Que faire avec les titres de BRP, Snap et Pages Jaunes? Voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement. Note: l'auteur peut avoir une opinion différente de celle des analystes.

BRP (DOO., 44,19$) : encore de l’espace pour la croissance

Cameron Doerksen, de Financière Banque Nationale, croit que le bénéfice de BRP stagnera au troisième trimestre, mais il demeure optimiste pour le fabricant de véhicules récréatifs.

La société de Valcourt devrait publier ses résultats le premier décembre prochain. L’analyste anticipe que le bénéfice par action se maintiendra à 0,93$. Le consensus des analystes est un peu plus optimiste à 0,94$.

M. Doerksen croit que le contexte macro-économique est favorable à BRP. La confiance des consommateurs est un indicateur clé, qui influence les ventes. À ce sommet, les Américains n’ont jamais été aussi confiants depuis 2000.

Le lancement de nouveaux véhicules est une autre source de croissance. En septembre, BRP a lancé un cinquième véhicule tout-terrain et trois autres seraient encore dans les cartons. «Pour cette raison, nous croyons qu’il y a encore des possibilités de gagner encore plus de parts de marché dans les deux prochaines années. »

Il estime que l’évaluation du titre est « raisonnable ». L’action s’échange à 18,8 fois les bénéfices 2017, comparativement à 23,6 fois pour Polaris.

Financière Banque National maintient sa recommandation « surperformance » et bonifie sa cible, qui passe de 46$ à 49$.

À la une

Cinq conseils pour améliorer ses chances de financement

Édition du 18 Janvier 2023 | Karl Rettino-Parazelli

FINANCEMENT. Comment maximiser ses chances d'obtenir un prêt désiré?

Arrêtez de vous sous-évaluer comme entrepreneur!

BLOGUE INVITÉ. Attention, vendre à bas prix comporte des risques et des effets pervers.

La taxe de 2% sur les rachats d'actions des sociétés rapporterait 3 G$ en cinq ans

Le gouvernement souhaite inciter les entreprises à plutôt réinvestir leurs bénéfices dans leurs activités.