À surveiller: Bombardier, Goldman Sachs et Aritzia

Publié le 16/10/2019 à 08:58

À surveiller: Bombardier, Goldman Sachs et Aritzia

Publié le 16/10/2019 à 08:58

Par Jean Gagnon
Un appareil A220 du transporteur aérien Swiss

Un appareil A220 du transporteur aérien Swiss (Photo: courtoisie)

Que faire avec les titres de Bombardier, Goldman Sachs et Aritzia? Voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement. Note: l'auteur peut avoir une opinion différente de celle des analystes.

 

Bombardier (BBD.B, 1,63 $): L’occasion est belle de vendre des actifs non-essentiels, suggère un analyste

Fadi Chamoun, analyste chez BMO Marchés des capitaux, croit que Bombardier devrait examiner de près la possibilité de vendre avant terme sa participation dans la co-entreprise avec Airbus concernant la production des avions de l'ex-CSeries.

L’analyste estime que la valeur de cet actif, combinée aux revenus générés par la vente de son programme d’avions régionaux à Mitsubishi Heavy Industries et d’autres actifs aéronautiques, surpasserait la valeur de la capitalisation boursière actuelle de la société.

Comme les coûts reliés à sa dette totalisent actuellement près de 1 milliard de dollars par année. l’utilisation de ces sommes pour accélérer le processus de désendettement de l'entreprise pourrait être une source de création de valeur significative, selon l’analyste de la BMO.

L’occasion est belle d’autant plus que Bombardier approche un point d’inflexion où ses divisions Transport et Avions d’affaires vont commencer à générer des flux de trésorerie positifs et soutenables, prévoit l’analyste.

Sa recommandation est «surperformance» et son cours cible est de 4,00$.

En disposant de sa position dans la co-entreprise avec Airbus plutôt que ce que l’entente prévoit, Bombardier pourrait toucher environ 2,3 milliards de dollars, estime l’analyste.

L’utilisation de ces fonds pour réduire sa dette créera de la valeur instantanément, compte tenu qu’elle réduira les coûts de financement, mais aussi, et ce qui est plus important encore selon l’analyste, c’est qu’elle réduira les craintes des investisseurs quant aux risques de liquidité en cette période d’incertitude économique et d’échéances de dettes importantes.

La transaction est certainement réalisable, selon Fadi Chamoun, car l’achat des intérêts minoritaires de la co-entreprise par Airbus pourrait être plus intéressante pour elle maintenant que lorsque le programme atteindra un taux de production plus élevé.

 

Goldman Sachs (GS, 206,46 $US): Les revenus d’investissement et de prêt ont pesé sur les résultats

À la une

Sail ferme six magasins, 500 emplois touchés

Sail Plein Air ferme entre autres ses quatre établissements Sportium au Québec.

Au tour de Sail de se protéger de ses créanciers

C'est au tour des enseignes Sail et Sportium de se placer à l’abri de leurs créanciers.

Récompense de 50M$US pour un lanceur d'alerte

13:35 | AFP

La SEC n'a pas dévoilé le nom de l'entreprise visée afin de protéger l'identité du lanceur d'alerte.