À surveiller: Boeing, Barrick Gold et Hexo

Publié le 20/01/2020 à 09:02

À surveiller: Boeing, Barrick Gold et Hexo

Publié le 20/01/2020 à 09:02

Par Jean Gagnon
Des appareils Boeing 737 Max appartenant au transporteur United

Des appareils Boeing 737 Max appartenant au transporteur United (Photo: Getty images)

Que faire avec les titres de Boeing, Barrick Gold et Hexo? Voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement. Note: l'auteur peut avoir une opinion différente de celle des analystes.

 

Boeing (BA, 324,15 $US): Ce sera le temps d’être humble

Le constructeur d’avions américain présentera ses résultats trimestriels dans une dizaine de jours, et l’analyste de Canaccord Genuity, Ken Herbert, croit que le nouveau président, David Calhoun, aura toutes les raisons d’adopter une approche très conservatrice quant aux perpectives du programme 737 MAX et de celles de la société en général pour l’ensemble de l’année 2020.

Une des principales leçons que Boeing doit tirer de l’année 2019, c’est bien celle de ne pas émettre des hypothèses trop optimistes, selon l’analyste.

L'entreprise inscrira à ses livres pour le quatrième trimestre une charge substantielle de l’ordre d’au moins 5 milliards $US en rapport avec le risque associé au 737 MAX, toujours selon l’analyste. L’occasion est propice à le faire, car les investisseurs seront enclins ensuite à tourner la page sur l’année 2019, croit-il.

Par ailleurs, compte tenu que l’arrêt au sol des 737 MAX s’est prolongé, l’analyste croit qu’il subsiste maintenant beaucoup d’incertitude quant aux coûts ultimes qu’aura l’arrêt, ainsi qu’à la relance du programme de production.

L’analyste estime que la production des 737 MAX lorsqu’elle va reprendre sera plus faible que ce à quoi on pouvait s’attendre. Il prévoit une reprise au deuxième trimestre 2020 à un rythme d’environ 32 appareils par mois, qui augmentera graduellement pour atteindre 50 durant le deuxième trimestre de 2022.

Toutefois, l’analyste se dit surpris que le titre ait aussi bien tenu le coup en Bourse, considérant que l'entreprise traverse la pire crise de son existence. Le flux de nouvelles a été particulièrement négatif, et l’impact financier certainement plus grand qu’anticipé.

L’analyste maintient pour l’instant sa recommandation à «conserver», mais il abaisse son cours cible de 370 $US à 350 $US.

 

Barrick Gold (GOLD, 17,95 $US): une bonne fin d’année

À suivre dans cette section


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

À la une

Brèche de sécurité liée au système de paye Phénix

18/02/2020 | lesaffaires.com

Plusieurs milliers de fonctionnaires fédéraux ont été victimes d’une brèche de sécurité.

Dollarama perd 4,3%, voici pourquoi

Les appels de la part de clients inquiets mettent un analyste sur deux pistes.

Bombardier recule en Bourse après la vente de sa division ferroviaire à Alstom

Mis à jour le 18/02/2020 | La Presse Canadienne

L’annonce d’une transaction avec Alstom marquait la fin du redressement de Bombardier entamé il y a cinq ans.