À surveiller: Air Canada, BlackBerry et Gildan

Publié le 01/04/2022 à 10:00

À surveiller: Air Canada, BlackBerry et Gildan

Publié le 01/04/2022 à 10:00

Par Catherine Charron

Tandis que la reprise des voyages pour le plaisir semble sur la bonne voie, Kevin Chiang ne peut en dire autant pour les voyages d’affaires. (Photo: 123RF)

Que faire avec les titres d'Air Canada, BlackBerry et Gildan? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

Air Canada (AC, 24,33 $): un solide plan de vol

Kevin Chiang, de CIBC Marchés des capitaux, fonde de grands espoirs dans la reprise d’Air Canada, et pas juste parce que le trafic aérien devrait retrouver ses niveaux prépandémie à partir de 2024.

Après avoir assisté à sa dernière réunion des actionnaires, l’analyste estime que le transporteur aérien a en effet plusieurs tours dans son sac, dont il n’a pu réellement user au début de 2020. Parmi ses projets sur la glace qui devraient lui permettre de «générer plus de revenus», Kevin Chiang inclut un plus grand déploiement du programme Aeroplan et de son nouveau système de réservation, son service de cargo et la mise à jour de sa flotte.

L’entreprise pourrait actionner de ses leviers pour générer des opportunités de croissance, dont certaines sont apparues pendant la pandémie.

Elle a aussi fait état de ses objectifs d’ici l’exercice 2024. La marge de son bénéfice avant intérêts impôts et amortissement devrait atteindre 19%, avec un effet de levier de 1,1 x, rapporte Kevin Chiang, qui croit que la société se trouve sur la bonne voie pour y arriver.

En 2022, son bénéfice par action ajusté est passé de -1,87 dollar ($) à -1,70 $ pour 2022, mais de 1,76 $ à 1,74 $ en 2023. Son bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement ajustés devrait atteindre 1,403 million de dollars (M$) en 2022, et 2 910 M$ en 2023, alors que CIBC Marchés des capitaux misait précédemment sur 1 339 M$ et 2 911 M$ respectivement.

Le transporteur aérien estime que ses charges d’exploitation par siège mille offert ajusté en 2024 devraient être en hausse de 2 à 4% par rapport à celles en 2019. L’analyste rappelle que les capacités d’Air Canada seront à 95% de son niveau prépandémie. Ainsi, plus sa reprise se rapprochera du 100%, plus ses charges devraient se ressembler de ce qu’elle observait en 2019, estime-t-il, s’en tirant mieux que ses concurrentes qui ont aussi émis leurs prévisions dans le contexte inflationniste.

Tandis que la reprise des voyages pour le plaisir semble sur la bonne voie, Kevin Chiang ne peut en dire autant pour les voyages d’affaires. Air Canada a d’ailleurs indiqué qu’ils devraient atteindre de 75 à 80% de leur niveau prépandémie en 2023. En actionnant les bons leviers, le transporteur aérien sera en mesure de réduire le vide que créera cette reprise plus lente, estime l’analyste.

Même s’il ajuste ses calculs pour tenir compte des nouvelles prévisions émises par la direction, celles-ci sont somme toute similaires à celles qu’avait anticipées CIBC Marchés des capitaux, ce pourquoi l’analyste maintien son cours cible à 35 $, et sa recommandation à «surperformance» de secteur.

 

BlackBerry (BB, 7,46 $ US): la société peine à atteindre les cibles

Sur le même sujet

Titres en action: Hexo

Mis à jour le 17/06/2022 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

La restructuration d'Hexo entraînera l'élimination de 450 emplois

Cette réduction de personnel se traduirait par des économies annuelles de 30,6 millions de dollars.

À la une

Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation

Mis à jour le 24/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de près de 350 points.

Bourse: un parallèle avec le début des années 2000

24/06/2022 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Je suis en train de lire «No Rules Rules» écrit par Reed Hastings, le cofondateur de Netflix.

Le français, notre langue d'affaires

BLOGUE INVITÉ. Soyons fiers de cette langue rassembleuse qui rythme nos vies depuis des générations.