À surveiller: Stella-Jones, Cascades et Home Capital

Publié le 15/08/2018 à 09:01

À surveiller: Stella-Jones, Cascades et Home Capital

Publié le 15/08/2018 à 09:01

Par Stéphane Rolland

Photo:123rf

Que faire avec les titres de Stella-Jones, Cascades et Home Capital? Voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement. Note: l'auteur peut avoir une opinion différente de celle des analystes.


Stella-Jones (SJ., 51$) : une occasion d’achat?


Le récent recul du titre offre une occasion d’achat pour les investisseurs, croit Benoit Poirier, de Desjardins Marché des capitaux, qui reprend le suivi du titre, interrompu pendant que les fondateurs se sont départis de leur participation dans l’entreprise (à un rabais de 13% au moment de l’annonce).


M. Poirier bonifie donc sa recommandation de «conserver» à «acheter». Sa cible demeure à 51$, mais il pense que le titre pourrait monter à 56$ d’ici 2020.


L’analyste note que l’action s’est dépréciée de 15% depuis son sommet de 52 semaines au 31 janvier dernier. En comparaison, le S&P/TSX a avancé de 2%.


Pendant ce temps, les fondamentaux s’améliorent dans les trois segments de l’entreprise, selon lui. Du côté des traverses de chemin de fer, la société modifie son offre de services, ce qui devrait lui permettre de demander des prix plus élevés. L’impact positif sera toutefois contrebalancé par l’augmentation du coût des traverses.


L’analyste note que la baisse des stocks dans l’industrie est un élément favorisant une hausse des prix de vente pour Stella-Jones. Aussi, il croit que les contraintes que rencontrent les transporteurs ferroviaires sur leur réseau les inciteront à augmenter leurs dépenses d’investissement.


La même tendance de hausse des dépenses d’investissement est anticipée chez la clientèle dans le segment des poteaux. M. Poirier s’attend à ce que Stella-Jones profite d’une augmentation des prix de vente et d’une «robuste demande». Du côté du bois de construction, la vigueur du marché de la construction et de la rénovation est une autre bonne nouvelle.


Pour cette raison, l’analyste pense que la marge avant intérêts, impôts et amortissement devrait revenir aux alentours des 15% d’ici 2020.


En plus du contexte macro-économique favorable, l’analyste note que la direction a fait ses preuves en matière de création de valeur par acquisition. Depuis 2003, 20 acquisitions ont été réalisées en Amérique du Nord et celles-ci ont été fait à un multiple inférieur à celui de Stella-Jones, ce qui a permis une création de valeur avant même les synergies. «D’autres occasions sont à venir, selon nous», écrit l’analyste.


À 2,5 fois le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA), le bilan de la société demeure «suffisamment sain» pour soutenir une stratégie de consolidation.


 


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

À la une

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

La résilience de la Bourse surprend encore

BLOGUE. La confiance des consommateurs et le rebond des mises en chantier font espérer que l'économie tient bon.

Pourquoi Donald Trump s'attaque à la Chine

17/05/2019 | François Normand

BALADO - La Chine veut devenir numéro un en termes de qualité dans 10 secteurs clés à la base de l'économie américaine.