À surveiller : Banque Nationale, Knight Therapeutics et SeaWorld

Publié le 27/08/2015 à 13:16

À surveiller : Banque Nationale, Knight Therapeutics et SeaWorld

Publié le 27/08/2015 à 13:16

Par Stéphane Rolland


Knight Therapeutics (Tor., GUD, 6,97$): une bonne acquisition


Knight Therapeutics a acheté les droits de commercialisation sur l’entièreté du portefeuille de médicaments d’Advaxis (Nasdaq., ADXS).


Première étape de la transaction, Knight achètera pour l’équivalent de 5 M$ en actions. Un autre paiement pouvant atteindre 30 M$ sera lié à l’atteinte d’objectifs de ventes, note Leon Aghazarian, de la Financière Banque Nationale. «Puisque les médicaments les plus avancés ne sont qu’à trois ans de la commercialisation, la façon dont l’entente est structurée réduit le risque », croit l’analyste.


M. Aghazarian aime le portefeuille de produit d’Adavix, qui répond à certains problèmes non résolu par les autres traitements offerts aux patients atteints du cancer du cerveau ou du colon, selon lui. «C’est précisément le genre de produit de niche dans lequel Paladin doit être investi», commente-t-il.


L’entente démontre que Knight, créé par l’ancien fondateur de Laboratoires Paladin, sera en mesure d’obtenir d’autres permis de commercialisation.


L’analyste maintient sa recommandation « surperformance » et sa cible de 10$.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

23/03/2019 | François Normand

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.