À surveiller : Aritzia, Héroux-Devtek et Boyd Group

Publié le 22/03/2019 à 08:32

À surveiller : Aritzia, Héroux-Devtek et Boyd Group

Publié le 22/03/2019 à 08:32

Par Stéphane Rolland

Que faire avec les titres d’Aritzia, Héroux-Devtek et Boyd Group? Voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement. Note: l'auteur peut avoir une opinion différente de celle des analystes.




Aritzia (ATZ., 16,98$) : un rachat d’actions payant


Camilo Lyon, de Canaccord, révise ses prévisions après que le détaillant ait racheté pour 6,33 millions d’actions de son ancien actionnaire Berkshire Partners.


Pour cette raison, le bénéfice par action prévu pour l’exercice 2020 passe de 0,93$ à 0,99$. En conséquence, l’analyste relève sa cible de 21$ à 23$. Il maintient sa recommandation d’achat.


L’analyste voit la vente de la position de Berkshire Partners d’un bon œil. Il croit que cela augmentera la liquidité du titre. Il pense également que la société s’inscrira en Bourse aux États-Unis


M. Lyon croit que le détaillant terminera le quatrième trimestre sur une «excellente note» avec une croissance des ventes comparables de 5%. Il juge maintenant sa prévision «prudente».


L’analyste voit plusieurs catalystes à l’horizon. Il croit que la marque est de plus en plus connue aux États-Unis grâce aux influenceurs et aux célébrités qui s’affichent avec son produit. Il constate également que la société continue de créer des produits en phase avec les tendances.


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Du numérique à la brique: le virage de BonLook

Découvrez pourquoi l'entreprise a décidé d'ouvrir plus d'une trentaine de points de vente physiques.

Du numérique à la brique: la transition de Frank and Oak

17/04/2019 | Catherine Charron

Voici pourquoi l'entreprise a pris la décision d'ouvrir des points de vente physiques.

Le taux directeur demeure inchangé à 1,75%

Mis à jour à 11:25 | La Presse Canadienne

Sa révision à la baisse de la croissance fait suite au brusque ralentissement de l’économie canadienne à la fin de 2018.