15 titres de dividendes à mettre dans vos valises

Publié le 08/02/2010 à 09:00

15 titres de dividendes à mettre dans vos valises

Publié le 08/02/2010 à 09:00

Par Dominique Beauchamp

Montage : les affaires

L'objectif de tout épargnant est de pouvoir vivre des revenus de ses placements pendant la retraite, sans trop rogner son capital.

Dans ce contexte, investir dans une brochette d'entreprises qui versent une partie de leurs bénéfices sous forme de dividendes croissants, année après année, est une approche qui vaut son pesant d'or.

Thomas Connolly, auteur de la lettre financière Connolly Report, est catégorique : il n'y a pas de meilleure stratégie que d'investir dans les titres de dividendes. M. Connolly donne un exemple. En 1995, il a acheté pour 12 300 $ d'actions du fournisseur d'électricité Fortis, à 24,62 $ chacune. Cette entreprise de Terre-Neuve a accru son dividende à un rythme annuel composé de 5 %, depuis 1987. En 2005, Fortis a divisé ses actions à hauteur de quatre pour une. M. Connolly s'est retrouvé avec 2 000 actions de Fortis, avec un coût d'achat ajusté de 6,15 $, qui lui versent aujourd'hui un dividende annuel de 1,53 $.

C'est donc dire qu'un placement de 12 300 $ à l'origine lui procure aujourd'hui un re-venu de 3 060 $ par an, soit un rendement de 25 %.

L'achat de titres qui versent des dividendes croissants n'est pas une recette infaillible pour autant. Les fonds canadiens de dividendes et de revenu ont perdu 27,1 % en 2008, tandis que l'indice S&P/TSX perdait 33 %, selon Morningstar Canada.

Nous avons demandé à six spécialistes de suggérer des titres de sociétés susceptibles d'augmenter leur dividende, et ce, dans sept industries, question de bien diversifier le portefeuille de placement.

Finance

RBC et Banque Nationale favorites

Parmi les payeurs traditionnels de dividendes, les banques sont plus attrayantes que les fournisseurs d'électricité, parce que les cours de ces derniers sont trop élevés, juge Bill Procter, gestionnaire chez Corporation financière Mackenzie.

Les banques n'augmenteront pas leurs dividendes à un rythme aussi accéléré que dans le passé, mais l'embellie économique gonflera leurs bénéfices au cours des deux prochaines années, ce qui leur donnera les moyens de relever leurs dividendes.

La force de frappe de RBC Banque Royale lui procure certains avantages concurrentiels par rapport aux autres institutions, ce qui en fait le choix le plus prudent de M. Procter.

Marc-André Robitaille, gestionnaire du Fonds revenu de dividendes AGF, préfère la Banque Nationale parce que l'évaluation de son action est moins élevée que celle de ses semblables. Pourtant, M. Robitaille juge qu'elle a de meilleures chances que les autres d'augmenter son dividende, puisque présentement, c'est elle qui redistribue le moins de bénéfice sous forme de dividendes.

Santé

Johnson & Johnson et Becton Dickinson ont fait leurs preuves

On compare parfois le colosse des produits d'hygiène et des produits médicaux Johnson & Johnson à un fonds commun de placement du secteur de la santé, tant sa gamme de produits est vaste.

" L'entreprise a accru son dividende tous les ans depuis 47 ans, et à un rythme annuel de 11 % depuis cinq ans, souligne Ian Riach, gestionnaire du Fonds de croissance Bissett Multinational. Cela ne l'a pas empêchée de réaliser des acquisitions majeures, comme l'achat de la division des produits de consommation de Pfizer en 2006. De surcroît, son titre s'échange à une évaluation inférieure à celle de l'indice S&P 500 ".

Le fournisseur mondial de produits médicaux et diagnostiques Becton Dickinson gagne à être connu, croit Donald Taylor, du fonds Franklin U.S. Rising Dividends. L'entreprise du New Jersey a accru son dividende de 12 % en novembre 2009. Il s'agit de la 37e hausse annuelle consécutive.

Technologie

IBM et Canon, des géants solides

Le géant de l'informatique IBM est un bon choix de payeur de dividendes dans le secteur de la technologie, dit M. Taylor. Ses revenus croissent peu, mais IBM contrôle bien ses coûts et accroît son bénéfice.

En outre, ses contrats à long terme lui fournissent des flux de trésorerie réguliers dont elle se sert pour racheter des actions et augmenter son dividende. IBM verse un dividende trimestriel depuis 1916.

Le fabricant de caméras, de photocopieurs et d'imprimantes Canon a accru son dividende à un rythme annuel composé de 24 % depuis cinq ans, et l'a augmenté tous les ans depuis 10 ans, note Ian Riach. Pour 2010, Canon prévoit un regain de 7,5 % de ses revenus et un redressement de 52 % de son bénéfice. Le géant japonais applique une stratégie d'acquisitions ciblées pour étendre ses technologies aux marchés de la biotechnologie, de la nanotechnologie et de l'affichage numérique.

Consommation

Wal-Mart et Metro, des détaillants efficaces

Des consommateurs moins dépensiers favoriseront de nouveau la croissance de Wal-Mart Stores dans son principal marché, les États-Unis. Les investisseurs sous-estiment le potentiel de ses nouveaux magasins urbains de moins grande surface, soutient Donald Taylor.

L'implantation de ces nouveaux magasins dans les 50 centres urbains les plus populeux en Amérique pourrait générer des revenus de 80 à 100 milliards de dollars américains, l'équivalent du tiers des ventes de Wal-Mart aux États-Unis.

La hausse récente de 24 % du dividende de Metro et le rachat de ses actions à hauteur de 33 millions de dollars témoignent de la gestion rigoureuse de l'épicier, malgré la faible croissance de ses revenus.

Le rendement de son dividende (1,7 %) est modeste, mais l'épicier l'a accru tous les ans depuis 16 ans, souligne Lieh Wang, du Fonds de dividendes de l'Empire Vie.

Médias

Thomson Reuthers est prospère

Le dividende de Thomson Reuters est attrayant et solide, puisque l'entreprise domine des créneaux d'information essentiels et générateurs de flux excédentaires. Ses revenus viennent surtout de la vente d'abonnements à ses banques de données auprès d'une clientèle ciblée.

" Comme nombre d'entreprises détenues par la famille qui les a fondées, Thomson Reuters distribue une bonne part de ses flux excédentaires sous forme de dividendes ", dit Marc-André Robitaille, d'AGF. La famille Thomson possède 54 % des actions. Depuis 20 ans, l'entreprise a accru son dividende à un rythme annuel composé de 5,4 %.

Télécommunications

Rogers, plus prometteur que ses rivaux

Dans le secteur des télécommunications, il est plus prometteur de miser sur les dividendes croissants de Rogers Communications que sur ceux, plus élevés, de BCE et de Telus, estime M. Robitaille.

La croissance du plus important câblodistributeur et fournisseur de services sans fil au pays ralentit, mais elle reste supérieure à celle de ses rivaux, car Rogers n'a pas à combattre la perte de clients à un réseau filaire.

Deux analystes prévoient que l'entreprise annoncera une hausse de 10 à 20 % de son dividende lors de la publication de ses résultats annuels, le 17 février.

Industrie

CN, SNC-Lavalin, United Technologies Praxair et ShawCor, de bons gestionnaires de capital

Même dans le secteur industriel, pourtant tributaire de l'économie, les entreprises qui gèrent rigoureusement leur exploitation et leur capital réussissent à accroître leur dividende année après année.

Le transporteur ferroviaire Canadien National (CN) est une de ces entreprises, avec une hausse annuelle de 17 % de son dividende depuis 10 ans, dit M. Wang, du Fonds de dividendes de l'Empire Vie.

Bien qu'une grève, un huard fort, du temps froid et une récession ait fait flancher son bénéfice de 24 % au quatrième trimestre de 2009, le transporteur vient d'augmenter son dividende de 7 %.

Le CN mise sur un rebond de plus de 10 % de son bénéfice en 2010, grâce à une hausse de 6 à 9 % du volume de marchandises et de 4 % de ses tarifs.

La société d'ingénierie-construction québécoise SNC-Lavalin, qui vogue à la fois sur le boom minier et les travaux d'infrastructures, partage aussi avec ses actionnaires le tiers de son bénéfice croissant.

Le rendement de son dividende n'est que de 1,2 %. Toutefois, SNC-Lavalin a augmenté ce dernier à un rythme annuel de 16 % depuis 20 ans. M. Robitaille croit que l'entreprise annoncera qu'elle l'augmente de 25 % lors de la publication de ses résultats annuels, le 5 mars.

Le conglomérat United Technologies, qui regroupe Pratt & Whitney (moteurs d'avions), Otis (ascenseurs) et Carrier (climatisation), a accru son dividende 9 fois au cours des 10 dernières années, et l'a doublé depuis cinq ans, dit Donald Taylor, du fonds Franklin U.S. Rising Dividends.

L'entreprise se targue d'atteindre des objectifs ambitieux, quelle que soit la conjoncture économique; elle prévoit une hausse de 7 à 13 % de son bénéfice en 2010. En pleine récession, United Technologies a conclu des acquisitions de 703 millions de dollars américains, racheté pour 1 milliard de dollars de ses actions, et versé 1,3 milliard de dollars en dividendes en 2009.

Le producteur de gaz Praxair est moins à la merci de la production industrielle qu'on pourrait le penser, car ses gaz améliorent l'efficacité énergétique de ses clients, dit M. Taylor. Au quatrième trimestre de 2009, Praxair a dégagé ses meilleures marges d'exploitation en 10 ans et a augmenté son dividende de 13 %.

L'albertaine ShawCor fournit des revêtements aux constructeurs de pipelines du monde. Pour David Sherlock, gestionnaire chez McLean Partners, ShawCor est un bon moyen de profiter de la construction d'infrastructures de transport de pétrole et de gaz, sans subir l'effet des taux d'intérêt, contrairement aux titres des exploitants de pipelines.

L'entreprise a accru son dividende à un rythme annuel de 13 % depuis 20 ans, une cadence qui correspond à la croissance annuelle composée de son bénéfice.

À la une

Le Québec pâtira-t-il de la guerre commerciale verte avec la Chine?

17/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Les producteurs d’acier craignent que la Chine inonde le marché canadien, étant bloquée aux États-Unis.

Bourse: Wall Street finit en ordre dispersé, le Dow Jones clôture au-dessus des 40 000 points

Mis à jour le 17/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé.

À surveiller: AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed

17/05/2024 | Charles Poulin

Que faire avec les titres AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed? Voici des recommandations d’analystes.