Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Un syndicat de la Banque Laurentienne devra valider son existence

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Un syndicat de la Banque Laurentienne devra valider son existence

En février 2018, les syndiqués de la Laurentienne s’étaient prononcés à plus de 60% en faveur du maintien de l’accréditation. (Photo: 123RF)

Pour la deuxième fois en trois ans, le syndicat de la Banque Laurentienne devra rallier ses membres en prévision d’un vote sur la validité de son existence, une situation qu’il assimile à une autre tentative d’ingérence de la part de l’institution financière.

Au lendemain d’une décision du Conseil canadien des relations industrielles (CCRI), qui doit organiser un scrutin prochainement, le Syndicat des employées et employés professionnels−les et de bureau (SEPB−Québec), affilié à la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), a estimé, mercredi, qu’il s’agissait du «jour de la marmotte». 

Sa présidente, Julie Tancrède, a dit avoir des preuves à l’effet qu’il y a eu de l’ingérence de la part de l’employeur dans le cadre de cette nouvelle démarche de désyndicalisation.

En mi−journée, la Laurentienne, qui est la septième banque en importance au pays et la seule qui est syndiquée, n’avait pas commenté les reproches du syndicat.

Depuis le dépôt de la requête au CCRI visant à révoquer l’accréditation syndicale, le SEPB a déposé, auprès du tribunal administratif fédéral, une plainte pour pratique déloyale. Advenant un vote en faveur de la désyndicalisation, la plainte serait étudiée. Si les allégations sont fondées, elles pourraient avoir pour effet d’invalider la demande de révocation.

En février 2018, les syndiqués de la Laurentienne s’étaient prononcés à plus de 60% en faveur du maintien de l’accréditation. Une autre démarche avait échoué parce que le CCRI avait constaté des irrégularités dans les signatures récoltées pour appuyer la demande. 

Le SEPB comptait environ 2000 membres à la Laurentienne en 2015. Toutefois, dans la foulée de la fermeture des succursales et de l’élimination de services au comptoir, ce nombre a fondu à environ 600.