Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Le boom du commerce en ligne est-il fini?

John Plassard|Mis à jour le 16 avril 2024

Le boom du commerce en ligne est-il fini?

(Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. Le commerce en ligne a connu plusieurs «vies». Tout d’abord l’engouement général de recevoir rapidement un colis à sa porte (et pas forcément à travers la poste) lorsque des sociétés comme Amazon se sont développées. Ensuite, c’est bien évidemment les distanciations sociales durant le Covid qui ont littéralement dopé la thématique. Se posait alors la question de savoir si le retour dans les magasins de brique et de mortier n’allait pas «cannibaliser» le commerce en ligne… Synthèse et analyse.

 

Les faits

Les ventes de commerce électronique ont explosé en 2020 pendant les confinements, lorsque de nombreux détaillants ont dû fermer et que les gens n’étaient pas prêts à prendre des risques et à faire du magasinage.

Au cours de l’année, du quatrième trimestre 2019 au quatrième trimestre 2020, les ventes de commerce électronique ont grimpé de 44 %, passant de 179 milliards de dollars américains (G$US) à 258G$US. Et chaque année, elles ont continué à bondir.

Selon le Census Bureau, les ventes totales de commerce électronique aux États-Unis au quatrième trimestre ont augmenté de 7,2% en glissement annuel pour atteindre le chiffre record de 325G$US, non corrigé des variations saisonnières, soit une hausse de 82% par rapport au quatrième trimestre 2019.

 

L’exemple de Walmart

Walmart est un exemple de l’effet du commerce électronique sur les ventes au détail. Walmart est le deuxième plus grand détaillant de commerce électronique aux États-Unis, mais loin derrière Amazon.

Chez Walmart, les ventes de commerce électronique ont grimpé de 17% en glissement annuel en 2023, alors que les ventes totales de Walmart aux États-Unis, y compris le commerce électronique, n’ont augmenté que de 3,4%.

Les ventes comparables (hors carburant), qui comprennent le commerce électronique, ont augmenté de 4,0% au quatrième trimestre par rapport à l’année précédente. Sur cette croissance de 4%, 2,4 points de pourcentage ont été apportés par le commerce électronique et 1,4 point de pourcentage par toutes les autres ventes, y compris les ventes de produits alimentaires.

Walmart est le plus grand vendeur de produits d’épicerie aux États-Unis, et la croissance des ventes de produits d’épicerie a été « moyenne à un chiffre », avec une « forte croissance des produits frais ».

Avec une croissance de 17% pour le commerce électronique et une croissance à un chiffre pour les produits d’épicerie, les ventes du reste de la marchandise dans les magasins physiques — c’est-à-dire sans le commerce électronique et les produits d’épicerie — n’ont pas dû être très enthousiasmantes. C’est d’ailleurs ce qu’elle a indiqué dans sa présentation en mentionnant la « faiblesse des marchandises générales ».

 

Les ventes au détail dopées par le commerce en ligne

Selon les données publiées par le Bureau du recensement, les ventes au détail américaines sans le commerce électronique n’ont augmenté que de 1,5% au quatrième trimestre, en glissement annuel, pour atteindre 1,58 trillion de dollars américains. Nous notons:

• Au deuxième trimestre 2020, les ventes sont restées au même niveau qu’au premier trimestre 2020, au lieu de rebondir après le plongeon saisonnier du premier trimestre.

• Au deuxième trimestre 2021, les ventes ont grimpé en flèche à la suite de la réouverture des magasins et de la mise en œuvre d’une nouvelle vague de mesures de relance.

• Au deuxième trimestre 2022, les ventes ont de nouveau grimpé, cette fois en partie à cause de la flambée des prix, l’inflation de l’IPC s’élevant à 9% et de nombreuses catégories de biens connaissant des hausses de prix à deux chiffres.

Depuis le deuxième trimestre 2022, la croissance des ventes au détail sans le commerce électronique a été quelque peu languissante, car la croissance des ventes totales du commerce de détail a été principalement portée par le commerce électronique:

 

Un nouveau record

Selon le Census Bureau, la part des ventes de commerce électronique a atteint un record au 4e trimestre 2023 pour la première fois depuis le 4e trimestre 2020, s’élevant à 17,1% des ventes totales du commerce de détail, non corrigées des variations saisonnières.

Les ventes de commerce électronique ont connu une hausse massive pendant la pandémie, passant d’une part de 12,4% au quatrième trimestre 2019 à une part de 16,7% au quatrième trimestre 2020, car les ventes de briques et de mortier ont été touchées par la pandémie, y compris de nombreux magasins qui ont dû fermer leurs portes, et les gens ont transféré leurs dépenses vers le commerce électronique, même pour les ventes de produits d’épicerie.

Cette part de 16,7% s’est avérée difficile à battre lorsque les gens ont recommencé à fréquenter les magasins. Mais au quatrième trimestre 2023, ce record est tombé.

 

Quels sont les leaders dans le commerce en ligne?

Dans le sillage de la résilience de l’économie américaine et de la baisse des taux d’inflation, les valeurs du commerce électronique sont prêtes à occuper le devant de la scène en 2024.

La récente hausse des ventes pendant les fêtes de fin d’année pose des bases prometteuses pour l’année à venir. La trajectoire ascendante des dépenses de consommation et la vigueur économique dans la première économie mondiale soulignent les perspectives haussières des actions du commerce électronique ces 12 prochains mois.

En outre, le marché numérique continue de prospérer après la pandémie, et la tendance devrait continuer à s’intensifier à mesure que chaque nouvelle génération de consommateurs navigue dans la sphère des achats en ligne.

Ci-dessous une liste non exhaustive des valeurs du secteur de la vente au détail sur Internet ou liées à ce secteur:

• eBay

• Amazon

• JD-com Inc Adr

• Shopify

• PayPal

• MercadoLibre

• Chewy

• Overstockcom

• Wayfair

• Etsy

 

Synthèse

Alors que l’on aurait pu croire que le commerce en ligne allait connaître une défection et une lente décroissance après le retour des consommateurs dans les magasins «physiques». Et bien pas du tout! C’est même le contraire qui est en train de se passer avec un attrait pour ce mode livraison qui vient d’atteindre de nouveaux records historiques. Secteur mature oui, mais en forte croissance. C’est assez rare pour le noter…

 

 

 

Ce texte est tiré de l’infolettre quotidienne de John Plassard, gracieuseté de Mirabaud

 

** Veuillez prendre note que les visuels de notre expert sont présentés en anglais à titre informatifs et ne peuvent être traduits par notre équipe. Merci de votre compréhension.