Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Innergex songe à vendre une participation dans ses actifs

La Presse Canadienne|10 mai 2023

Innergex songe à vendre une participation dans ses actifs

Au premier trimestre, la production d’électricité a atteint 87% de sa production moyenne à long terme (PMLT), contre 95% à la même période l’an dernier. (Photo: La Presse Canadienne)

Innergex envisage la vente d’une participation dans ses actifs en France afin de rassurer les investisseurs quant à sa flexibilité financière tandis que son dividende est plus élevé que ses flux de trésorerie au premier trimestre.

Son président et chef de la direction, Michel Letellier, reconnaît que les analystes ont des préoccupations à savoir si le producteur d’énergie renouvelable a suffisamment de marge de manœuvre pour saisir de nouvelles occasions de croissance. «Ne vous inquiétez pas: nous avons un plan pour nos liquidités», répond-il lors d’une conférence téléphonique, mercredi, visant à discuter des résultats du premier trimestre.

La vente d’une participation minoritaire dans ses actifs éoliens en France fait partie des options envisagées. L’automne dernier, Innergex avait racheté une participation minoritaire de 30% dans son portefeuille de 16 actifs éoliens en France, qu’elle détient maintenant entièrement, pour un montant de 96,4 millions de dollars (M$).

«C’est quelque chose que nous pourrions faire, de vendre 30% de l’actif en France. Nous avons été approchés par des institutions financières en Europe et nous avons commencé un processus pour voir si nous pourrions trouver un bon partenaire à un bon prix. Si nous le trouvons, nous pourrions passer à l’action.»

Avec 272 M$ de liquidités disponibles, Innergex n’est pas en difficulté financière, mais elle semble avoir peu de marge de man?uvre pour saisir de nouvelles occasions, juge l’analyste Sean Steuart, de Valeurs mobilières TD. «À notre avis, la posture financière de l’entreprise est relativement contraignante.»

Dans ce contexte, Michel Letellier affirme que la société établie à Longueuil serait plus prudente dans la poursuite d’éventuels projets d’acquisitions. La baisse du prix de l’action, qui a fondu de plus de la moitié depuis son sommet de janvier 2021, rend l’émission d’actions moins attrayante comme source de financement.

Malgré ces défis, le grand patron d’Innergex a réitéré son objectif de générer des flux de trésorerie équivalents à 1 $ par action d’ici 2025. «Nous avons toujours dit que cette cible représentait un défi, c’est toujours un défi, nous croyons encore que nous pouvons l’atteindre.»

 

Météo défavorable

Les conditions météorologiques difficiles au Québec et en Colombie-Britannique ont pesé sur les résultats de la société au premier trimestre, si bien que le dividende de la société a été supérieur aux flux de trésorerie.

Les conditions météorologiques ont été particulièrement difficiles en Colombie-Britannique dans les derniers mois. Le chef des finances, Jean Trudel, s’attend à un retour aux normales de saisons.

«Il y a plus d’eau que ce qui pouvait passer par les turbines en juin et juillet 2022, explique Jean Trudel. Le temps était très sec en avril, septembre, octobre et novembre 2022 et aussi en février et mars 2023.»

Au premier trimestre, la production d’électricité a atteint 87% de sa production moyenne à long terme (PMLT), contre 95% à la même période l’an dernier.

Si les conditions météorologiques avaient été plus près de la normale, Jean Trudel estime qu’Innergex aurait généré environ 21 M$ de plus en flux de trésorerie que les 135,7M$ enregistrés au premier trimestre. Le ratio de paiement du dividende à 108% aurait plutôt été de 94%.

La société a subi une perte nette de 13 M$, comparativement à une perte de 34,9 M$ à la même période l’an dernier. La perte ajustée diluée par action est de 8 cents. Les revenus, pour leur part, ont augmenté de 5% à 218,3 M$.

Avant la publication des résultats, les analystes anticipaient une perte par action de 4 cents et des revenus de 219,7 M$, selon la firme de données financières Refinitiv.

Malgré ces résultats décevants, l’analyste Rupert Merer, de Financière Banque Nationale, croit que les investisseurs sont trop sévères avec le titre d’Innergex. «Le pessimisme envers l’action est exagéré en raison de la météo à court terme, qui n’a pas d’effet sur la valeur à long terme de ses actifs. L’action devrait rebondir avec une météo plus favorable et l’exécution de la stratégie de croissance dans les prochains trimestres.»

L’action perdait 1,01 $, ou 7,39%, à 12,66 $ à la Bourse de Toronto, en fin d’avant-midi.