Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Héroux-Devtek: résultats décevants au 1er trimestre

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Héroux-Devtek: résultats décevants au 1er trimestre

L’environnement opérationnel demeure difficile pour Héroux-Devtek qui cherchera à améliorer son rendement. (Photo: courtoisie)

Longueuil — Le fabricant québécois de trains d’atterrissage Héroux-Devtek (HRX) rapporte des résultats du premier trimestre qu’il qualifie de décevants, mais annonce du même souffle la signature d’un contrat prometteur avec le géant américain de l’aviation Boeing.

Au premier trimestre, l’entreprise établie à Longueuil a réalisé un bénéfice net de 965 000 dollars ($), ou 0,03$ par action diluée, comparativement à 6,703 millions de dollars (M$), ou 0,19$ par action diluée au trimestre correspondant de l’exercice financier 2021.

Les ventes ont reculé en un an, de 126,2M$ à 114,1M$ cette année.

Le président et chef de la direction de Héroux-Devtek, Martin Brassard, a observé que le contexte dans lequel le fabricant évolue demeure difficile compte tenu de la pandémie de COVID-19 et d’autres facteurs à l’échelle mondiale. Les ennuis infligés aux chaînes d’approvisionnement partout dans le monde nuisent à la capacité de Héroux-Devtek à livrer ses produits à un rythme constant.

Néanmoins, Martin Brassard signale que le carnet de commandes de la compagnie demeure solide, ce qui lui permettra, assure-t-il, d’augmenter ses ventes au cours des prochains trimestres. 

À cet effet, le président et chef de la direction estime que la conclusion du contrat avec Boeing témoigne de la solidité des relations de Héroux-Devtek avec de grands fabricants d’équipements d’origine.

Ce contrat prévoit la réparation et l’entretien des trains d’atterrissage principaux et des contrefiches latérales pour les avions F/A-18E/F Super Hornet et EA-18G Growler de Boeing dans le cadre du contrat d’entretien que le géant américain s’est vu octroyer par la marine américaine en 2021. La première partie du contrat couvre 40 avions ; il devrait par la suite faire l’objet d’options et vise le soutien de l’ensemble de la flotte de la marine américaine qui compte plus de 600 avions. 

Malgré cette entente avec Boeing, Martin Brassard reconnaît que l’environnement opérationnel demeure difficile pour Héroux-Devtek qui cherchera à améliorer son rendement.