Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

ExxonMobil: résultats en baisse sur un an

AFP|Mis à jour le 16 avril 2024

ExxonMobil: résultats en baisse sur un an

Des opérations de maintenance saisonnière plus importantes que prévu ont également pesé sur l’activité. (Photo: 123RF)

New York — Le géant américain du pétrole et du gaz ExxonMobil a annoncé vendredi des résultats pour le troisième trimestre en baisse sur un an, du fait de la baisse des cours des hydrocarbures, et en dessous des attentes des analystes.

Le groupe, qui profite de cette publication pour justifier ses deux récentes acquisitions, dont celle de Pioneer Natural Resources, qui le renforce dans le pétrole et le gaz de schiste, a dégagé un bénéfice net de 9,07 milliards de dollars américains (G$US) contre 19,66G$US un an plus tôt (un record).

Il a assuré dans un communiqué que cette transaction à 60G$US allait permettre « d’augmenter la production dans le bassin permien aux États-Unis, de renforcer la sécurité énergétique et d’accélérer le chemin de Pioneer vers la neutralité carbone ».

Pioneer comptait y parvenir en 2050, ExxonMobil affirme que par leur rapprochement ce sera le cas dès 2035.

Le groupe a également annoncé en juillet le rachat de Denbury, société américaine spécialisée dans la captation de CO2 valorisée 4,9G$US.

Les actionnaires de celle-ci doivent voter mardi, et la finalisation de l’opération est attendue pour début novembre, indique le communiqué.

Elle a vocation à renforcer sa branche Low Carbon Solutions en offrant à l’industrie de la côte du Golfe du Mexique une capacité de réduction de 100 millions de tonnes de CO2.

 

Inférieur

Le chiffre d’affaires d’ExxonMobil est tombé de 112G$US au troisième trimestre 2022, sous l’effet de l’envolée des prix de l’énergie dans la foulée de la guerre en Ukraine à 90,76 milliards sur la même période de l’exercice en cours. C’est trois milliards inférieur au consensus.

Rapporté par action et hors éléments exceptionnels —référence pour les marchés—, le bénéfice net ressort à 2,27$US soit dix cents de moins que le consensus.

Le groupe précise que son bénéfice a profité d’un record de production dans ses raffineries à travers le monde —4,2 millions de barils par jour— , d’une remontée des cours du pétrole par rapport au deuxième trimestre de cette année et d’un meilleur environnement pour les marges de raffinage.

En revanche, il a pâti de marges plus faibles dans les activités chimiques, d’« impacts défavorables » dans les produits dérivés et d’effets de calendrier « qui devraient s’estomper avec le temps ».

Darren Woods, patron du groupe, s’est montré satisfait de ces résultats, estimant avoir produit « un autre trimestre de performances opérationnelles, de résultats et de flux de liquidités solides ».

Selon lui, les deux transactions annoncées au cours du trimestre « illustrent encore davantage notre engagement permanent (…) à continuer de répondre aux besoins mondiaux en énergie et en produits essentiels tout en réduisant les émissions » de gaz à effet de serre.

ExxonMobil a par ailleurs précisé être parvenue à économiser 9G$US sur ses coûts structurels depuis 2019, en avance sur son calendrier d’origine, et escompter en faire davantage d’ici la fin de l’année.

Peter McNally, analyste de Third Bridge, a relevé une « faiblesse » du résultat dans le raffinage aux États-Unis et à l’international, inférieur aux anticipations, ainsi qu’une baisse de la production de gaz et de pétrole aux États-Unis « pour le cinquième trimestre d’affilée ».

« L’acquisition de Pioneer (…) va résoudre le problème et sera l’un des moteurs fondamentaux d’ExxonMobil à l’avenir », a-t-il estimé. « Dans le même temps, la réduction des émissions de gaz à effet de serre est une partie clef de la stratégie du groupe ».

Vers 15h45 GMT, l’action d’ExxonMobil reculait de 2,19% à la Bourse de New York.