Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Danone optimiste, malgré un chiffre d’affaires en baisse au 3T

AFP|Mis à jour le 16 avril 2024

Danone optimiste, malgré un chiffre d’affaires en baisse au 3T

(Photo: 123RF)

 

Danone optimiste malgré un chiffre d’affaires en baisse au 3T
Paris — Danone a publié jeudi un chiffre d’affaires en baisse de 5,8% au troisième trimestre, plombé par son retrait de Russie et la force de l’euro, mais se félicite d’une progression en données comparables et a relevé ses objectifs pour l’ensemble de l’exercice.
À 6,906 milliards d’euros, le chiffre d’affaires publié du géant français de l’agroalimentaire est en recul de 5,8% par rapport aux 7,334 milliards encaissés un an plus tôt entre juillet et septembre 2022. En données comparables, il est en hausse de 6,2%.
La direction explique essentiellement la différence par l’impact négatif des taux de change en raison de l’appréciation de l’euro par rapport à de nombreuses monnaies (-7,4%) et par un effet périmètre résultant surtout de la déconsolidation en juillet des activités en Russie (-6,2%), l’hyperinflation dans certains pays ayant eu un léger impact positif (+1,8%).
En données comparables, le chiffre d’affaires de Danone a augmenté partout où le groupe est présent dans le monde — en Europe, en Amérique du Nord et en Chine notamment — et dans toutes ses branches d’activité.
En données publiées, les ventes ont reculé au troisième trimestre de 10,1% pour la division EDP (yaourts et produits végétaux) et de 3,0% pour la nutrition spécialisée. Elles baissent dans la région Chine/Asie du Nord/Océanie, où les volumes sont pourtant en nette hausse.
« Notre stratégie commence à porter ses fruits », s’est félicité le directeur général Antoine de Saint-Affrique, saluant dans un communiqué la « septième période de performance consécutive » avec cette progression des ventes en données comparables.
Volumes de retour
L’une des priorités de M. de Saint-Affrique depuis son arrivée à la tête du groupe en septembre 2021 a été de rationaliser le portefeuille des marques, notamment dans la division EDP, où les volumes vendus sont en baisse depuis 2015.
« Le redressement se déroule conformément aux prévisions », a commenté RBC Capital Markets, saluant une progression des ventes en données comparables supérieure au consensus des analystes, qui tablaient sur +4,6%. La banque canadienne salue en particulier la hausse du chiffre d’affaires de la division EDP, à +6,3% contre 3,7% attendus.
« Le redressement de Danone bat son plein », a renchéri Barclays, notant que le groupe « entre dans la prochaine phase » avec un rebond des volumes vendus.
« Notre défi est de créer une dynamique plus positive en termes de volumes pour cette catégorie », a expliqué à l’AFP le directeur financier Juergen Esser. « Nous faisons vraiment des progrès (…) et nous sommes de plus en plus confiants quant au fait que nous pourrons publier des résultats positifs en termes de volumes d’ici la fin de l’année », ajoute-t-il.
M. Esser se félicite de progrès dans la distribution et les parts de linéaire, et donc de gains de parts de marchés. « C’est très important pour nous parce que nous sommes totalement convaincus qu’à partir du moment où les volumes sont de retour — et particulièrement pour notre catégorie EDP —, nous pouvons revenir à un modèle de création de valeur durable », insiste-t-il.
La direction a relevé son objectif de croissance du chiffre d’affaires en données comparables, pour l’ensemble de l’exercice 2023: elle est désormais envisagée entre +6% et +7%, et non plus dans « la fourchette haute » d’une fenêtre allant de +4 à +6%.
Danone confirme également un objectif d’« amélioration modérée » de sa marge opérationnelle courante.
À la Bourse de Paris, le titre Danone prenait 1,68% à 55,79 euros à 10 h (8 h GMT), sur  un marché en baisse de 0,84%.

 

Paris — Danone a publié jeudi un chiffre d’affaires en baisse de 5,8% au troisième trimestre, plombé par son retrait de Russie et la force de l’euro, mais se félicite d’une progression en données comparables et a relevé ses objectifs pour l’ensemble de l’exercice.

À 6,906 milliards d’euros, le chiffre d’affaires publié du géant français de l’agroalimentaire est en recul de 5,8% par rapport aux 7,334 milliards encaissés un an plus tôt entre juillet et septembre 2022. En données comparables, il est en hausse de 6,2%.

La direction explique essentiellement la différence par l’impact négatif des taux de change en raison de l’appréciation de l’euro par rapport à de nombreuses monnaies (-7,4%) et par un effet périmètre résultant surtout de la déconsolidation en juillet des activités en Russie (-6,2%), l’hyperinflation dans certains pays ayant eu un léger impact positif (+1,8%).

En données comparables, le chiffre d’affaires de Danone a augmenté partout où le groupe est présent dans le monde — en Europe, en Amérique du Nord et en Chine notamment — et dans toutes ses branches d’activité.

En données publiées, les ventes ont reculé au troisième trimestre de 10,1% pour la division EDP (yaourts et produits végétaux) et de 3,0% pour la nutrition spécialisée. Elles baissent dans la région Chine/Asie du Nord/Océanie, où les volumes sont pourtant en nette hausse.

« Notre stratégie commence à porter ses fruits », s’est félicité le directeur général Antoine de Saint-Affrique, saluant dans un communiqué la « septième période de performance consécutive » avec cette progression des ventes en données comparables.

 

Volumes de retour

L’une des priorités de M. de Saint-Affrique depuis son arrivée à la tête du groupe en septembre 2021 a été de rationaliser le portefeuille des marques, notamment dans la division EDP, où les volumes vendus sont en baisse depuis 2015.

« Le redressement se déroule conformément aux prévisions », a commenté RBC Marchés des capitaux, saluant une progression des ventes en données comparables supérieure au consensus des analystes, qui tablaient sur +4,6%. La banque canadienne salue en particulier la hausse du chiffre d’affaires de la division EDP, à +6,3% contre 3,7% attendus.

« Le redressement de Danone bat son plein », a renchéri Barclays, notant que le groupe « entre dans la prochaine phase » avec un rebond des volumes vendus.

« Notre défi est de créer une dynamique plus positive en termes de volumes pour cette catégorie », a expliqué à l’AFP le directeur financier Juergen Esser. « Nous faisons vraiment des progrès […] et nous sommes de plus en plus confiants quant au fait que nous pourrons publier des résultats positifs en termes de volumes d’ici la fin de l’année », ajoute-t-il.

M. Esser se félicite de progrès dans la distribution et les parts de linéaire, et donc de gains de parts de marchés. « C’est très important pour nous parce que nous sommes totalement convaincus qu’à partir du moment où les volumes sont de retour — et particulièrement pour notre catégorie EDP —, nous pouvons revenir à un modèle de création de valeur durable », insiste-t-il.

La direction a relevé son objectif de croissance du chiffre d’affaires en données comparables, pour l’ensemble de l’exercice 2023: elle est désormais envisagée entre +6% et +7%, et non plus dans « la fourchette haute » d’une fenêtre allant de +4 à +6%.

Danone confirme également un objectif d’« amélioration modérée » de sa marge opérationnelle courante.

À la Bourse de Paris, le titre Danone prenait 1,68% à 55,79 euros à 10 h (8 h GMT), sur  un marché en baisse de 0,84%.