Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Couche-Tard hausse son dividende malgré un recul de son profit

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Couche-Tard hausse son dividende malgré un recul de son profit

Laval — Alimentation Couche-Tard (ATD-B.TO, 50,52 $) a haussé son dividende trimestriel de près de 26%, même si son profit net a diminué au plus récent trimestre, malgré une hausse de ses revenus. 

La société lavalloise versera désormais un dividende de 11,00 cents par action, plutôt que 8,75 cents par action. 

Alimentation Couche-Tard a affiché mardi, après la fermeture des marchés, un bénéfice de 694,8 millions $ US, ou 65 cents US par action, pour son deuxième trimestre, en baisse par rapport à celui de 757,0 millions $US, ou 68 cents US par action, de la même période l’an dernier. 

En excluant les éléments non récurrents, le bénéfice ajusté s’est établi à 693 millions $US, ou 65 cents US par action, comparativement à celui de 735 millions $US, ou 66 cents US par action, du deuxième trimestre de l’exercice précédent. 

Les revenus ont grimpé de 33,5% pour atteindre 14,22 milliards $ US, par rapport à un chiffre d’affaires de 10,66 milliards $US un an plus tôt, essentiellement grâce à la hausse des prix de l’essence. 

Les analystes s’attendaient à ce que Couche-Tard réalise un bénéfice ajusté de 66 cents US à partir de revenus totalisant 14 milliards $US, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv. 

«Les volumes de carburant ont montré une tendance à la hausse en Europe, alors que nos autres régions sont demeurées impactées par l’effet des changements d’habitudes liés à la pandémie de COVID-19 sur l’achalandage. À travers notre réseau, nous continuons de réaliser de bonnes marges sur le carburant», a affirmé dans un communiqué le chef de la direction de Couche-Tard, Brian Hannasch. 

Les revenus tirés du carburant ont progressé de 48% à 10,1 milliards $US. Les volumes d’essence vendus dans les établissements ouverts depuis au moins un an ont grimpé de 3,3% aux États-Unis et de 2,8% au Canada, mais ils ont diminué de 0,3% en Europe et dans d’autres régions. 

Les revenus des marchandises ont grimpé de 5,8% à 4 milliards $US, notamment grâce à une croissance de 1,4% des ventes dans les magasins ouverts depuis au moins un an aux États-Unis. En Europe et dans les autres régions, cette croissance a été de 3,9%, tandis que les ventes comparables ont diminué de 2,1% au Canada. 

«Tout comme nos pairs du secteur du commerce de détail et de l’accommodation en Amérique du Nord, nous avons continué de faire face au cours de ce trimestre à des défis sans précédent reliés à la main-d’œuvre et à la chaîne d’approvisionnement. Il s’agit sans aucun doute du marché le plus difficile de l’histoire récente, et nous travaillons fort pour atténuer l’impact de la situation», a ajouté M. Hannasch.