Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Canadian Tire voit son profit diminuer

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Canadian Tire voit son profit diminuer

Le bénéfice normalisé de Canadian Tire a atteint 1,00 $ par action, en baisse par rapport à celui de 3,06 $ par action des trois premiers mois de 2022. (Photo: La Presse Canadienne)

Les consommateurs canadiens sont de plus en plus «consciencieux» dans leurs achats, priorisant les achats essentiels et limitant leurs dépenses de biens plus chers, alors que l’inflation continue de comprimer les budgets, a observé jeudi le chef de la direction de Canadian Tire.
«Il ne fait aucun doute que nous sommes dans un environnement de consommation plus difficile», a indiqué Greg Hicks aux analystes lors d’une conférence téléphonique sur les résultats de la société pour son plus récent trimestre, qui se sont révélés plus faibles que ceux de l’an dernier.
«Les Canadiens savent comment et où ils dépensent, a fait valoir M. Hicks. L’inflation élevée actuelle a conduit les clients à privilégier les produits essentiels par rapport aux produits discrétionnaires plus coûteux.»
Des conditions météorologiques hivernales inhabituellement douces et une lente arrivée du printemps dans plusieurs régions du pays ont également pesé sur les bénéfices du détaillant.
La société, qui exploite plusieurs enseignes dont Canadian Tire, l’Équipeur, SportChek et Sports Experts, a enregistré un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 7,8 millions $, ou 13 cents par action, pour le trimestre clos le 1er avril, en baisse par rapport à celui de 182,1 millions $, ou 3,03 $ par action, lors de la même période il y a un an.
Les revenus trimestriels ont totalisé 3,71 milliards $, un chiffre en baisse par rapport à celui de 3,84 milliards $ du premier trimestre précédent.
Les ventes dans les magasins Canadian Tire ouverts depuis au moins un an ont diminué de 4,8 %.
La météo «ne nous a pas rendu service, surtout en Ontario, où un hiver chaud a été suivi d’un lent début de printemps», a fait valoir M. Hicks. «Ceci, combiné à un environnement de demande des consommateurs plus difficile, a contribué à la baisse des ventes comparables chez (Canadian Tire).»
Les ventes d’articles comme les toboggans, les appareils de chauffage, les humidificateurs et les souffleuses à neige ont toutes chuté au cours du trimestre, a ajouté le directeur financier de Canadian Tire, Gregory Craig, lors de la conférence.
Du côté des magasins l’Équipeur, les ventes comparables ont progressé de 4,8 %, tandis que les ventes des magasins SportChek ouverts depuis au moins un an ont progressé de 3,7 %.
Les revenus de la marque de produits Helly Hansen ont grimpé de 22,9 % sur un an.
Entre−temps, la société a indiqué que ses revenus avaient également été touchés en partie par des coûts de 67,7 millions $ liés à l’incendie d’un centre de distribution à Brampton, en Ontario.
Le bénéfice normalisé de Canadian Tire a atteint 1,00 $ par action, en baisse par rapport à celui de 3,06 $ par action des trois premiers mois de 2022.
Les analystes s’attendaient en moyenne à un profit ajusté de 1,31 $ par action et à des revenus de 3,64 milliards $, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

Les consommateurs canadiens sont de plus en plus «consciencieux» dans leurs achats, priorisant les achats essentiels et limitant leurs dépenses de biens plus chers, alors que l’inflation continue de comprimer les budgets, a observé jeudi le chef de la direction de Canadian Tire.

«Il ne fait aucun doute que nous sommes dans un environnement de consommation plus difficile», a indiqué Greg Hicks aux analystes lors d’une conférence téléphonique sur les résultats de la société pour son plus récent trimestre, qui se sont révélés plus faibles que ceux de l’an dernier.

«Les Canadiens savent comment et où ils dépensent, a fait valoir M. Hicks. L’inflation élevée actuelle a conduit les clients à privilégier les produits essentiels par rapport aux produits discrétionnaires plus coûteux.»

Des conditions météorologiques hivernales inhabituellement douces et une lente arrivée du printemps dans plusieurs régions du pays ont également pesé sur les bénéfices du détaillant.

La société, qui exploite plusieurs enseignes dont Canadian Tire, l’Équipeur, SportChek et Sports Experts, a enregistré un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 7,8 millions $, ou 13 cents par action, pour le trimestre clos le 1er avril, en baisse par rapport à celui de 182,1 millions $, ou 3,03 $ par action, lors de la même période il y a un an.

Les revenus trimestriels ont totalisé 3,71 milliards $, un chiffre en baisse par rapport à celui de 3,84 milliards $ du premier trimestre précédent.

Les ventes dans les magasins Canadian Tire ouverts depuis au moins un an ont diminué de 4,8 %.

La météo «ne nous a pas rendu service, surtout en Ontario, où un hiver chaud a été suivi d’un lent début de printemps», a fait valoir M. Hicks. «Ceci, combiné à un environnement de demande des consommateurs plus difficile, a contribué à la baisse des ventes comparables chez (Canadian Tire).» 

Les ventes d’articles comme les toboggans, les appareils de chauffage, les humidificateurs et les souffleuses à neige ont toutes chuté au cours du trimestre, a ajouté le directeur financier de Canadian Tire, Gregory Craig, lors de la conférence.

Du côté des magasins l’Équipeur, les ventes comparables ont progressé de 4,8 %, tandis que les ventes des magasins SportChek ouverts depuis au moins un an ont progressé de 3,7 %.

Les revenus de la marque de produits Helly Hansen ont grimpé de 22,9 % sur un an.

Entre−temps, la société a indiqué que ses revenus avaient également été touchés en partie par des coûts de 67,7 millions $ liés à l’incendie d’un centre de distribution à Brampton, en Ontario.

Le bénéfice normalisé de Canadian Tire a atteint 1,00 $ par action, en baisse par rapport à celui de 3,06 $ par action des trois premiers mois de 2022.

Les analystes s’attendaient en moyenne à un profit ajusté de 1,31 $ par action et à des revenus de 3,64 milliards $, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.