Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires
Denis Lalonde

Gestionnaires en action

Denis Lalonde

Analyse de la rédaction

Bourse: l’intensité de la récession sera à surveiller

Denis Lalonde|Mis à jour le 11 avril 2024

Bourse: l’intensité de la récession sera à surveiller

L'intensité de la récession à venir jouera un rôle important sur les rendements boursiers cette année, dit Steve Bélisle. (Photo: 123RF)

BALADO. La stratégie d’investissement de l’équipe d’actions fondamentales de Gestion de placements Manuvie cette année repose sur divers facteurs.

En premier lieu, il considère que l’inflation est sur la pente descendante tant pour les biens que des services, en excluant toutefois la composante des prix des logements. «C’est normal que les banques centrales, notamment la Fed, gardent un ton ferme car elles veulent que les anticipations d’inflation restent assez faibles, mais derrière les portes closes, les dirigeants sont déjà en train de penser à assouplir leur politique monétaire ou à tout le moins à cesser le resserrement dans un avenir rapproché», dit Steve Bélisle, gestionnaire de portefeuille chez Gestion de placements Manuvie.

Ce dernier estime également que les évaluations de nombreux titres incluent déjà une «récession d’une certaine ampleur». À son avis, une récession plus modérée pourrait être positive pour ces derniers.

Steve Bélisle surveille également ce qui se passe sur les marchés européens et chinois cette année. «L’Europe a été négativement affectée par la crise énergétique, mais les prix du gaz naturel et de l’électricité se sont refroidis, aidés par une météo plutôt clémente. Du côté de la Chine, on s’attend à ce que l’économie redémarre, mais à un rythme moins rapide qu’avant la pandémie», dit-il.

Avec tous ces facteurs, l’équipe de Steve Bélisle entend miser sur un mélange de titres cycliques et défensifs de manière à être capable de générer un rendement acceptable peu importe le scénario qui se présentera en 2023.

Il dit miser sur des titres de qualité possédant un bilan financier solide, un faible endettement, des flux de trésorerie positifs et des avantages concurrentiels durables tout en ayant une évaluation raisonnable.

«C’est clair que les titres de grande qualité bien identifiés par les investisseurs ne se négocient pas à des évaluations attrayantes», affirme-t-il, ajoutant qu’il existe des occasions d’investissement en creusant un peu plus.