Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Titres en action: Domtar,Goodfood, Alphabet, Bombardier, Apple…

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 15 avril 2024

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Voici une sélection d’annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises:

(Repassez nous lire de temps à autres
pour ne pas manquer de mise à jour)

Les résultats du quatrième trimestre de Domtar (UFS, 64,58$) ont surpassé certaines attentes. Le bénéfice d’exploitation de la division de pâte est notamment 12% supérieur aux prévisions de BMO Marchés des taux. Le titre du fabricant de papier, de pâte et de couches pour adultes a bondi de 7% à l’ouverture, avant de perdre un peu d’élan. La société s’attend à ce que les expéditions et les prix du papier augmentent, car certains producteurs réduisent leur capacité. Le marché de la pâte est en equilibre. Mark Wilde, de BMO est moins optimiste que les dirigeants. L’analyste doute encore de la capacité à relever ses marges Son cours-cible reste à 52$US. 

Le spécialiste des plats prêts à cuisiner Marché Goodfood (FOOD) a un nouvel admirateur. Jim Byrne d’Acumen Capital amorce le suivi du titre avec un cours-cible de 5$ et des attentes optimistes. L’action gagne 4,4% à un nouveau sommet annuel de 3,78$. Avec 40% du marché, Goodfood a démontré une croissance explosive depuis son entrée en Bourse, dit l’analyste, citant le croissance moyenne séquentielle de 67% du nombre de clients à chaque trimestre depuis 2016. L’automatisation et de nouvelles offres de mets devraient relever la marge  brute à 45% à mesure que les coûts seront absorbés par un prix moyen par commande plus élevé. Goodfood s’échange à un multiple de 1,2 fois les ventes attendues en 2019, un peu plus que ses semblables, mais la pénétration du marché canadien en plats prêts à cuisiner de 4% est encore modeste  par rapport à 25% dans certains marchés américains.

Les résultats financiers d’Alphabet(GOOG, 1132,80$US), la société mère de Google, ont surpassé les attentes des analystes de Wall Street au quatrième trimestre, ce qui n’empêchait pas son action de reculer dans les transactions d’après-séance, lundi. La société a enregistré un bénéfice de 8,9 milliards $ US au plus récent trimestre, à partir d’un chiffre d’affaires de 39,3 milliards $ US. Ses revenus ont ainsi grimpé de 21 pour cent par rapport à ceux de 32,3 milliards $ US de la même période un an plus tôt. Les analystes visaient en moyenne un bénéfice par action de 10,86 $, soit un profit de 7,6 milliards $ US, et des revenus de 38,9 milliards $ US, selon les prévisions recueillies par FactSet. Les commissions publicitaires d’Alphabet, soit l’argent qu’elle verse aux autres entreprises pour diriger les internautes à son outil de recherche, ont grimpé à 7,4 milliards $ US, comparativement à 6,5 milliards $ US un an plus tôt. L’action d’Alphabet échappait, dans les échanges d’après-séance, environ 2,2 pour cent malgré ces résultats.

L’Institut sur la gouvernance d’organisations privées et publiques a pris position lundi en faveur des actions multivotantes, en faisant valoir que ces titres permettent aux entrepreneurs de mieux gérer et planifier les activités des sociétés qu’ils ont fondées, tout en les protégeant contre les prises de contrôle hostiles. Le Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MEDAC) a réclamé en décembre l’abandon d’une structure s’appuyant sur les actions à droit de vote multiples chez Bombardier(BBD, 1,91$). Selon le groupe, les décisions de l’entreprise ces dernières années ont été trop orientées vers des «considérations à court terme» et les critères justifiant une telle structure «ne sont pas là». Le MEDAC a notamment évoqué l’absence de seuil minimal de détention des actions pour la famille. D’après les informations disponibles à la fin de l’an dernier, la famille Beaudoin-Bombardier contrôlait 53,23 pour cent des droits de vote alors qu’elle ne détenait que 13,26 pour cent du total des titres en circulation. La famille a parfois été la cible de critiques en raison du contrôle qu’elle exerce grâce à ses actions de catégorie A, porteuses de 10 droits de vote chacune. La proposition du MEDAC a été transmise au constructeur d’avions et de trains en vue de son assemblée annuelle, qui devrait avoir lieu ce printemps.

Le groupe américain Apple(AAPL, 171,25$US) a annoncé mercredi avoir trouvé un accord avec l’administration fiscale française afin de solder dix ans d’arriérés d’impôts, en pleine offensive de Paris pour mieux taxer les géants du numérique en France et en Europe. «L’administration fiscale française a récemment conclu un audit pluriannuel sur les comptes français de la société et l’ajustement sera communiqué dans nos comptes publics», a assuré Apple à l’AFP, confirmant une information de L’Express. Selon le site de l’hebdomadaire, près de 500 millions ont été réglés par la multinationale dans le cadre d’un accord conclu fin décembre. Ce montant a été confirmé à l’AFP par une source proche du dossier. «Nous savons le rôle important que jouent les impôts dans la société et nous payons nos impôts dans tous les pays où nous opérons, en pleine conformité avec les lois et pratiques en vigueur au niveau local», a assuré de son côté Apple, sans préciser le montant de l’accord.