Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Les titres canadiens favoris de Credit Suisse

Stéphane Rolland|Mis à jour le 15 avril 2024

La firme Credit Suisse a dévoilé les titres favoris de ces quatre analystes qui suivent des entreprises canadiennes.

La firme Credit Suisse a dévoilé les titres favoris de ces quatre analystes qui suivent des entreprises canadiennes. Chacun présente entre une et trois sociétés favorites par secteur sur un horizon de 6 à 12 mois. Voici leurs choix.

Les banques : La TD et la Scotia

Mike Rizvanovic est peu enthousiaste pour les activités canadiennes des banques et ses deux favorites ont une forte présence étrangère: la Banque TD et la Banque Scotia.

Il recommande «fortement» la  Banque TD en raison de ses activités aux États-Unis, qui devraient mieux faire que les activités de banque au détail au Canada, selon lui. Il ajoute que la TD est moins exposée aux marchés des capitaux que la moyenne de l’industrie, ce qu’il voit d’un bon oeil en raison des perspectives défavorables qui entourent ce segment. Au cours des prochains mois, il croit que la gestion des dépenses de l’entreprise pourrait être un catalyseur tandis qu’elle pourrait reprendre le dessus sur une augmentation des dépenses qui a été plus forte récemment.

Sa cible de 81$ représente une prime de 9% par rapport à ses pairs, ce qui est supérieur à la moyenne historique de 6%. L’analyste de Credit Suisse juge qu’il est raisonnable de payer plus cher compte tenu du potentiel de croissance plus élevé de l’institution financière.

Dans le même ordre d’idée, M. Rizvanovic aime la présence de la Scotia en Amérique latine. Cette région a un potentiel de croissance supérieur, selon lui, tandis que l’offre de services bancaires y est encore sous-développée.

Il note que la Scotia s’échange à une «forte aubaine» par rapport aux comparables en raison des inquiétudes que suscite sa présence en Amérique latine. L’analyste croit, au contraire, que la troisième banque du pays parviendra à réduire cet écart dans les prochaines années. À titre d’exemple, la Scotia s’échange à 9,14 fois les bénéfices des 12 prochains mois, selon Reuters. En comparaison, la TD s’échange à 10,19 fois.

Infrastructure 

L’ultime favorite d’Andrew Kuske dans le secteur des infrastructures est Brookfield Business Partners. La société s’échange à un bas multiple tandis que les investisseurs ne «comprennent pas comment la société peut générer de la valeur», selon l’analyste de Credit Suisse.

L’analyste identifie trois choses à surveiller dans les trois à six prochains mois. D’abord, le prix des électrodes de graphite qui ont un impact sur Graftech (EAF) qui se trouve au portefeuille de la société. Aussi, il faudra surveiller le capital qu’elle allouera à de nouvelles transactions. Finalement, l’impact financier des ententes récentes, notamment Westinghouse Electric et Clarios. La cible est à 48$.

M. Kuske aime également Pembina Pipeline. Il note que ses installations à Montney lui donnent la capacité de bonifier son réseau sans affronter une concurrence trop robuste. Il ajoute que les prix régionaux des matières premières sont également favorables à l’entreprise.  La cible est à 58 $.

Keyera arrive troisième. Ce choix s’inscrit dans une thématique plus large qui favorise les compagnies régionales d’infrastructure énergétique comparativement aux grands joueurs continentaux comme TransCanada. La cible est à 40$.

Énergie

Un seul favori pour Manav Gupta : Canadian Natural Resources. Il note que la société peut compter sur de généreux flux de trésorerie. Il estime que la société peut continuer de payer son dividende jusqu’à un prix du baril de pétrole (WTI) à 39 $US. Il anticipe que les flux de trésorerie atteindront 5,1 G $US en 2019 et 5,4 G$US en 2020. En supposant que la société augmente son dividende de 10% en 2019 et 2020, il resterait encore 3,4 G $US de liquidités en 2019 et 3,5 G$ en 2020 après le paiement de la distribution.

Dans les six prochains mois, il invite à surveiller le prix du pétrole canadien. Si l’écart avec le WTI se rétrécit davantage, cela pourrait être un important catalyseur pour l’action. La construction de la Ligne 3 d’Enbridge et le transport de pétrole par rail sont des éléments à surveiller. La cible est à 50$.

Métaux précieux

Agnico Eagle Mines est au sommet de la liste d’achat de Fahad Tariq. La minière a une «forte production» et des projets en exploration, ce qui laisse entrevoir une croissance prévisible sans besoin d’acquisitions coûteuses. Il estime que les flux de trésorerie sont dans une phase d’inflexion vers le haut, que le bilan est sain et que la direction a démontré ses talents opérationnels dans le passé. La cible est à 58$.

Alamos Gold, pour sa part, impressionne l’analyste de Credit Suisse en raison de son profil de croissance, de son évaluation, de son bilan libre de dettes et de son efficacité opérationnelle. La cible est à 8,50$.

Newmont Gold profiterait de l’optimisation des anciennes mines de Goldcorp, malgré les vents de face récents. Il estime qu’il s’agit d’un des titres qui profitera le plus d’un retour des investisseurs généralistes vers le secteur. La cible est à 42$.