Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Les titres boursiers qui ont retenu l’attention cette semaine

lesaffaires.com|Mis à jour le 16 avril 2024

Voici les titres boursiers et rapports d'analystes qui ont retenu l'attention cette semaine.

Quels titres boursiers et rapports d’analystes ont retenu l’attention cette semaine? Voici une revue de presse qui regroupe divers textes boursiers.

 

30 novembre

 

Dans les Titres en action:

 

  • Bombardier (BBD.B, 7,44 $) a annoncé lundi la nomination de Bart Demosky au poste de chef de la direction financière de l’entreprise, avec effet immédiat.  M. Demosky remplace John Di Bert, qui quitte l’entreprise, a précisé Bombardier. Le nouveau venu a précédemment occupé des postes de direction dans certaines des plus grandes entreprises du pays. Il a été chef de la direction de Universal Rail Systems, directeur financier du Chemin de fer Canadien Pacifique et directeur financier pour Suncor Énergie.
  • Le constructeur automobile américain General Motors (GM, 44,12 $US) va bien coopérer avec le concepteur de camions électriques et à hydrogène Nikola mais ne prendra pas de participation dans son capital, contrairement à ce qui avait été annoncé début septembre. L’action de Nikola (NKLA, 21,26 $US) chutait de 18 % dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de la Bourse à Wall Street. Celle de GM de 0,4 %.
  • L’autorité italienne de la concurrence a annoncé lundi avoir infligé une amende de 10 millions d’euros, ou 11,97 millions de dollars, à Apple (AAPL, 116,59$US) pour des allégations commerciales trompeuses concernant la résistance à l’eau de plusieurs de ses modèles d’iPhone. Le géant américain de la technologie n’a pas précisé que cette caractéristique existait uniquement «dans certaines conditions spécifiques », soit par exemple lors de tests en laboratoire avec l’utilisation d’eau statique et pure, « et non dans des conditions normales d’utilisation », a souligné l’autorité. 
  • La première compagnie aérienne japonaise All Nippon Airways (9202, 2518 yens) a annoncé vendredi son intention de procéder à une augmentation de capital qui pourrait aller jusqu’à 332,1 milliards de yens, face à la crise du coronavirus qui a mis à genoux le secteur aérien. Le produit de la vente des nouvelles actions émises doit servir au remboursement de sa dette à long terme et au financement d’investissements comme l’acquisition d’avions Boeing 787.

 

 

À surveiller

 

Empire (EMP.A, 35,33$): des bases solides pour croître. À quelques jours du dévoilement des résultats du deuxième trimestre d’Empire, Vishal Shreednar, de Financière Banque Nationale, s’attend à observer une forte augmentation des ventes de l’épicier, qui compenseront la hausse de ses coûts opérationnels. L’analyste prévoit que le bénéfice par action, qui sera annoncé le 10 décembre 2020, devrait être de 0,62$, tandis que le consensus des analystes est de 0,65$. Le bénéfice par action provenant de l’alimentation, donnée qui lui semble plus significative à analyser, sera de 0,60$, alors qu’il était de 0,48$ à la même période l’an dernier.

 

Air Canada (AC, 23,82$) : une entente avec les pilotes. Le transporteur aérien et le syndicat des pilotes ont apporté des changements à la convention collective qui permet la croissance des activités de fret. Konark Gupta, de Banque Scotia, voit d’un bon œil cette nouvelle. La société a aussi annoncé la nomination de Jason Berry, un vétéran de l’industrie, comme vice-président, fret. La société prévoit transformer davantage d’appareils pour faire du fret en 2021 et prévoit faire croître le service à moyen terme.

 

Ballard Power Systems (BLDP, 21,10 $US) : des capitaux pour la croissance. Le financement de 400 millions de dollars américains (M$ US) en capitaux pourrait être utilisée pour financer la croissance du producteur de piles combustibles, croit Rupert Merer, de Financière Banque Nationale, qui reprend le suivi du titre. L’analyste note que le marché de l’entreprise de Vancouver est soutenu par la réglementation qui tente d’encourager le développement de cette industrie, notamment en Chine, en Europe et en Californie. Financière Banque Nationale renouvelle sa recommandation «surperformance» et sa cible de 25 $US.

 

 

1er décembre

 

Dans les Titres en action:

 

  • La Banque Scotia (BNS, 63,20$) a essuyé des reculs de ses bénéfices nets et ajustés entre les exercices financiers 2019 et 2020, tant au quatrième trimestre que pour l’ensemble de l’année. Au dernier trimestre, le bénéfice net est passé en un an de 2 308 milliards $ à 1 899 milliards $, ou de 1,73$ à 1,42$ par action diluée. Le bénéfice ajusté a quant à lui reculé de 2,4 milliards $ à 1,938 milliard $, ou de 1,82 $ à 1,45 $ par action diluée. Lors de l’ensemble de l’exercice 2020, le bénéfice net de la Banque Scotia s’est élevé à 6 853 milliards $ alors qu’il avait été un an plus tôt de 8 798 milliards $. 
  • BMO Groupe financier (BMO, 93,33 $) rapporte que le bénéfice net du quatrième trimestre de l’exercice en cours s’est élevé à 1 585 milliard $, ou 2,37 $ par action, en hausse de 33 % par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent. Le bénéfice net ajusté a légèrement augmenté pendant la même période, à 1,61 milliard $.   Toutefois, le bénéfice net de l’ensemble de l’exercice 2020 s’est élevé à 5 097 milliards $ comparativement à 5 758 milliards $ pour l’exercice 2019. Le bénéfice net ajusté a aussi reculé pendant la période d’un an, de 6 249 milliards $ à 5 201 milliards $. 
  • La major pétrolière ExxonMobil (XOM, 38,67$US), touchée de plein fouet par la pandémie, a décidé lundi d’abandonner des projets jugés moins stratégiques et prévoit en conséquence d’inscrire une charge de dépréciation d’actifs de 17 à 20 milliards de dollars dans ses comptes du quatrième trimestre. La société américaine, qui vient de passer son troisième trimestre de suite dans le rouge, souhaite se concentrer sur les projets les plus rentables: ceux en cours de développement au large du Guyana et dans le bassin permien aux États-Unis, ainsi que ceux en cours d’exploration au Brésil ou dans sa division dédiée aux produits chimiques de haute performance. 
  • Bank of America (BAC, 28,88$US) a indiqué lundi avoir formellement renoncé à prêter de l’argent pour des projets de forages pétroliers et gaziers dans l’Arctique, devenant ainsi la dernière grande banque américaine à suivre cette voie. Interrogé par l’AFP, un porte-parole de l’établissement a confirmé que Bank of America avait exclu de financer des nouveaux programmes de forage dans cette zone, une information rapportée dans un premier temps par l’agence Bloomberg. 
  • Le premier groupe aérien russe, Aeroflot (AFLT, 71,88 RUB), a encore annoncé mardi d’importantes pertes au troisième trimestre, malgré une reprise du trafic domestique, la majorité des avions restant cloués au sol en raison des mesures contre la pandémie de coronavirus. Entre juillet et septembre, le groupe a enregistré des pertes nettes de 21,1 milliards de roubles, contre un bénéfice net de 29,1 milliards de roubles au troisième trimestre de 2019. Le chiffre d’affaires a pour sa part baissé de 60,1% sur un an à 84,9 milliards de roubles, tandis que le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement du groupe a fondu de 72,6% sur un an à 20,1 milliards de roubles.

 

 

 

À surveiller

 

Corporation Power (POW, 29,69$): son placement dans Lion Électrique lui rapporte déjà 737 M$. L’entrée en Bourse du fabricant de camions et d’autobus électriques Lion met au jour l’un des aspects les plus méconnus de la société de portefeuille de la famille Desmarais, les placements privés, estime Banque Scotia. La transaction démontre aussi que la société déploie de nouveaux efforts pour se mettre en valeur, ajoute-t-il. La fusion de Lion avec une coquille d’investissement existante procure au fabricant de St-Jérome des liquidités de 520 millions de dollars américains et lui donne aussi une valeur marchande de 1,9 milliard de dollars américains, estime l’analyste Phil Hardie.

 

Banque Scotia (BNS, 63,20$): mieux que prévu, mais en baisse de 20%. La Banque Scotia termine 2020 sur une note mitigée. Si la banque surpasse les prévisions avec un bénéfice de 18% supérieur aux prévisions, le bénéfice de 1,45$ est tout de même 20% de moins qu’un an plus tôt. Dans une note préliminaire, Scott Chan de Canaccord Genuity attribue le bénéfice supérieur au consensus aux provisions pour pertes sur prêts qui ont été 23% inférieurs aux prévisions. La banque a mis de côté 1,13 milliard de dollars pour les mauvaises créances alors qu’il prévoyait 1,59 G$. Ces réserves ont baissé de 63 points de pourcentage par rapport au troisième trimestre, mais elles ont augmenté de 23 points de pourcentage depuis un an.

 

Suncor (SU, 20,77$): la pétrolière intégrée se concentre encore sur l’essentiel. Travis Wood, de la Financière Banque Nationale, se montre encouragé par la mise à jour du plan des dépenses en capital d’Énergie Suncor. Pendant que le géant américain ExxonMobil (XOM) dévalue ses actifs de 17 à 20 G$US et prévoit licencier 15% de ses effectifs, la pétrolière intégrée canadienne équilibre bien les rendements aux actionnaires, la gestion de sa dette et la croissance de sa production. Suncor prévoit dépenser de 3,8 à 4,5 milliards de dollars en 2021 (9% de plus qu’en 2020) pour augmenter sa production de 9% et gagner en efficacité même si tous ses grands projets sont suspendus.

 

 

2 décembre

 

Dans les Titres en action:

 

  • La Financière Sun Life (SLF, 56,64$) a annoncé mercredi que son président et chef de la direction prendrait sa retraite l’année prochaine. L’assureur établi à Toronto a précisé que Dean Connor, âgé de 64 ans, quitterait la Sun Life le 6 août. L’actuel vice-président général et directeur financier de la société, Kevin Strain, deviendra président et membre du conseil d’administration le 15 février. Il assumera les fonctions de chef de la direction lorsque M. Connor prendra sa retraite et continuera à travailler en tant que directeur financier jusqu’à ce que la société lui nomme un remplaçant, au cours du premier semestre de 2021. 
  • Lightspeed POS (LSPD, 71,49$) accroit sa présence en sol américain en acquérant le fournisseur de logiciels de getion de restaurant Upserve Inc à la société de portefeuille de Vista Equity Partners. Elle versera une somme de 430 millions de dollars américains (M$ US), répartie en 123 M$ US en espèces et l’émission d’un maximum de 5 895 365 actions à droit de vote subalterne. Cette transaction, pour laquelle Lightspeed a été accompagné par RBC Marchés des capitaux, est assujettie aux ajustements du fonds de roulement après la clôture.
  • La Banque Royale du Canada (RY, 107,04$) a dépassé les attentes en déclarant que son bénéfice du quatrième trimestre avait légèrement augmenté par rapport à il y a un an, grâce à des gains dans ses activités sur les marchés financiers. La banque affirme avoir gagné près de 3,25 milliards $ ou 2,23 $ par action diluée pour le trimestre clos le 31 octobre, contre près de 3,21 milliards $ ou 2,18 $ par action diluée un an plus tôt. Les revenus ont totalisé 11,09 milliards $, en baisse par rapport aux 11,37 milliards $ au même trimestre l’an dernier.
  • La Banque Nationale du Canada (NA, 73,43$) a essuyé au quatrième trimestre un recul de son bénéfice net par rapport à la période correspondante de 2019: il est passé de 604 millions $ à 492 millions $. Le résultat dilué par action a quant à lui reculé de 1,67 $ à 1,36 $.   L’institution dont le siège social est à Montréal fait toutefois observer que son résultat net excluant les éléments particuliers a légèrement avancé, de 612 millions $ à 615 millions $. Quant au résultat net de la Banque Nationale pour l’ensemble de l’exercice terminé le 31 octobre dernier, il se chiffre à 2 083 milliards $, ou 5,70 $ par action diluée, par rapport à 2 322 milliards $, ou 6,34 $ par action diluée pour l’exercice 2019.

 

 

À surveiller

 

Salesforce.com (CRM, 241,35 $US): une alliance contre Microsoft. L’acquisition de Slack (Work, 83,84 $US) est «un coup de poker» afin de concurrencer Microsoft (MSFT, 216,21 $US) dans l’infonuagique, résume Daniel Ives, de Wedbush. Le spécialiste des services informatiques a aussi dévoilé de «solides résultats», mais Daniel Ives a consacré la très grande majorité de sa note à l’annonce officielle de la transaction, déjà éventée dans les médias. L’entreprise de San Francisco offre 27,7 milliards de dollars américains (G $US) en action et en argent comptant pour mettre la main sur le spécialiste de messagerie.

 

Zoom (ZM, 478,36 $ US) : qu’arrivera-t-il après la COVID-19? Bien que Zoom ait dévoilé des résultats au-dessus des attentes des analystes pour son troisième trimestre de l’exercice 2021, Alex Zukin, de RBC Marchés des capitaux, croit que le marché s’attendait à encore mieux. En raison de l’évaluation du titre, qui traduit des attentes de croissance élevée, l’analyste s’attend à ce que le titre demeure sous pression, d’autant plus que des questions se posent sur le potentiel de croissance après la pandémie.

 

Banque de Montréal (BMO 96,52 $) : un soupir de soulagement. Darko Mihelic, de RBC Marchés des capitaux, est «passé à autre chose» par rapport à ses inquiétudes sur le portefeuille de prêts de la BMO dans la foulée de la pandémie. Au cours de la présentation des résultats du quatrième trimestre de l’exercice 2020 (terminé le 31 octobre), la direction a indiqué que seulement un petit pourcentage (2%) des prêts dont les reports de paiement sont expirés sont en défauts. L’analyste note également que les prévisions pour pertes à 432 millions de dollars (M$) sont en baisse 59% par rapport au précédent trimestre. C’est beaucoup moins que les prévisions des analystes à 736 M$. 

 

 

3 décembre

 

Dans les Titres en action

 

  • Le bénéfice du Groupe Banque TD (TD, 70,78 $) a bondi de 80 % au quatrième trimestre. La banque a affiché jeudi un résultat net comme présenté de 5,1 milliards $, soit 2,80 $ par action, comparativement à 2,9 milliards $, ou 1,54 $ par action, au même moment l’an dernier. Son bénéfice rajusté est demeuré stable à 1,60 $ par action. Le total des produits trimestriels a atteint 11,8 milliards $ cette année, contre 10,3 milliards $ il y a un an.
  • Total (FP, 36,20€) se repliait de 1,38%, les investisseurs étant nerveux avant la poursuite jeudi de la réunion des membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ainsi que leurs alliés de l’OPEP+ pour s’accorder sur l’avenir à très court terme de leur politique de coupe de production d’or noir. 
  • La Banque CIBC (CM, 110,06 $) a surpassé les attentes au quatrième trimestre, même si ses bénéfices ont fléchi comparativement à la même période l’an dernier. La banque torontoise a dévoilé jeudi un bénéfice net de près de 1,02 milliard $, ou 2,20 $ par action, au cours de la période de trois mois qui a pris fin le 31 octobre, par rapport à 1,19 milliard $, ou 2,58 $ par action, lors du trimestre correspondant de 2019. La provision pour pertes sur mauvaises créances a totalisé 291 millions $, en recul par rapport à celle de 402 millions $ pour le quatrième trimestre de l’exercice précédent et 525 millions $ pour le troisième trimestre de l’exercice en cours.

 

 

À surveiller

 

Banque Nationale (NA, 72,59$): la banque est plus qu’un refuge de pandémie. Meny Grauman, de Banque Scotia, prend le contrepied de ses collègues au sujet de la Banque Nationale qu’il juge sous-évaluée par rapport à ses semblables en fonction des bénéfices qu’il prévoit pour 2022. Son positionnement régional et la moins grande part de ses prêts aux industries cycliques en ont fait un choix prudent pendant la pandémie, explique-t-il. Maintenant que la fin de la pandémie se dessine, les investisseurs seront tentés de favoriser d’autres institutions, mais Meny Grauman croit que la banque québécoise reste un bon choix.

 

Lightspeed POS (LSPD, 78,06$): un milliard pour des revenus de 116 M$ de plus. Coup sur coup, le fournisseur de solutions infonuagiques de commerce omnicanal avale deux rivaux américains pour un milliard de dollars canadiens afin d’accélérer sa capacité à répondre à l’accélération numérique des commerçants et restaurants. «Il est clair que Lightspeed n’est pas gênée de déployer son capital dans le climat actuel afin de mieux se positionner pour la reprise», évoque Thanos Moschopoulos, de BMO Marchés des capitaux.

 

MTY (MTY, 51,69$): le franchiseur tient bon en attendant l’étincelle du vaccin. Nick Corcoran, d’Acumen Capital, a refait le point avec les dirigeants du Groupe d’alimentation MTY juste avant la fin d’année du 30 novembre. Le portrait a peu changé. Les mesures de confinement affectent le réseau de restauration différemment d’une région à l’autre tandis que les chaînes Papa Murphy’s et Cold Stone performent encore bien. En Californie par contre, les mesures nuisent aux ventes de certaines enseignes dont Baja Fresh et The Counter.

 

 

4 décembre

 

Dans les Titres en action:

 

  • La Banque Laurentienne (LB, 32,43$) a affiché vendredi un bénéfice supérieur aux attentes pour son quatrième trimestre, même s’il montrait une baisse par rapport à la même période l’an dernier. La banque montréalaise a réalisé un profit de 36,8 millions $, ou 79 cents par action, pour son trimestre clos le 31 octobre, comparativement à un bénéfice de 41,3 millions $, ou 90 cents par action, au même trimestre en 2019. Les revenus trimestriels ont totalisé 243,5 millions $, en hausse par rapport à ceux de 241,6 millions $ récoltés un an plus tôt.
  • Le géant suisse du négoce des matières premières Glencore (GLEN, 238,15£) a dévoilé vendredi son plan de succession très attendu pour prendre la relève d’Ivan Glasenberg, son actuel patron, le choix s’étant porté sur Gary Nagle, qui dirige actuellement les activités de charbon du groupe. Le groupe suisse basé à Baar, dans le canton de Zoug, lui confiera le poste de directeur général durant le premier semestre l’an prochain, a-t-il indiqué dans un communiqué, sans préciser la date effective de passage de flambeau après deux ans de recherches pour trouver un successeur à son emblématique patron.
  • Le premier groupe automobile mondial Volkswagen (VOW3, 144,34  €) devrait échouer en 2020 à atteindre les normes européennes d’émissions de CO2 et n’est pas assuré d’y parvenir en 2021, a indiqué son patron Herbert Diess, ce qui pourrait entraîner de lourdes sanctions. «On travaille d’arrache-pied pour être aussi proche que possible des objectifs», a-t-il expliqué à l’hebdomadaire Wirtschaftswoche dans un article publié vendredi, balayant par ailleurs des spéculations autour d’un départ anticipé sur fond de conflit ouvert avec les puissants représentants des salariés.
  • Husky Energy (HS, 5,59$) recevra 41,5 millions de dollars du fédéral pour conserver des emplois et prendre la voie du redémarrage de son projet pétrolier extracôtier West White Rose à Terre-Neuve-et-Labrador, bien que les responsables admettent que le redémarrage n’est pas garanti. Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Furey, a annoncé le financement, jeudi, dans les bureaux de Husky au centre-ville de Saint-Jean. M. Furey a déclaré que cet investissement assurerait des emplois à 331 personnes dans la province pour la prochaine année.

 

 

À surveiller

 

Banque TD (TD, 70,67$) : défis de croissance à l’horizon. La Banque TD a dévoilé des résultats supérieurs aux prévisions des analystes au quatrième trimestre, mais les défis de croissance qui pointent à l’horizon et l’évaluation actuelle du titre poussent Gabriel Dechaine, analyste à la Banque Nationale, sur les lignes de côté. Ce dernier note que les services bancaires de détail ont progressé au Canada, mais régressé aux États-Unis. Il ajoute que les services bancaires personnels et commerciaux ont reculé respectivement de 9% au Canada et de 17% aux États-Unis avant le calcul des impôts et des provisions.

 

CIBC (CM, 110,32$) : peut-on récupérer les parts de marché perdues du côté des prêts hypothécaires? Les résultats du 4e trimestre de la Banque canadienne impériale de commerce (CIBC), dévoilés jeudi matin, ont plu à l’analyste Doug Young, de Desjardins. «Les flux de trésorerie, le bénéfice par action et le bénéfice avant impôts et provisions sont tous supérieurs à nos prévisions et les prévisions de l’équipe de direction sont constructives», écrit-il. M. Young soutient que deux grandes questions demeurent. La CIBC peut-elle inverser la tendance et récupérer les parts de marché perdues du côté des prêts hypothécaires? Et qu’arrive-t-il avec la vente de la participation majoritaire de la division FirstCaribbean International Bank (FCIB), qui opère dans les Caraïbes?

 

WSP Global (WSP, 110,73$): un virage vert avec l’achat de Golder. WSP a annoncé jeudi l’acquisition de la société d’ingénierie ontarienne Golder pour un montant de 1,5 milliard de dollars canadiens, et estime qu’elle deviendra ainsi la plus importante société mondiale de services conseils en environnement. «Golder est un joueur purement environnemental qui possède des activités à travers le monde. Le coût d’acquisition est équivalent à 10,4 fois le bénéfice net avant intérêts, impôts et amortissement de la société», raconte Sabahat Khan, analyste chez RBC.