Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Les titres boursiers qui ont retenu l’attention cette semaine

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Les titres boursiers qui ont retenu l’attention cette semaine

(Photo: Getty Images)

BRP (DOO-T, 118,17$, DOOO-N, 94,02 $US): plein gaz
Malgré un inventaire réduit, BRP est parvenue à dépasser les attentes des analystes au cours du deuxième trimestre de son exercice de 2022, et elle compte bien poursuivre sur ce sentier malgré les embûches qui pointent à l’horizon, croit Brian Morrison de TD Securities.

Quels titres boursiers et rapports d’analystes ont retenu l’attention cette semaine? Voici une revue de presse qui regroupe divers textes boursiers.


22 août

Dans les Titres en action:

Cannabis: SNDL annonce un accord pour acquérir la société Valens

Le propriétaire de la boutique de cannabis SNDL indique qu’il acquerra le producteur de cannabis Valens Company (VLNA.TO, 1,12 $) et combinera les entreprises dans une transaction entièrement en actions évaluée à 138 millions de dollars. Dans le cadre de l’accord, SNDL acquerra toutes les actions ordinaires émises et en circulation de Valens autres que celles détenues par SNDL et ses filiales.

Les actionnaires de Valens recevront 0,3334 action ordinaire de SNDL pour chaque action Valens qu’ils détiennent. SNDL précise que l’offre implique une valeur de 1,26 $ par action Valens, ce qui représente une prime de 10% sur le prix moyen pondéré en fonction du volume sur 30 jours.

Les sociétés estiment que leur fusion permettra de réaliser plus de 10 M$ d’économies annuelles et d’augmenter la part de marché globale du cannabis de SNDL à 4,5%. SNDL, qui est à l’origine des marques Value Buds et Spiritleaf, avance que la transaction devrait être conclue en janvier.

 

Logiciels: les actionnaires de Link approuvent l’offre de Dye & Durham

Les actionnaires de la société australienne Link Administration Holdings ont voté en faveur du projet d’acquisition de Link Group par Dye & Durham (DND.TO, 16,55 $), affirme cette dernière. Le directeur général de Dye & Durham, Matthew Proud, ajoute que l’approbation était une étape majeure vers la réussite de ce qu’il a appelé une transaction transformatrice.

La société de logiciels en nuage établie à Toronto dit que l’acquisition élargirait sa clientèle sur les marchés clés du Royaume-Uni et de l’Australie et renforcerait ses logiciels interentreprises et ses solutions de services d’information. Dans le cadre de l’accord, les actionnaires de Link Group recevront une contrepartie de base de 4,81 dollars australiens par action.

La transaction est soumise aux approbations judiciaires et réglementaires, notamment de la Commission australienne de la concurrence et de la consommation et de la Financial Conduct Authority du Royaume-Uni ainsi qu’à d’autres conditions de clôture habituelles. La Commission australienne de la concurrence et de la consommation a indiqué plus tôt cette année qu’elle constatait d’importants problèmes de concurrence préliminaires avec l’accord.

 

À surveiller

CAE (CAE, 26,15 $): elle signe un partenariat de 15 ans avec Quantas. Le spécialiste des technologies de simulation et de modélisation et des solutions intégrées de formation destinées à l’aviation a connu sa part de mauvaises nouvelles au cours des derniers mois et le cours de son action en a souffert.

BCE (BCE, 66,84 $): elle s’approche d’un point d’inflexion, selon l’analyste de Scotia Capital. Le géant canadien des télécommunications œuvre depuis 12 ans à mettre en place un réseau d’accès FTTH (Fibre jusqu’à l’abonné) qui a nécessité des investissements importants en infrastructures qui mettent beaucoup de temps à générer les revenus attendus, explique Maher Yaghi, analyste chez Scotia Capital.

Crew Energy (CR, 6,35 $): une vente d’actifs non essentiels qui réjouit l’analyste de Desjardins. Le cours de l’action du producteur de gaz naturel riche en liquides de Calgary a bien profité de la hausse du prix de la commodité et a quadruplé depuis un an. La firme ne semble pas vouloir s’arrêter là et vient de réaliser une transaction qui semble certainement plaire à l’analyste de Desjardins.

 

Pour consulter les titres du 23 août, cliquez suivant.

23 août

Dans les Titres en action:

Intel se lie à un gestionnaire d’actifs pour cofinancer des usines

Le fabricant américain de composants électroniques Intel (INTC, 34,26 $US) a passé un partenariat inhabituel avec un gestionnaire d’actifs pour cofinancer la construction de deux nouvelles usines dans l’Arizona, pour un montant pouvant aller jusqu’à 30 milliards de dollars américains. Au lieu de lever des fonds auprès des banques ou sur les marchés, le groupe a décidé de passer un accord avec Brookfield Asset Management (BAM, 51,35 $US), une société canadienne qui gère l’argent confié par des clients en l’investissant dans divers projets et entreprises. 

Selon Intel, une telle association financière représente une première dans le secteur des semi-conducteurs, particulièrement gourmand en capitaux. Intel avait déjà annoncé, en 2021, vouloir engager la construction de deux usines supplémentaires de semi-conducteurs sur son site à Chandler, près de Phoenix dans le sud-ouest des États-Unis, une opération estimée alors à 20 G$ US.

Selon les termes du partenariat, les deux entreprises y investiront jusqu’à 30 G$ US, Intel apportant 51% du financement et Brookfield 49%. Intel gardera ainsi une participation majoritaire et le contrôle opérationnel des deux nouvelles usines, sans avoir à trop s’endetter. 

L’accord avec Brookfield devrait permettre à Intel «d’augmenter [sa] flexibilité tout en conservant un bilan nous permettant de créer une chaîne d’approvisionnement plus diverse et résiliente», ajoute-t-il.

Intel souligne que cette nouvelle source de capitaux vient renforcer un autre pilier de sa stratégie financière: les aides des gouvernements.  Les États-Unis viennent notamment de débloquer 52 G$ US de subventions pour relancer la production de semi-conducteurs dans le pays.

 

Yandex, le «Google russe», se défait de ses activités médias

Yandex (YNDX.ME, 1 704 $RUB, en baisse de 0,41% à 9h37) «a conclu un accord avec le groupe VK, l’un des plus grands réseaux sociaux, qui prévoit la vente à VK de ses plateformes “actualité” et “Zen”», ainsi que le nom de domaine de sa page d’accueil, selon un communiqué du groupe. Le groupe VK, propriétaire de VKontakte, le «Facebook russe», a confirmé dans un communiqué qu’il deviendrait le propriétaire des plateformes d’informations de Yandex.

Dans le cadre de cette transaction qui doit être finalisée d’ici 2023, VK doit céder en échange à Yandex la totalité des actions du service de livraison de nourriture Delivery Club. Cet accord va considérablement renforcer le poids dans le paysage de l’information de VK, groupe dirigé par Vladimir Kirienko, fils de Sergueï Kirienko, membre de l’administration présidentielle et proche de Vladimir Poutine.

Propriétaire du premier portail de recherches de l’espace russophone, la compagnie Yandex est enregistrée aux Pays-Bas et dispose de filiales européennes, britanniques et américaines. La décision de Yandex de céder ses actifs dans les médias à VK intervient alors que le groupe est critiqué pour son rôle présumé dans la censure et la propagande accompagnant l’intervention militaire russe en Ukraine.

La page «actualités» de Yandex filtre ainsi les publications contenant le mot «guerre», interdit par le régulateur russe des médias qui impose le terme d’«opération militaire spéciale». En juin, le cofondateur et PDG de Yandex, Arkadi Voloj, avait démissionné de la direction du groupe, après avoir été sanctionné individuellement par l’Union européenne.

À ce jour, Yandex n’a cependant pas été visé en tant qu’organisation. Face au risque de sanctions, Yandex estime donc que ses intérêts «sont mieux servis en effectuant un retrait stratégique de ses activités médias», selon le communiqué. 

 

Banque Scotia: hausse des bénéfices et des revenus au 3e trimestre

La Banque Scotia (BNS.TO, 80,78 $, en baisse de 0,57% à la fermeture le 22 août) rapporte que son bénéfice net au troisième trimestre de l’exercice financier en cours s’est élevé à 2,594 milliards de dollars (G$), en hausse comparativement à celui de 2 542 G$ rapporté au trimestre correspondant de l’exercice 2021. Pendant la même période, le bénéfice dilué par action est passé de 1,99 $ à 2,09 $. Quant au bénéfice net ajusté, il a augmenté en un an, étant passé de 2,56 G$ à 2 611 G$. Le bénéfice dilué par action ajustée a progressé de 2,01 $ à 2,10 $.

Au trimestre qui a pris fin le 31 juillet dernier, le total des revenus s’est établi à 7 799 G$ ; il avait été de 7 757 G$ un an plus tôt. Le bénéfice du Réseau canadien de la Banque Scotia a augmenté de 12% alors que le bénéfice des Opérations internationales a bondi de 28%.

D’autre part, l’institution signale que le bénéfice des Services bancaires et marchés mondiaux, de 378 millions de dollars, a reculé de 26% à cause de la baisse des revenus tirés des marchés financiers. Le président et chef de la direction, Brian Porter, a observé pendant le plus récent trimestre que la forte qualité du crédit malgré la croissance du portefeuille de prêts dans tous les secteurs d’activité, la gestion prudente des dépenses et la résilience de la clientèle ont été les faits marquants du trimestre, en dépit du contexte macroéconomique qui a été moins favorable, selon lui.

 

À surveiller

TFI International (TFII, 129,80 $, 99,71 $US): l’entreprise vend sa division CFI à Heartland Express. L’entreprise TFI International annonce la vente de sa division CFI, qui offre des services de transport de lots complets, de contrôle de la température et de logistique sans actif au Mexique et aux États-Unis à Heartland Express (HTLD, 15,97 $) pour un montant de 525 millions de dollars américains (M$ US).

Foot Locker (38,39 $US): de bons résultats et une nouvelle PDG, mais des risques fondamentaux demeurent. Le détaillant de chaussures Foot Locker a dévoilé le 19 août des résultats financiers supérieurs aux prévisions de l’analyste Lorraine Hutchinson, de Bank of America, mais la nouvelle qui a eu le plus gros effet est, à son avis, l’arrivée de Mary Dillon, ancienne PDG de la société de produits de beauté Ulta Beauty, au poste de PDG de l’entreprise dès le 1er septembre.

Air Canada (AC, 18,45 $): l’analyste de la Banque Scotia encore plus confiant. L’analyste Konark Gupta, de la Banque Scotia, relève pour une seconde fois en moins d’un mois ses prévisions à court terme sur les résultats financiers d’Air Canada, alors que le prix du carburant continue de reculer pendant que la demande reste forte d’ici la fin de l’exercice 2022.

 

Pour consulter les titres du 24 août, cliquez suivant.

24 août

Le gendarme des marchés a demandé à Twitter des précisions sur les faux comptes

New York — L’Autorité américaine de régulation des marchés (SEC) a demandé, mi-juin, à Twitter de lui fournir des précisions sur sa méthode d’identification des faux comptes et autres spams, selon une lettre publiée mercredi par la SEC, l’une des questions centrales du contentieux entre le réseau social et Elon Musk.

Twitter a répondu à cette lettre et fait valoir qu’il «(présentait) déjà de façon adéquate» sa méthodologie dans sa communication officielle.

Pour lire la suite, c’est ici.

 

À surveiller

Banque Nationale (NA, 92,26 $): la banque québécoise fait bonne figure au troisième trimestre. La troisième grande banque à dévoiler ses résultats surpasse légèrement le consensus au troisième trimestre avec un bénéfice en baisse de 2% à 2,35 $ par action. Scott Chan de Canaccord Genuity avait plutôt prédit 2,22 $.

Banque Scotia (BNS, 74,93$): la réaction du titre aux résultats mitigés est trop punitive. Bien qu’un taux d’imposition avantageux ait embelli la hausse de 4,7% du bénéfice de base ajusté et dilué à 2,10 $ par action au troisième trimestre, Scott Chan de Canaccord Genuity juge que le recul récent de 7% du titre est «excessif».

Palo Alto Networks (PANW, 568,23 $ US): fort trimestre pour le spécialiste de la cybersécurité. Daniel Ives de Wedbush Securities est l’un des onze analystes à avoir relevé son cours cible en réaction aux «excellents résultats» du quatrième trimestre.

 

Pour consulter les titres du 25 août, cliquez suivant.

25 août

Dans les Titres en action:

Le Bureau de la concurrence conclut une entente avec Parkland et Co-op

Parkland (PKI.TO, 33,75$) et Federated Co-operatives (FCL) ont signé des ententes avec le Bureau de la concurrence, qui avait soulevé des inquiétudes au sujet de leur acquisition de 337 stations-service Husky. L’autorité indépendante affirme que les accords aideront à protéger les consommateurs afin qu’ils n’aient pas à payer des prix à la pompe plus élevés en raison de l’élimination des stations Husky en tant que concurrent dans neuf régions.

L’accord avec le Bureau de la concurrence verra Parkland vendre six stations-service à Hamilton, en Ontario, à un ou plusieurs acheteurs devant être approuvés par le commissaire, tandis que FCL vendra la station Husky à Gimli, au Manitoba. Les stations Husky de Portage la Prairie et Dauphin, au Manitoba, ainsi que d’Estevan, en Saskatchewan, seront transférées à Parkland au lieu de FCL.

De plus, les contrats des concessionnaires Husky à Foam Lake, North Battleford et Melfort, en Saskatchewan, ainsi qu’à Minnedosa, au Manitoba, seront transférés à Parkland au lieu de FCL. Cenovus Energy (CVE.TO, 25,61 $) a accepté l’an dernier de vendre les stations-service Husky pour un total de 420 millions de dollars.

 

Aurora acquiert une participation majoritaire dans Bevo Agtech

Aurora Cannabis (ACB, 1,53 $US, en baisse de 2,13%) a signé un accord pour acheter une participation majoritaire dans Bevo Agtech, un fournisseur de plants de légumes et de fleurs. Dans le cadre de l’accord, la société de cannabis acquerra une participation de 50,1% dans Bevo pour 45 millions de dollars. À ce montant s’ajouteront jusqu’à 12 M$ supplémentaires, à condition que Bevo atteigne certains jalons financiers dans son usine Site One à Langley, en Colombie-Britannique.

Bevo a également accepté d’acquérir l’installation Aurora Sky de la société à Edmonton. Dans le cadre de la transaction Aurora Sky, Bevo paiera jusqu’à 25 M$ en fonction de la réalisation de certaines étapes financières.

Le directeur général d’Aurora, Miguel Martin, a souligné que l’investissement et la collaboration généreront une valeur actionnariale et des synergies importantes pour les deux sociétés. Aurora a annoncé plus tôt cette année son intention de fermer son installation Aurora Sky dans le cadre de changements au sein de l’entreprise.

 

Citigroup va mettre fin à ses activités de détail en Russie

La banque américaine Citigroup (C, 51,72 $US) a annoncé jeudi qu’elle allait arrêter progressivement ses activités de détail en Russie après avoir échoué à vendre ses opérations à un acteur local. La fermeture débutera lors du trimestre en cours et affectera environ 2 300 employés dans 15 agences du pays.

Citigroup avait indiqué dès avril 2021 qu’elle comptait arrêter d’offrir des services aux particuliers en Russie dans le cadre d’une réorganisation mondiale conduisant au retrait de 14 marchés en Asie, en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique et au Mexique. «Nous avons exploré de nombreuses options stratégiques pour vendre ces activités au cours des derniers mois», a déclaré dans un communiqué Titi Cole, une responsable des activités de détail de Citigroup. «Il est évident que la voie d’une fermeture progressive est celle qui a le plus de sens, compte tenu des nombreux facteurs de complication dans l’environnement» actuel, a ajouté Mme Cole.

La banque new-yorkaise a toutefois indiqué qu’elle envisageait toujours la vente de certains portefeuilles d’actifs liés à la Russie. Elle a précisé que son exposition totale au pays s’élevait à 8,4 milliards de dollars américains à la fin du 2e trimestre, contre 9,8 G$ US à la même période l’an dernier.

Les activités de détail (particuliers et entreprises) représentent 1 G$ US de ce montant. Citigroup prévoit de passer une charge de 170 M$ US au cours des 18 prochains mois en raison de cette décision.

 

Groupe Banque TD: hausse en une année du résultat ajusté du 3e trimestre

Le Groupe Banque TD (TD.TO, 85,43 $, à la fermeture le 24 août) rapporte un résultat net de 3,214 milliards de dollars pour le troisième trimestre de l’exercice financier en cours, comparativement à 3 545 G$ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Le résultat dilué par action est passé pendant la même période de 1,92 $ à 1,75 $.

Quant au résultat net rajusté, il a augmenté d’une année à l’autre au troisième trimestre, de 3 628 G$ à 3 813 G$. Par action diluée rajustée, le résultat a progressé de 1,96 $ à 2,09 $. Le résultat net du secteur Services de détail au Canada pour le troisième trimestre s’est établi à 2 253 G$, en hausse de 6% par rapport à celui de la période correspondante de l’exercice précédent. Le secteur Services de détail aux États-Unis affiche quant à lui un résultat de 1 442 G$ canadiens, en hausse 11% par rapport à un an plus tôt.

Bharat Masrani, président du Groupe et chef de la direction, Groupe Banque TD, aborde le dernier trimestre de 2022 en s’appuyant sur des activités en pleine croissance. À son avis, dans un contexte macroéconomique complexe, la banque est bien placée pour continuer à investir dans ses activités. En marge de la publication de ses résultats financiers, Groupe Banque TD annonce un dividende de 0,89 $ par action ordinaire pour le trimestre qui se terminera le 31 octobre.

 

Banque CIBC: d’une année à l’autre, bénéfices en baisse au 3e trimestre

La Banque CIBC (CM-PQ.TO, 22.,21 $, à la fermeture le 24 août) a encaissé en un an un recul de 4% de son résultat net du troisième trimestre, qui est passé de 1,73 G$ à 1,666 milliard de dollars cette année. Pendant la même période, le résultat dilué par action a reculé de 1,88 $ à 1,78 $.

Le résultat net ajusté a baissé de 1 808 G$ à 1 724 G$. Le résultat dilué par action ajustée est passé de 1,96 $ à 1,85 $. Le secteur Marchés des capitaux de la Banque CIBC a enregistré un résultat net de 447 millions de dollars au troisième trimestre, inférieur de 9%, par rapport à celui du troisième trimestre de l’exercice précédent, du fait surtout de l’augmentation des charges et de la baisse de la reprise de la provision.

Le secteur Groupe Entreprises et Gestion des avoirs, région des États-Unis, a enregistré un résultat net de 193 M$ canadiens, en baisse de 73 M$CAN. Entre-temps, le secteur Services bancaires personnels et PME, région du Canada, a enregistré un résultat net de 595 M$, en baisse de 47 M$ en un an, ou de 7%. L’institution basée à Toronto affirme que les résultats du troisième trimestre de 2022 ont été touchés par les éléments qui, regroupés, ont donné lieu à une incidence négative de 0,07 $ par action. Il s’agit d’un montant de 50 M$ au titre des coûts liés à l’acquisition du portefeuille canadien de cartes de crédit Costco et d’un montant de 27 M$ au titre de l’amortissement d’immobilisations incorporelles liées aux acquisitions.

Le président et chef de la direction de la Banque CIBC, Victor G. Dodig, estime qu’au troisième trimestre, l’institution a quand même généré une croissance solide dans l’ensemble de ses activités. D’autre part, la Banque CIBC annonce que son conseil d’administration a déclaré un dividende de 0,83 $ par action ordinaire pour le trimestre qui se terminera le 31 octobre prochain.

 

À surveiller

Dollarama (DOL, 81,68 $): profitables marques à bas prix. Dollarama bénéficie de la tendance de la recherche de produits à bas prix par les consommateurs qui tentent d’échapper à l’inflation, ce qui se traduit par une surperformance du titre relativement à l’indice discrétionnaire à la consommation du TSX (TTCD).

Dell (DELL, 46,84 $ US): baisse du marché des ordinateurs personnels. Bank of America revoit ses prévisions à la baisse pour Dell en raison d’une anticipation de baisse de la demande pour les ordinateurs personnels (PC) en deuxième moitié de 2022.

Banque Royale du Canada (RY, 123,20 $): le bénéfice par action n’est pas au rendez-vous. La Banque Royale du Canada a enregistré un bénéfice par action sous les attentes, ce qui fait baisser le cours cible de Canaccord Genuity sur le titre.

 

Pour consulter les titres du 25 août, cliquez suivant.

26 août

Dans les Titres en action:

Moderna porte plainte contre Pfizer/BioNTech pour violation de brevet concernant leur vaccin contre la COVID

L’entreprise américaine de biotechnologies Moderna (MRNA, 141,94 $US)a  annoncé vendredi porter plainte contre Pfizer (PFE, 47,83 $US) et BioNTech (BNTX, 147,23 $US) pour violation de brevet concernant leur vaccin à ARN messager contre la COVID-19. «Moderna est convaincue que le vaccin Comirnaty de Pfizer et BioNTech contre la COVID-19 contrevient à des brevets déposés par Moderna entre 2010 et 2016 et couvrant la technologie fondamentale de l’ARN messager de Moderna», indique un communiqué de la firme.

Moderna et Pfizer/BioNTech ont les premiers mis en production leurs vaccins contre le coronavirus, très vite après le début de la pandémie, grâce à cette technologie de l’ARN messager qui permet de commander aux cellules humaines de fabriquer des protéines présentes dans le virus afin d’habituer le système immunitaire à le reconnaître et à le neutraliser. Jusqu’alors, les vaccins s’appuyaient sur des formes affaiblies ou désactivées des virus pour habituer l’organisme à se défendre, et le développement des remèdes, ainsi que les essais cliniques pour vérifier leur sûreté, pouvaient durer plusieurs années.

L’utilisation de la technologie de l’ARN messager dans les vaccins de Moderna et Pfizer/BioNTech, parmi les plus injectés au monde, fut l’apogée de quatre décennies de recherches qui ont permis de surmonter de nombreux obstacles

«Cette technologie révolutionnaire a été cruciale pour le développement du propre vaccin à ARN messager de Moderna, Spikevax. Pfizer et BioNTech ont copié cette technologie, sans l’autorisation de Moderna, pour fabriquer Comirnaty», ajoute le communiqué de Moderna.

 

À surveiller 

Tesla (TSLA, 297,09 $US): ses actions sont fractionnées, son cours cible est augmenté. À quelques heures du morcellement en trois de chaque titre de Tesla, Daniel Ives de Wedbush fait passer de 333 $US — soit 1000 $ répartis en trois actions — à 360 $US son cours cible.

Banque CIBC (CM, 65,67 $): croissance graduelle en vue. Après avoir jeté un œil aux résultats dévoilés par la Banque CIBC, Gabriel Dechaine de la Financière Banque Nationale s’attend à ce que sa marge nette sur les intérêts et son levier d’exploitation augmentent graduellement tous deux au cours des prochains trimestres.

Banque TD (TD, 86,06 $): qu’une seule ombre au portrait. La Banque TD a dévoilé de bons résultats trimestriels, si on se fit à la lecture que Doug Young de Valeurs mobilières Desjardins en fait.