Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Innergex perd un partisan, l’action glisse de 4%

Dominique Beauchamp|Mis à jour le 16 avril 2024

Innergex perd un partisan, l’action glisse de 4%

(Photo: 123RF)

Les analystes publient tous encore ces jours-ci les perspectives pour leur secteur de prédilection ainsi que leurs titres préférés. Cette fois, le producteur d’énergie renouvelable Innergex (INE, 15,75$) en fait les frais.

L’action a perdu jusqu’à 4,6% à l’ouverture en Bourse en réaction à la décision de Mark Jarvi de CIBC Marchés mondiaux de retirer sa recommandation d’achat sur le titre de la société de Longueuil parce qu’il offre peu de potentiel haussier par rapport à son risque. Son cours cible reste pourtant à 20$.

«Dans la conjoncture actuelle, nous adoptons une approche plus prudente et Innergex ne coche pas assez de boîtes pour rester dans la liste des titres plus susceptibles de s’apprécier étant donné son profil de risque», explique Mark Jarvi, dans sa mise à jour annuelle du secteur.

Les producteurs mieux financés offrant des flux de trésorerie plus visibles, tout en bénéficiant de la hausse des prix de l’électricité, auront l’avantage si les marchés financiers redevenaient plus nerveux en 2023, met-il en contexte. 

L’analyste assure qu’il apprécie les solides perspectives de croissance de l’entreprise, mais sa situation financière lui procure peu de marge de manoeuvre pour financer ses projets. «La société a aussi tardé à envisager des sources alternatives de financement, telle que la vente d’actifs, alors qu’elle verse une proportion élevée de ses flux de trésorerie en dividendes (91% en 2022), ce qui réduit sa capacité à conserver des liquidités», renchérit-il.

Dit autrement, Innergex aura plus de mal que ses consoeurs à transformer la croissance de ses actifs en croissance des flux de trésorerie par action et à créer de la valeur. La société pourrait avoir besoin de capitaux propres externes dans un marché plus hostile.

En pleine remontée des taux d’intérêt, l’action d’Innergex a perdu 13% de sa valeur en 2022, par rapport au déclin moyen de 8,4% pour l’ensemble des producteurs indépendants d’électricité qui ont tous souffert de la remontée rapide des taux qui accroît le coût des emprunts.

Pour 2023, l’analyste lui préfère donc d’autres choix plus prudents dans son industrie alors que l’incertitude macroéconomique perdure.

Ses titres préférés sont en grande partie ceux qui ont mieux tiré leur épingle du jeu l’an dernier. Dans l’énergie renouvelable, Boralex (BLX, 40,18$) est son titre favori pour sa croissance équilibrée et l’achat récent aux États-Unis. Entre 2021 et 2024, Mark Jarvi mise sue une croissance annuelle composée de 19% des flux de trésorerie de la société.

Son cours cible passe de 44 à 49$, pour un rendement total potentiel de 22%, incluant le dividende.

TransAlta (TA, 12,35 $) est le deuxième choix de l’analyste de CIBC. À court terme, le producteur albertain devrait bénéficier de la remontée des prix de l’électricité dans cette province. Son titre pourrait aussi être réévalué à la hausse si le producteur simplifiait sa structure d’entreprise. À plus long terme, l’énergie renouvelable prendra plus de place dans son actif. Son cours cible reste inchangé à 16,50$.

Dans le segment des producteurs réglementés, la stabilité de l’Ontarienne Hydro One (H, 36,16 $) lui plaît en plus d’offrir le meilleur bilan et la plus forte croissance du dividende (6% par année d’ici 2024) de son industrie. Le titre n’est pas bon marché, mais la plus-value est méritée à ses yeux.