Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Apple: faut-il racheter maintenant?

Jean Gagnon|Mis à jour le 26 avril 2024

Apple: faut-il racheter maintenant?

Le gestionnaire de portefeuilles chez Financière Banque Nationale, Cimon Plante, reconnaît qu’une récession affecterait les ventes de iPhone. (Photo: 123RF)

La BOUSSOLE BOURSIÈRE est une rubrique qui traite d’un événement marquant et de son effet sur le marché boursier en s’appuyant sur l’analyse d’experts. Cette analyse pourra être autant fondamentale que technique.


(Illustration: Camille Charbonneau)

Comme bien d’autres en cette période de bear market, la configuration graphique du cours de l’action d’Apple ne montre rien de bien encourageant, note Monica Rizk, analyste senior chez Phases & Cycles, une firme de gestion de portefeuilles dont la spécialité est l’analyse technique.

Après avoir atteint un sommet de 180$US en début d’année, le titre est tombé jusqu’à 130$US en juin, un recul de plus de 27%. Bien qu’il ait regagné une dizaine de dollars depuis ce moment, il se négocie toujours bien en deçà de sa moyenne mobile de 200 jours (ligne noire), qui est le reflet de la tendance à long terme.

De plus, au début du mois de juin, les moyennes mobiles de 50 jours (ligne grise) et de 200 jours se sont croisées (voir la flèche sur le graphique), ce qui est souvent annonciateur que la tendance à la baisse va se poursuivre, indique Monica Rizk.

(Source: Phases & Cycles)

Mais tout n’est pas perdu, selon elle. Elle identifie une zone de support intéressante entre 120 et 130$US. Si ce support tient bon, comme il vient de le faire il y a quelques semaines, c’est de ce niveau que le titre pourra renverser sa tendance baissière, croit-elle.

Toutefois, pour plus de certitude, il faudra être patient. «Nous n’aurons la confirmation que le titre a retrouvé une tendance haussière que lorsque le cours de l’action aura regagné sa moyenne mobile de 200 jours qui se situe pour l’instant autour de 160$US.

 

Un titre bien évalué…

En 2018, l’action d’Apple se négociait à 15 fois les bénéfices, signale Cimon Plante, gestionnaire de portefeuilles chez Financière Banque Nationale. En début d’année, ce ratio cours/bénéfices atteignait 30 fois. Mais c’est à ce moment que la musique s’arrêta pour l’ensemble des marchés boursiers. Et le titre d’Apple se négocie maintenant à 22 fois les bénéfices escomptés. «Si l’on croit que Apple peut faire croître ses ventes de 15% par année, nous sommes devant un titre qui est raisonnablement évalué», conclut Cimon Plante.

Le gestionnaire reconnaît qu’une récession affecterait les ventes de iPhone. Elle inciterait beaucoup de gens à retarder l’achat d’un nouvel appareil pour plutôt conserver celui qu’ils possèdent déjà.

 

… et de grande qualité

Toutefois, il estime que Apple n’est plus seulement un manufacturier de téléphone intelligent. «Ses revenus proviennent de plus en plus des abonnements aux différents segments de son écosystème, tels Apple TV, APP Store et bien d’autres», dit-il. «Et il s’agit-là de revenus récurrents en pleine croissance», ajoute-t-il.

À cela, il faut ajouter que Apple est une très bonne compagnie, bien gérée, et possédant une marque reconnue mondialement qui lui assure un avantage concurrentiel. «Elle fait sans l’ombre d’un doute partie des sociétés de qualité», dit Cimon Plante.

Mais il y a bien sûr les conditions actuelles des marchés boursiers. Les indices américains sont en zone de récession (en baisse d’au moins 20%), et le titre de Apple ne fait pas exception. S’agit-il d’une bonne occasion d’achat? «Il est toujours difficile de déterminer quel sera le creux, mais pour ceux qui croient que le moment de revenir dans le marché approche, Apple constitue certainement un bon candidat», dit le gestionnaire de la Financière.