Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

À surveiller: Shopify, Air Canada et Canadien National

lesaffaires.com|07 Décembre 2023

À surveiller: Shopify, Air Canada et Canadien National

Shopify ne fait pas l’unanimité auprès des analystes à la suite de sa journée des investisseurs de mardi. (Photo: 123RF)

Que faire avec les titres Shopify, Air Canada et Canadien National? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée par les analystes.

 

Shopify (SHOP, 96,96$): le titre divise les analystes

Malgré une hausse de 22% de ventes de ses marchands lors du Vendredi fou et des résultats au-delà des attentes présentés au début du mois de novembre, Shopify ne fait pas l’unanimité auprès des analystes à la suite de sa journée des investisseurs de mardi.

Du côté des plus enthousiastes, il y a la Banque Royale du Canada. Ses analystes affirment que la présentation des dirigeants de Shopify confirme leur thèse selon laquelle la plateforme de commerce électronique entre dans une période de marché haussier.

La Royale souligne notamment les efforts de Shopify pour optimiser ses processus à l’interne, ce qui «l’aidera à soutenir son avantage compétitif et sa capacité à innover». RBC Marchés des capitaux souligne aussi la capacité de Shopify à intégrer l’intelligence artificielle dans ses activités et le potentiel de revenus supplémentaires que ce déploiement représente.

Mais c’est notamment le potentiel de marché total adressable qui enchante les analystes de RBC. Ce marché, Shopify l’évalue à 849 milliards de dollars. En 2015, ces estimations étaient de 46 milliards.

«Cette analyse est semblable à celle que nous avions faite en 2020, où notre estimation était de 800 milliards. Elle correspond surtout à notre thèse de marché haussier à long terme pour Shopify, puisque l’entreprise a l’occasion de monétiser une grande partie du marché global du commerce de détail, en Chine, par exemple», expliquent les analystes qui font monter leur cible pour le titre de 80$US à 100$US.

Par contre, l’analyste Scott Devitt, de Wedbush Securities, est moins enthousiaste. «Puisque l’action de Shopify a gagné près de 50% dans le dernier mois, et que sa valeur est vraiment à l’extrême sommet si l’on compare avec ses pairs, cela nous semble être un bon moment de prendre un pas de recul. Je pense qu’il y aura de bonnes occasions à venir d’acheter l’action à un prix plus bas», a-t-il confié dans une entrevue accordée à Bloomberg. Ce dernier a d’ailleurs fait passer sa note pour le titre de «rendement supérieur» à «neutre».

Malgré qu’ils s’accordent sur le potentiel à venir de Shopify, les analystes d’ATB Capital et de TD Cowen ont également indiqué qu’ils préféraient jouer de prudence avec le titre de l’entreprise canadienne.

 

Dominique Talbot

 

Air Canada (AC, 18,27$): le marché canadien moins favorable aux transporteurs à bas prix

Air Canada (AC, 18,27$): le marché canadien moins favorable aux transporteurs à bas prix

Les transporteurs aériens à bas prix augmentent leur capacité en sol américain, une situation qui incite les analystes de Marchés des capitaux CIBC à se demander si le marché canadien était à risque de subir le même sort, ce qui serait potentiellement nuisible à la rentabilité d’Air Canada.

Selon l’analyste Kevin Chiang, le marché du transport aérien au Canada présente des caractéristiques différentes de celui des États-Unis, ce qui réduit le risque d’un pivot vers une situation de surcapacité.

«Nous conservons une opinion favorable à long terme envers Air Canada. L’industrie du transport aérien du Canada est surtout orientée vers l’international et il est beaucoup plus difficile pour les transporteurs à bas prix de rivaliser avec des transporteurs établis dans des aéroports qui agissent comme des plaques tournantes», estime-t-il.

Kevin Chiang souligne que le marché des vols domestiques aux États-Unis est le plus important du genre au monde. «Les transporteurs à bas prix desservent surtout les vols intérieurs. Il y a beaucoup de débouchés pour absorber cette capacité supplémentaire. Le marché des vols domestiques au Canada est beaucoup plus petit et serait donc plus difficile à rentabiliser», croit-il.

L’analyste ajoute qu’aux États-Unis, divers goulots d’étranglement du côté des infrastructures et la pénurie de main-d’œuvre ont affecté davantage les transporteurs à bas prix. «Nous présumons que les entreprises présentes au Canada doivent affronter les mêmes défis.  Sans oublier que les transporteurs à bas prix sont des entreprises établies aux États-Unis, ce qui n’est pas le cas au Canada. L’environnement économique actuel est plus difficile pour un nouveau transporteur aérien», estime-t-il.

Il ajoute que le Canada compte peu de marchés secondaires mal desservis, une niche qui est plus facilement rentable pour les transporteurs à bas prix. «De plus, depuis le début de la pandémie, nous notons un appétit grandissant de la clientèle pour des services premium, ce qui favorise Air Canada avec son offre de cabines premium et son programme de fidélisation Aéroplan», croit-il.

L’analyste révise toutefois à la baisse sa cible de bénéfice par action de l’entreprise canadienne pour les deux prochaines années. Elle passe de 4,61$ à 3,80$ pour 2024 et de 5,67$ à 4,45$ pour 2025.

Kevin Chiang conserve sa recommandation de «surperformance» sur le titre d’Air Canada, et son cours cible sur 12 à 18 mois de 30$.

 

Denis Lalonde


 

Canadien National (CN, 160,04$): acquisition américaine

Canadien National (CN, 160,04$): acquisition américaine

Le transporteur ferroviaire de marchandises Canadien National a annoncé l’achat d’Iowa Northern Railway (IANR), entreprise qui exploite environ 275 milles (environ 440 kilomètres) de voies ferrées en Iowa reliées au réseau du CN aux États-Unis.

L’opération a été conclue dans le cadre d’une fiducie de vote indépendante, en attendant l’examen réglementaire de l’opération par le Surface Transportation Board (STB) des États-Unis. Le montant de la transaction n’a pas été révélé.

La décision du STB sur cette transaction est attendue en 2024.

L’analyste Cameron Doerksen, de la Financière Banque Nationale, estime que l’acquisition projetée aiderait le Canadien National (CN) à densifier et à étendre son réseau aux États-Unis.

«L’IANR dessert surtout des clients agricoles et industriels et transporte en majorité des biocarburants et des céréales. Son réseau possède des connexions directes avec celui du CN, mais aussi avec ceux de Canadien Pacifique Kansas City (CPKC) et Union Pacific (UP)», explique-t-il.

Il ajoute que la transaction, si elle est approuvée, aurait peu d’effets sur les résultats financiers du CN, puisque l’entreprise américaine transporte environ 1% des volumes annuels du transporteur canadien.

«IANR transporte l’équivalent de 60 000 wagons complets par année, comparativement à 5,7 millions pour le CN l’an dernier. De plus, IANR compte 110 employés, par rapport à plus de 25 000 pour le CN», dit-il.

Cameron Doerksen conserve sa recommandation de «performance égale au secteur» sur le titre de Canadien National, de même que son cours cible sur un an de 168$. Le CN dévoilera ses résultats financiers du quatrième trimestre et de l’exercice 2023 le 23 janvier.

«Les résultats à venir devraient être largement conformes aux prévisions pour l’entreprise, mais nous nous attendons à ce que les faiblesses entourant le transport de marchandises durent au moins jusqu’au début de 2024», écrit-il.

Il donne au titre du CN une valeur de 18 fois le bénéfice par action prévu durant l’exercice 2025.

 

Denis Lalonde