Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

À surveiller: Saputo, Savaria et Lion Électrique

Denis Lalonde|09 mai 2023

À surveiller: Saputo, Savaria et Lion Électrique

Le carnet de commandes de Lion Électrique a progressé entre les mois de mars et de mai. (Photo: courtoisie)

Que faire avec les titres de Saputo, Savaria et Lion Électrique? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée par les analystes.

Saputo (SAP, 33,82$) : RBC relève légèrement son cours cible sur un an

Le fabricant de fromages Saputo dévoilera ses résultats financiers du quatrième trimestre de son exercice 2023 le 8 juin et l’analyste Irene Nattel, de RBC Marchés des capitaux, anticipe que la société fera état d’un bénéfice par action de 0,41$, ce qui constituerait une augmentation de 59% sur un an.

Cette prévision est au centre de la fourchette prévue de 0,37$ à 0,43$ des analystes qui suivent l’entreprise.

«Les éléments qui ont caractérisé les hausses de bénéfices depuis le début de l’exercice continueront d’avoir des effets positifs au quatrième trimestre, particulièrement les initiatives d’augmentations des prix, les gains d’efficacité et l’amélioration du carnet de commandes», soutient l’analyste.

Irene Nattel ajoute que la différence entre le prix du lait et du fromage, qui était négative durant les trois premiers trimestres de l’exercice financier de Saputo, est revenue en territoire positif au quatrième trimestre. «Depuis le début de l’année, la différence était de -0,20$ la livre, alors qu’au quatrième trimestre, elle a été de +0,05$ la livre», dit-elle.

Cette amélioration devrait toutefois être contrebalancée par le fait que Saputo doit écouler ses inventaires, avec des blocs de fromage qui se vendent 3% moins cher qu’il y a un an.

L’analyste de RBC prévoit des revenus de 4,47 milliards de dollars (G$) et un bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) ajusté de 391 millions de dollars (M$) pour le trimestre terminé à la fin du mois de mars, alors que le consensus mise sur des revenus de 4,42 G$ et sur un BAIIA ajusté de 396,3 M$.

Selon elle, Saputo réalisera des marges bénéficiaires moyennes de 8,7% pour le trimestre, ce qui est légèrement plus pessimiste que le consensus, établi à 9%.

Irene Nattel soutient que la performance de Saputo sur le marché américain est ce qui fera la plus grosse différence par rapport à l’an dernier. Elle soutient que le BAIIA de la société aux États-Unis fera un bond de 247% sur un an à 146M$ au quatrième trimestre, alors que ceux des activités canadiennes et internationales grimperont respectivement de 12,1% à 131 M$ et de 16,5% à 72 M$. En Europe, le BAIIA devrait gagner 7,7% à 42 M$.

L’analyste réitère sa recommandation de «surperformance» sur le titre de Saputo, mais relève son cours cible sur un an de 1$ à 46$.

 

 

Savaria (SIS, 16,59$) : un bon carnet de commandes en support aux résultats trimestriels

Savaria (SIS, 16,59$) : un bon carnet de commandes en support aux résultats trimestriels

Le fabricant d’équipements d’accessibilité pour personnes à mobilité réduite Savaria dévoilera ses résultats financiers du premier trimestre de 2023 demain après la fermeture des marchés boursiers et l’analyste Nick Agostino, de Valeurs mobilières Banque Laurentienne, s’attend à des revenus de 201,8 millions de dollars (M$), ce qui constituerait une progression de 10% sur un an.

L’analyste rappelle que la progression annuelle des revenus avait été de 12% au quatrième trimestre de 2022. «Nous sommes confortables avec nos prévisions, qui se situent dans le haut de la fourchette de l’objectif de croissance des revenus de 8% à 10% de la direction, grâce à la bonne tenue du carnet de commandes, de ventes croisées et de vigueur de la demande, tout cela jumelé à des hausses de prix», explique-t-il.

Du côté de l’accessibilité, Nick Agostino anticipe des revenus de 145,9 M$, en hausse de 12% sur un an, grâce à la forte demande dans les secteurs résidentiel et commercial. Pour les équipements médicaux, il entrevoit des revenus de 44,2 M$, en hausse de 6% sur un an, grâce à l’obtention de nouvelles commandes et des hausses de prix. «Pour les véhicules adaptés, la croissance des revenus devrait être de 2% sur un an à 11,7 M$. Les véhicules de police et les ambulances continuent de se munir d’équipements pour personnes à mobilité réduite, même si le secteur est toujours aux prises avec des problèmes de chaîne d’approvisionnement», dit-il.

Comme Savaria dévoile ses résultats financiers en dollars canadiens, mais que 40% de ses revenus proviennent des États-Unis et 28% d’Europe, l’entreprise pourrait affronter un vent contraire du côté de la conversion des devises. L’analyste estime que la faiblesse du dollar canadien durant le trimestre devrait se traduire par un effet négatif de 6 M$ sur les ventes de la société.

Nick Agostino anticipe par ailleurs un bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) de 29,9 M$, ce qui est conforme au consensus des analystes. Il réitère sa recommandation d’achat sur le titre de Savaria avec un cours cible sur un an de 21,50$.

 

 

Lion Électrique (LEV, 2,40 $US, 3,23$) : plus de livraisons que prévu, mais moins de revenus

Lion Électrique (LEV, 2,40 $US, 3,23$) : plus de livraisons que prévu, mais moins de revenus

Le fabricant de véhicules lourds électriques Lion Électrique a dévoilé des résultats du premier trimestre qui ont semblé satisfaire partiellement les attentes de Rupert Merer, analyste à la Financière Banque Nationale (FBN).

Lion a livré 220 véhicules durant le trimestre (13 camions et 207 autobus), alors que l’analyste en prévoyait 210 (40 camions et 170 autobus). Au trimestre correspondant il y a un an, l’entreprise de St-Jérôme avait livré 174 véhicules.

«Le prix de vente moyen par véhicule de 248 000 dollars est toutefois inférieur à nos attentes, fixées à 301 000$», précise l’analyste. Selon lui, le prix moyen devrait progresser cette année grâce à la hausse de cadence de production des camions et aux subventions américaines qui stimuleront les ventes d’autobus scolaires aux États-Unis.

Il ajoute que les revenus de l’entreprise ont atteint 54,7 millions de dollars (M$), alors que les attentes du consensus des analystes étaient légèrement plus élevées, à 55M$. L’analyste de la FBN était un peu plus optimiste et misait sur des revenus de 63 M$.

Rupert Merer souligne que le coût de fabrication moyen par véhicule a été de 259 000 dollars, ce qui est moins élevé que ce à quoi il s’attendait (329 000 dollars), grâce à la prépondérance de la production d’autobus.

Il souligne que l’entreprise a déclaré une perte avant intérêts, impôts et amortissement de 14 M$, ce qui est légèrement supérieur à celle de 14,5M$ anticipée par le consensus. L’analyste de la FBN était un peu plus pessimiste et prévoyait une perte de 16 M$.

La perte par action de 0,07$ est toutefois deux fois moins élevée que prévu, dit-il.

Les flux de trésorerie libres de Lion ont fondu à 36M$. En incluant des facilités de crédit, l’entreprise a 57M$ à sa disposition. «L’entreprise a émis pour 4,6M$ d’actions durant le trimestre dans le cadre de son programme de placement au cours du marché. Lion peut encore émettre pour 90M$ d’actions dans le cadre de ce programme», note l’analyste.

Lion a dépensé 23,1 M$ dans ses usines durant le premier trimestre, dont 6M$ à Joliet, en Illinois, et 15M$ à Mirabel dans son centre d’innovation et son usine de blocs-batteries. La société prévoit dépenser 14 M$ à Joliette et 30M$ à Mirabel d’ici la fin de l’année.

L’analyste voit d’un bon œil le fait que le carnet de commandes de Lion ait progressé malgré la livraison de 220 véhicules durant le trimestre, pour se situer à 2 565 unités (295 camions et 2 270 autobus). Il était de 2 468 unités au 9 mars (301 camions et 2 167 autobus). La valeur du carnet de commandes est selon lui de 625 M$.

Rupert Merer réitère sa recommandation de «surperformance» sur le titre de Lion et son cours cible sur un an de 3$US.