Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

À surveiller: Nike, BRP et Aritzia

Jean Gagnon|02 octobre 2023

À surveiller: Nike, BRP et Aritzia

Aritzia traverse des moments difficiles en Bourse depuis janvier 2022. (Photo: Denis Lalonde)

Que faire avec les titres de Nike, BRP et Aritzia? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

 

NIKE (NKE-NYSE, 95,62 $US): la marge bénéficiaire s’améliore et le titre gagne près de 6,5%

Le fabricant de chaussures, de vêtements et d’équipement de sports présentait ses résultats du 1er trimestre de son année financière 2024 vendredi (29 septembre), et ceux-ci ont certes plu aux investisseurs, car le cours de l’action a clôturé la séance en hausse de plus de 6,5% après avoir été en hausse de 10% à un moment durant la journée.

Les bénéfices ont excédé les attentes alors la marge bénéficiaire a été supérieure aux prévisions. La direction a profité de l’occasion pour réitérer ses prévisions pour l’ensemble de l’année financière, indiquant même qu’elle haussait quelque peu ses prévisions de revenus du 2e trimestre tout en stipulant que sa marge bénéficiaire augmentera de plus de 100 points centésimaux, résume Simeon Siegel, analyste chez BMO Marchés des capitaux.

Il notait qu’au cours des derniers mois, les investisseurs étaient de plus en plus préoccupés par l’évolution des affaires en Chine et en Amérique du Nord. Plusieurs d’entre eux croyaient que les dirigeants de Nike annonceraient plutôt une baisse de leurs prévisions. Le sentiment des investisseurs envers l’entreprise était alors devenu trop négatif, selon lui.

Il croit que la confiance que démontre la direction devrait maintenant les rassurer et permettre une reprise à la hausse du cours de l’action

En conséquence, Simeon Siegel réitère sa recommandation de «surperformance», mais il réduit néanmoins son cours cible sur un an de 120,00$US à 110,00$US.

Pour l’année 2024, l’analyste diminue quelque peu sa prévision de revenus, qui passe de 54,2 milliards $US à 53,5 milliards $US, mais il hausse sa prévision de bénéfice par action ajusté de 3,60$US à 3,70$US.

 

 

BRP (DOO, 102,81 $): les investisseurs sont trop pessimistes envers les perspectives de la société, selon l’analyste de Desjardins

BRP (DOO, 102,81 $): les investisseurs sont trop pessimistes envers les perspectives de la société, selon l’analyste de Desjardins

La semaine dernière, les gens de Desjardins organisaient une visite d’investisseurs institutionnels aux installations manufacturières du fabricant de véhicules sportifs motorisés BRP, à Valcourt, ainsi qu’à un centre de recherche et de développement en compagnie des principaux dirigeants de l’entreprise.

Cette permettait de revoir les paramètres qui confère à BRP des occasions de croissance uniques, explique Benoit Poirier, analyste chez Valeurs mobilières Desjardins.

Les investisseurs manquent d’enthousiasme envers le titre, car celui-ci se négocie actuellement à un niveau d’au moins 15% inférieur à son sommet atteint il y a deux ans déjà, en septembre 2021. Pour l’analyste, ce pessimisme des investisseurs est exagéré, et il estime que cette situation crée une excellente occasion d’achat. En conséquence, il recommande l’achat du titre en vue d’un cours cible de 168$.

La direction de BRP a profité de la rencontre pour réitérer sa confiance de maintenir une marge de bénéfices avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) d’au moins de 17% au cours des prochaines années, et ce, malgré que le boom de l’après-COVID s’atténue, note l’analyste.

La direction voit plusieurs occasions d’accroître ses marges grâce entre autres à une hausse des volumes dans le secteur marin alors que la demande augmentera, ainsi qu’à un retour à un modèle manufacturier plus mince, note également l’analyste.

Par ailleurs, la sortie de ses véhicules électriques a été quelque peu repoussée. Cela s’explique par le fait que la direction a décidé de développer par elle-même toute sa technologie et de faire appel à un tiers uniquement pour acquérir les cellules de batterie. La direction se dit particulièrement optimiste quant à la croissance de sa planche entièrement électrique à aile portante Sea‑Doo Rise, constate l’analyste.

 

 

Aritzia (ATZ, 23,63 $): des résultats un peu meilleurs que prévu malgré des pertes de part de marché

Aritzia (ATZ, 23,63 $): des résultats un peu meilleurs que prévu malgré des pertes de part de marché

Le fabricant de vêtements haut de gamme pour dames Aritzia a réalisé au 2e trimestre de son année financière 2024 des bénéfices avant intérêts, impôts et amortissement ajustés (BAIIA) de 21,2 millions de dollars (M$) qui, bien qu’en baisse de 74% comparativement à l’année précédente, étaient supérieurs à la prévision de 12,8M$ de Stephen MacLeod, analyste chez BMO Marchés des capitaux.

Cela a permis un certain regain du titre qui s’est apprécié de près de 6% à la suite de l’annonce des résultats. La société traverse des moments difficiles en Bourse depuis janvier 2022.

La croissance des ventes au 2e trimestre a ralenti comparativement au 1er trimestre tel qu’il était prévu. Les ventes comparables ont diminué de 4,3%. La direction dit voir également une diminution du trafic dans ses magasins pour le 3e trimestre, note l’analyste.

Elle maintient toutefois ses prévisions pour son année financière 2024. Les revenus se situeront entre 2,25 et 2,35 milliards de dollars (G$), ce qui signifie une hausse entre 2% et 7%. Les marges brutes seront pour leur part en baisse d’environ 300 points centésimaux. Quant à la marge du BAIIA ajusté, elle sera en baisse d’environ 600-650 points centésimaux, soit entre 9,5 et 10%, note l’analyste.

Toutefois, malgré les pressions sur les marges durant la 2e moitié de l’année financière 2024, la direction réitère sa prévision d’une hausse de sa mage bénéficiaire d’environ 500 points centésimaux pour l’année financière 2025, soit une amélioration d’environ 15%, remarque l’analyste.

Pour l’instant, Stephen MacLeod maintient sa recommandation de performance égale au marché, mais il diminue néanmoins son cours cible sur un an, qui passe de 37,00$ à 32,00$.