Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

À surveiller: Gildan, Lululemon Athletica et Dollarama

Charles Poulin|Mis à jour le 16 avril 2024

À surveiller: Gildan, Lululemon Athletica et Dollarama

Dollarama a présenté de bons résultats à son quatrième trimestre, selon l’analyste Vishal Shreedhar, de la Financière Banque Nationale. (Photo: 123RF)

Que faire avec les titres Gildan, Lululemon Athletica et Dollarama? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.


Les Vêtements de Sport Gildan (GIL, 39,89 $ US): croissance des ventes supportée par des investissements

Gildan s’attend à voir à un taux de croissance annuel composé des ventes de 7% à 10% au cours des trois prochaines années, avec une croissance du bénéfice avant impôts et intérêts de 18% à 20% qui sera soutenue par des investissements qui lui permettront de prendre de l’expansion.

Gildan a annoncé, lors de sa journée des investisseurs, que les ventes seraient propulsées par de plus grands volumes. Pour répondre à la demande, elle augmentera ses dépenses en immobilisations dans une fourchette de 6% à 8% de ses ventes, soit une somme variant entre 600 M$ et 900 M$ d’ici 2024. Les investissements serviront notamment à améliorer sa capacité de production en Amérique centrale et dans les Caraïbes, ainsi qu’à prendre de l’expansion au Bangladesh, où elle construit la première de deux grandes installations de textile et de couture.

L’entreprise québécoise a identifié un marché potentiel de 22 G$, dont 75% proviendront des vêtements de sport et l’autre 25% des bas de nylon et des sous-vêtements. De façon géographique, 80% de la croissance viendra de l’Amérique du Nord, son principal marché, et l’autre 20% de l’international. Gildan précise que les t-shirts seront l’article le plus vendu en Amérique du Nord, avec une montée de moins de 5%. En comparaison, le molleton représente 40% du marché et la croissance attendue se situe entre 5% et 9%.

L’analyste Sabahat Khan, de RBC Marchés des capitaux, indique que les dirigeants ont mentionné que la reprise était plus lente du côté international et qu’ils s’attendaient à ce qu’elle le demeure en raison des récents événements géopolitiques.

Gildan a également annoncé sa stratégie ESG, «Prochaine génération», qui comprend cinq piliers dont le climat, l’énergie et l’eau (notamment une réduction des gaz à effet de serre de 30% d’ici 2030), l’économie circulaire (approvisionnement de coton durable à 100% d’ici 2025) et la gestion des ressources humaines (amélioration de la représentation féminine).

La Banque Royale maintient sa prévision de «surperformance» pour Gildan ainsi que son cours cible à 51 $.

 

Lululemon Athletica (LULU, 343,97 $): bénéfice par action et prévisions à la hausse

Lululemon Athletica (LULU, 343,97 $): bénéfice par action et prévisions à la hausse

Lululemon Athletica a présenté un bilan de son quatrième trimestre fort positif avec un bénéfice par action et des prévisions pour 2022 supérieurs au consensus du marché.

BMO Marchés des capitaux estime que Lululemon fait toujours l’envie des magasins de vente au détail, elle qui est encore capable de faire progresser ses marges bénéficiaires. La force de son image de marque propulsera encore des ventes significatives, mais l’institution financière croit que les bénéfices avant intérêts et impôts (BAII) approchent un sommet, ce qui plafonnerait la hausse.

Les revenus ont raté de peu la cible au quatrième trimestre (+23%, soit environ 2% de moins que les prévisions de l’entreprise), mais distancent tout de même ses concurrents pour placer Lululemon en tête du groupe.

La marge brute s’est chiffrée à 58,1%, devant le consensus du marché (57,9%) pour une baisse de 50 points de base annuelle, mais tout de même en ligne avec les prévisions. L’analyste Simeon Siegel indique que la chute s’explique par une contraction de la marge sur les produits, notamment à cause de frais de transport aérien plus élevés.

La croissance du BAII (environ 90 points de base) a été portée par les magasins (augmentation de 710 points de base), ce qui a permis d’atténuer la baisse des ventes directes aux consommateurs (contraction de 320 points de base).

Pour l’année 2022, Lululemon anticipe des revenus nets se situant entre 7,49 G$ et 7 615 G$, devant le consensus du marché de 7 239 G$. Cela représenterait une majoration annuelle de 20% à 22%. Le bénéfice par action devrait se situer entre 9,15 $ et 9,35 $, encore une fois devant le consensus de 9,06 $. Les dépenses d’investissement devraient varier entre 600 M$ et 625 M$, ce qui reflète un investissement croissant dans la chaîne d’approvisionnement, la capacité Web, les ouvertures de boutiques et les rénovations ainsi que la technologie et les infrastructures corporatives qui serviront à augmenter les capacités de distribution et à supporter la croissance prévue du volume de ventes.

La BMO réitère sa prévision de «performance égale au marché» pour Lululemon et son cours cible annuel est de 344 $.

 

Dollarama (DOL, 71,19 $): bons résultats, solides prévisions

Dollarama (DOL, 71,19 $): bons résultats, solides prévisions

Dollarama a présenté de bons résultats à son quatrième trimestre, selon l’analyste Vishal Shreedhar, de la Financière Banque Nationale (FBN), et l’institution financière estime que ses prévisions pour 2023 sont solides malgré les défis auxquels l’entreprise québécoise devra faire face.

Le bénéfice par action s’est chiffré à 0,74 $, juste au-dessus du consensus du marché à 0,71 $ (0,72 $ pour la FBN). Les ventes de magasins comparables ont progressé de 5,7%, tandis que le panier moyen a grimpé de 4% et le nombre de transactions de 10,1%. Les revenus de 1 225 G$ ont eux aussi battu le consensus du marché (1 224 G$), mais se sont avérés moins élevés que ce qu’avait anticipé la Banque Nationale (1 242 G$). L’an dernier, ils avaient atteint 1 104 G$ au quatrième trimestre.

La marge brute a été de 45,2%, en ligne avec ce qu’avait prévu la Banque Nationale, mais à la baisse relativement au 45,5% enregistré l’an dernier. Le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) s’est chiffré à 394 M$, mieux que l’estimation de l’institution financière (390 M$) et du consensus du marché (379 M$).

Les prévisions de Dollarama pour 2023 comprennent l’ouverture de 60 à 70 nouveaux magasins, une croissance de 1% de la marge brute et des dépenses d’investissement variant entre 160 M$ et 170 M$. L’entreprise de vente au détail à bas prix prévoit une influence minimale de la COVID-19 sur ses opérations et n’entrevoit pas de nouvelles mesures de restrictions sanitaires.

La Banque Nationale avance que malgré les nombreux défis que doit affronter Dollarama, notamment l’inflation et les problèmes de chaîne d’approvisionnement, l’entreprise se débrouille fort bien en utilisant plusieurs leviers, notamment les commandes hâtives. L’institution financière croit également que la vigueur du dollar canadien apportera des bénéfices.

Pour contrer l’inflation, Dollarama lancera des produits à 5 $, alors qu’auparavant, la gamme de prix atteignait un maximum de 4 $.

La Banque Nationale maintient sa prévision de «surperformance» pour Dollarama et augmente son cours cible de 69 $ à 75 $ pour refléter les prévisions à la hausse, une bonne exécution et des prévisions plus élevées qu’anticipées.