Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

À surveiller: Cineplex, Intact et Stingray

Charles Poulin|Mis à jour le 16 avril 2024

À surveiller: Cineplex, Intact et Stingray

Intact a présenté, au quatrième trimestre, un bénéfice par action s’est retrouvé loin au-delà des prévisions, atteignant 3,34$. La Royale avait prévu 2,58$ et le consensus du marché se trouvait à 3,03$. (Photo: 123RF)

Que faire avec les titres Cineplex, Intact et Stingray? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée par les analystes. 

 

Cineplex (CGX-T, 8,93$): encore du boulot à abattre

Le marché cinématographique se relève tranquillement des années pandémiques, mais pour les entreprises qui oeuvrent dans ce milieu, comme Cineplex, il reste du travail à abattre pour retrouver les performances de 2019.

Le rattrapage des revenus en provenance du box-office prend plus de temps que prévu, souligne l’analyste de la Banque Scotia, Maher Yaghi. Les revenus liés au concept Rec Room de Cineplex, qui allie divertissement et restauration, a vu ses revenus augmenter de manière significative, mais les revenus du box-office nord-américain, eux, sont affectés par les retards de livraison des films.

Les retards accumulés lors des deux années de pandémie se font encore sentir, ajoute l’analyste. Ces problèmes devraient encore subsister pour le premier semestre de 2023, mais pourraient potentiellement se régler en deuxième moitié d’année.

Les revenus du box-office au quatrième trimestre ont été tirés vers le bas par une affluence plus faible que prévu. La direction de Cineplex a tout de même présenté un fort rattrapage en janvier (88% du total de janvier 2019). La Banque Scotia prévoit que le rattrapage se poursuivra tout le long du premier semestre de 2023.

L’institution financière avance également que le concept Rec Room continuera sur sa lancée. Déjà en 2022, sa performance avait été dépassée celle d’avant la pandémie et devrait atteindre environ 140% en 2023.

Maher Yaghi prévient toutefois que si les revenus en provenance du secteur média ont rebondi pour atteindre 71% de ceux prépandémie au quatrième trimestre, il demeure prudent parce qu’il voit les entreprises diminuer leurs budgets publicitaires.

La Scotia maintient sa prévision de surperformance du titre de Cineplex face à son secteur d’activité, mais diminue son cours cible de 11,50$ à 11$.

 

Intact Corporation financière (IFC, 197,32$): un titre défensif à conserver

Intact Corporation financière (IFC, 197,32$): un titre défensif à conserver

Banque Royale Marchés des capitaux estime que les qualités de titre défensif d’Intact Corporation financière en fait un titre à conserver en cette période économique incertaine.

L’analyste Geoffrey Kwan remarque qu’Intact a présenté de très bons résultats à son quatrième trimestre. Le bénéfice par action s’est retrouvé loin au-delà des prévisions, atteignant 3,34$. La Royale avait prévu 2,58$ et le consensus du marché se trouvait à 3,03$. Ce résultat est largement dû, estime-t-il, à un taux de taxes plus bas que prévu.

Du côté du secteur de l’automobile, le ratio d’assurance pour véhicules des individus s’est arrêté à 95,8% (+2,8 points par rapport au trimestre précédent), ce qui représente un très bon résultat étant donné la variabilité saisonnière du secteur, estime l’analyste.

Il faudra toutefois surveiller la capacité d’augmentation des tarifs d’Intact. Si l’annonce récente du gel de tarifs en Alberta pour 2023 est loin d’être idéale, l’entreprise avait déjà mis en place une hausse de 5% à la fin de 2022. Elle a également reçu l’approbation pour pouvoir faire croître les tarifs en Ontario, et elle prévoit que l’industrie sera en mesure d’augmenter les primes d’environ 5% en 2023.

Geoffrey Kwan affirme qu’Intact est en mesure de régler les problèmes qui l’affectent et que, même si le titre pouvait ne pas faire aussi bonne figure que dans un scénario de reprise des marchés, il la perçoit encore comme un titre essentiel à posséder en raison des fondamentaux positifs de l’entreprise et du secteur en général, sa forte feuille de route de croissance et de profitabilité, de ses catalyseurs potentiels, de ses caractéristiques défensives ainsi que sa valorisation raisonnable.

La Banque Royale conserve sa prévision de surperformance du titre face à son secteur d’activité tout comme son cours cible à 231$.

 

 

Stingray (RAY.A, 5,90$): le numérique, c’est fantastique 

Stingray (RAY.A, 5,90$): le numérique, c’est fantastique 

Canaccord Genuity affirme être particulièrement encouragée par la performance de Stingray dans le segment numérique en communication extérieure, qui fait des merveilles pour l’entreprise.

Les résultats du troisième trimestre de 2023 de Stingay présentent des bénéfices avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) au-delà des attentes de Canaccord Genuity (montant record de 34,5 M$, souligne l’entreprise), notamment en raison d’initiatives de restructurations amorcées au cours des deux dernières années.

L’analyste Matthew Lee souligne également que Stingray a augmenté son nombre d’abonnés aux services VSDA de 45 000 (contre 22 000 prévus par Canaccord), ce que la place pour atteindre les 900 000 abonnés au cours de la prochaine année.

La direction de l’entreprise a indiqué avoir comme objectif d’atteindre un BAIIA de 80 M$ pour le segment Diffusion et musique pour entreprises d’ici la fin de l’exercice financier 2024, une surprise positive pour Canaccord qui relève ses propres prévisions de BAIIA.

Pour le troisième trimestre, Matthew Lee remarque que Stingray a présenté des ventes publicitaires de 14 M$, largement au-delà des 3 M$ rapportés au troisième trimestre précédent. Si une partie de cette performance s’explique par la force saisonnière, il croit que la plus grande partie de cette amélioration provient de la capacité du segment numérique en communication extérieure et de sa croissance de partenariats dans le commerce de détail.

La direction estime la capacité publicitaire à 500 M$, ce qui accorde beaucoup d’erre d’aller à l’entreprise, souligne l’analyste. Il s’attend à ce que la publicité continue de croître à un rythme de 20% pour l’exercice financier 2024, avec un potentiel de croissance de plus de 10% pour l’exercice financier de 2025. Les marges de BAIIA du segment numérique en communication extérieure est d’environ 40%, ce qui propulse la rentabilité du segment Diffusion et musique pour entreprises.

Canaccord Genuity maintient sa recommandation d’achat et relève son cours cible du titre de Stingray de 7,50$ à 8$.