Mettre fin aux non-dits dans les familles en affaires

Publié le 14/06/2023 à 14:30

Mettre fin aux non-dits dans les familles en affaires

Publié le 14/06/2023 à 14:30

Lorsque la vision de l’entreprise n’est pas partagée, que les objectifs sont présentés sans être expliqués et que les stratégies de croissance et de marketing sont protégées comme si elles étaient un secret national, la jeune génération fait du sur place. (Photo: 123RF)

 

EXPERTE INVITÉE. «Je ne peux pas lui montrer les états financiers de l’entreprise, car est-ce qu’il va comprendre les chiffres?» «Est-ce qu’il pourra garder ces informations confidentielles?» «Est-ce qu’il va en profiter pour me demander une augmentation de salaire?»

Des peurs comme celles-là, j’en perçois souvent de la part de la sage génération. C’est si rare qu’on parle de chiffres ou de gestion du risque dans les familles en affaires! Mais pourquoi tant de non-dits? Quelles sont leurs conséquences? Qu’est-ce qu’on peut faire pour remédier à la situation… ou carrément l’éviter? C’est ce que nous allons voir…

Quand tout part d’une bonne intention

Dans la majorité des familles en affaires, les gens croient qu’en n’abordant pas les sujets qui dérangent comme l’argent, le train de vie, les attitudes déplacées, l’actionnariat ou la gestion du risque, ils réussiront à maintenir l’harmonie familiale. Après tout, personne ne veut faire de la peine à un membre de sa famille ou bien créer des frictions. Une intention louable, je vous l’accorde, mais pas viable.

Malheureusement, à force de garder ses questions, ses déceptions et ses frustrations pour soi, on ne se comprend plus et ça finit par exploser.

Quand les non-dits s’accumulent…

«Comment penses-tu que je vais réussir à prendre la relève de l’entreprise alors que tu ne m’as jamais montré les livres?»

Réaction tout à fait normale d’un repreneur à son parent cédant. Achèteriez-vous une maison sans l’avoir visitée? Sûrement pas. Avant de prendre la relève, la jeune génération doit tout connaître de l’entreprise bien avant la signature officielle… et ça inclut les chiffres.

«Ben voyons, tu ne nous as jamais dit que tu voulais travailler moins

Dans les familles en affaires, on passe tellement de temps à parler du boulot qu’on oublie qu’on est avant tout une famille et que chacun a une identité et des besoins qui lui sont propres. Si certains ne vivent que pour l’entreprise, d’autres accordent plus d’importance aux loisirs ou aux moments en famille. Et ça, si on n’en parle pas, personne ne peut le deviner. Et quand on en parle, il arrive que certains se jugent mutuellement ou trouvent certaines situations inéquitables.

Lorsque la vision de l’entreprise n’est pas partagée, que les objectifs sont présentés sans être expliqués et que les stratégies de croissance et de marketing sont protégées comme si elles étaient un secret national, la jeune génération fait du sur place. Elle n’a aucune idée où l’entreprise familiale se situe dans son industrie. Est-ce qu’elle est compétitive? Innovante? Rentable? Aucune idée.

Éducation et transparence: le remède

Tout passe par l’éducation et la transparence pour enrayer les effets des non-dits. Tout. De plus, toutes les parties prenantes de l’entreprise ont un rôle à jouer: la jeune génération (individu), les parents (famille), les dirigeants (entreprise) et les propriétaires (propriété).

Et l’éducation des repreneurs, ça ne commence pas à 40 ans… ça débute dès la tendre enfance, avec des apprentissages simples. D’ailleurs, Wendy Sage-Hayward, consultante canadienne auprès des familles en affaires, a créé un tableau très intéressant qui présente le cadre de développement des repreneurs en fonction des différentes étapes de la vie.

Par exemple, un jeune qui apprend à reconnaître ses champs d’intérêt, ses forces et ses faiblesses sera amené à faire des études qui le passionnent et à occuper un poste dans lequel il se réalisera et performera.

Un enfant qui apprend la valeur de l’argent deviendra un adolescent qui comprendra l’importance de l’épargne, puis un adulte qui jonglera avec le budget prévisionnel, le flux de trésorerie et les états financiers. 

Et si les repreneurs sont déjà adultes?

Rassurez-vous: il n’est jamais trop tard pour commencer. Cependant, assurez-vous de réunir la famille et d’aborder des sujets relativement légers qui susciteront peu d’émotions. Gardez les chiffres pour la fin et débutez plutôt en discutant de la vision de l’entreprise.

La vision, c’est rassembleur, c’est positif, c’est tourné vers l’avenir. Définissez ensemble une destination commune. Ce sera plus facile par la suite d’aller de l’avant avec des sujets plus délicats.

C’est aussi important d’informer la jeune génération de l’histoire de l’entreprise, incluant les conflits passés et actuels, même si ça peut faire mal d’ouvrir de vieilles blessures. Tout finit par se savoir, alors aussi bien que ça vienne de vous.

Je ne le répéterai jamais assez: misez sur le cerveau collectif. La jeune génération a besoin de la sage génération pour connaître l’entreprise, ses rouages et toutes les connaissances essentielles à son succès et à sa pérennité. Mais la sage génération a tout aussi besoin de la jeune génération pour faire face aux nouvelles problématiques grâce aux méthodes et aux outils modernes.

Et puis, quand la jeune génération est prête à prendre la relève, il est temps pour le cédant de lâcher prise sur la direction, d’assumer un nouveau rôle dans l’entreprise (souvent celui de mentor) qui sera compris et accepté des nouveaux dirigeants ou même d’explorer de nouveaux champs d’intérêt.

Je vous connais, vous, les familles en affaire: vous consacrez la majorité de votre temps, de votre cerveau et de votre créativité au service de l’entreprise. C’est pourquoi je vous invite à faire remonter la famille dans vos priorités. Rassemblez-vous plus souvent uniquement pour le plaisir. Je vous mets au défi de passer une journée ensemble sans parler de boulot. Dédiez un peu plus de temps à l’éducation entrepreneuriale de vos enfants. Faites tout cela dans le bon ordre et récoltez de la transparence et de l’harmonie.

À propos de ce blogue

Sylvie Huard est la fondatrice d’Harmonie Intervention, dont la mission est d’outiller les familles en affaires — qui ont des avantages et des particularités que les autres types d’entreprises n’ont pas — à atteindre la pérennité et l’harmonie à travers le transfert de leur entreprise. Son côté terrain la démarque : eh oui, elle a été cédante et repreneuse en entreprise non apparentée comme en entreprise familiale et elle est membre expert du Groupement des chefs d’entreprises. Avec authenticité, humour et professionnalisme, elle nous transporte dans l’univers passionnant des familles en affaires.

Sylvie Huard

Blogues similaires

L’entrepreneur Big Brother?

16/11/2021 | Valérie Lesage

BLOGUE INVITÉ. Les outils informatiques qui analysent le travail des employés pourraient causer des problèmes.

La polarisation devient un risque d’affaires au Canada

05/02/2022 | François Normand

ANALYSE. La pandémie n'a pas créé cette polarisation; elle a plutôt été un facteur aggravant de tendances.

L'art d'être plus efficace

21/05/2024 | Nicolas Duvernois

EXPERT INVITÉ. «J’ai décidé de ne plus subir la technologie et de l’utiliser, sous mes conditions.»