Faites connaissance avec la famille parfaite: les Girard

Publié le 15/09/2022 à 13:00

Faites connaissance avec la famille parfaite: les Girard

Publié le 15/09/2022 à 13:00

Chaque génération a dû faire preuve de beaucoup de courage pour relever ses défis. (Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Lorsque je me suis retrouvée pour la première fois devant la famille Girard, je me suis rendu compte assez rapidement que j’avais affaire à un clan tissé serré. 

Si j’appelle la famille Girard «la famille parfaite», c’est pour une excellente raison. Avant que la première génération prenne sa retraite en 2020, les membres de trois générations travaillaient ensemble. Et tout ce beau monde partage les mêmes valeurs, marche dans la même direction pour faire progresser l’entreprise et éprouve de l’admiration les uns pour les autres. 

Comme toutes les familles en affaires, la famille Girard faisait face à certains défis. Rien d’insurmontable, mais elle avait besoin d’un coup de pouce externe pour y voir un peu plus clair et trouver des solutions satisfaisantes pour tout le monde. 

Avant d’aller plus loin, voici le génogramme qui vous aidera à mieux comprendre la suite de mon texte. 

Génération

Rôle

Noms

Génération 1

Fondateurs

Monique et François

Génération 2

Enfants des fondateurs

Julie et Serge

Génération 3

Petits-enfants des fondateurs

Laurence, Gabriel et Myriam

 

 Aaaaaah! Les non-dits.

Qu’est-ce qui arrive quand…

— Julie et Serge ne veulent pas que leurs enfants reproduisent certaines de leurs erreurs qui leur ont coûté cher sur le plan personnel?

— Les petits-enfants veulent prendre plus de responsabilités sans avoir l’air de vouloir tasser leurs parents et grands-parents?

— C’est difficile de trouver le bon moment et la bonne façon d’aborder des sujets sensibles?

 

Les non-dits s’accumulent. Après tout, qui voudrait décevoir son grand-père, faire de la peine à sa mère ou créer une chicane avec sa fille? Personne. 

Résultats? Un certain malaise apparaît et les incompréhensions grandissent.

 

Une famille unie et bien intentionnée

Chaque génération a vécu un défi différent. Le défi de la première génération, c’est d’avoir travaillé d’arrache-pied pour bâtir, à partir de zéro, une entreprise composée de plusieurs magasins. Le défi de la deuxième génération a été de soutenir ses parents dans une croissance soutenue et de gérer des valeurs différentes de celles du reste de la fratrie. Enfin, le défi de la troisième génération consiste à assurer la continuité de l’entreprise florissante tout en tendant vers une vie plus équilibrée. 

On peut comprendre que chaque génération a dû faire preuve de beaucoup de courage pour relever ses défis. 

Du courage, ils en ont aussi eu besoin pour adresser délicatement les non-dits qui s’étaient accumulés. Du courage pour partager un commentaire ou un doute. Du courage pour entendre le commentaire ou le doute…  surtout quand chacun a l’impression de donner son 110%.

«Ce n’est pas toujours une sortie ensoleillée en pédalo quand tu t’embarques avec Sylvie. Mais quand on fait preuve de courage pour diminuer les non-dits, ça laisse place à une saine communication.» Serge

 


«Ce n’est pas toujours facile de trouver les bons mots pour s’exprimer, surtout quand ça touche un sujet sensible. Quand nous osons, nous avons des discussions authentiques. On avait déjà du plaisir à travailler ensemble… on en a encore plus qu’avant.» Myriam

 

Le cadre de gouvernance: pour se comprendre encore plus

Le cadre de gouvernance est formé de trois instances: le comité consultatif, le comité exécutif et le conseil de famille. Son but? Préciser les rôles et responsabilités de tous dans chacune des instances, établir un code de conduite qui dicte ce qui est acceptable ou non, définir le processus décisionnel et concevoir un plan stratégique.


«Le cadre de gouvernance, c’est rassurant. Cette structure, c’est notre filet de sécurité. Tout est mis en place pour éviter les conflits et réagir en cas de désaccord.» Gabriel

Vous comprendrez qu’il ne s’agit pas d’un processus expéditif. Cela fait maintenant deux ans que j’accompagne la famille Girard, à raison d’une ou deux journées par mois. Jusqu’à maintenant, nous avons créé le comité consultatif, qui est formé des propriétaires de l’entreprise, qui compte 6 commerces dans le domaine de l’alimentation.

Et puis, nous avons mis en place le comité exécutif, composé des gestionnaires. Quand nous aurons terminé cette étape, nous pourrons passer au conseil de famille. Vous voyez, nous procédons étape par étape, sans brusquer les choses, pour que tous évoluent dans le même sens, à un rythme qui leur convient.


«Avant, mon frère Gabriel, ma cousine Myriam et moi, on travaillait fort, mais on n’avait pas l’occasion de discuter et de s’arrimer sur une vision commune de l’entreprise. Aujourd’hui, on est plus solide dans nos rôles et on sent que nos parents nous font pleinement confiance. Ils sont beaucoup plus présents pour nous coacher et nous transmettre leurs connaissances.» Laurence

 

Je laisse le mot de la fin à Julie qui vous explique les raisons qui ont amené sa famille à me contacter: «On savait qu’on avait besoin de discuter et de mieux se comprendre pour avoir plus de plaisir à travailler ensemble, mais on ne savait pas comment y arriver. On avait fait quelques tentatives avant, sans trop de succès. Ça nous a pris un certain temps avant d’embarquer dans l’aventure avec Sylvie parce que ça nous faisait peur… et on courait après notre temps. On passe nos journées, nos semaines à courir à gauche et à droite. Alors si on avait attendu le bon moment, il ne serait jamais arrivé. On s’est accordé du temps pour prioriser la famille et assurer la pérennité de l’entreprise familiale qu’on chérit tous. C’est ce qui fait qu’aujourd’hui, on est fier de notre parcours. On sait que nous pouvons aborder des sujets sensibles parce que nous avons ce qu’il faut pour bien les adresser.»

À propos de ce blogue

Sylvie Huard est la fondatrice d’Harmonie Intervention, dont la mission est d’outiller les familles en affaires — qui ont des avantages et des particularités que les autres types d’entreprises n’ont pas — à atteindre la pérennité et l’harmonie à travers le transfert de leur entreprise. Son côté terrain la démarque : eh oui, elle a été cédante et repreneuse en entreprise non apparentée comme en entreprise familiale et elle est membre expert du Groupement des chefs d’entreprises. Avec authenticité, humour et professionnalisme, elle nous transporte dans l’univers passionnant des familles en affaires.

Sylvie Huard

Sur le même sujet

Miser sur les familles pour soutenir la rétention

Édition du 07 Septembre 2022 | Ruby Irene Pratka

RECRUTEMENT. L'intégration de la famille est aussi importante que celle de l'employé recruté à l'international.

Plusieurs politiciens condamnent le harcèlement contre Chrystia Freeland

«Personne, peut importe où elle habite, ne doit avoir à tolérer des menaces ou de l’intimidation»

Blogues similaires

L’entrepreneur Big Brother?

16/11/2021 | Valérie Lesage

BLOGUE INVITÉ. Les outils informatiques qui analysent le travail des employés pourraient causer des problèmes.

La polarisation devient un risque d’affaires au Canada

05/02/2022 |

ANALYSE. La pandémie n'a pas créé cette polarisation; elle a plutôt été un facteur aggravant de tendances.

Innover: un jeu d’enfant!

20/09/2022 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Innover n’est pas si complexe. Pourquoi en avons-nous souvent peur?