Bilan annuel: quand, comment et pourquoi le faire?

Publié le 15/02/2024 à 09:39

Bilan annuel: quand, comment et pourquoi le faire?

Publié le 15/02/2024 à 09:39

Photo: juan Rumimpunu pour Unsplash.com

EXPERTE INVITÉE. Quand arrive décembre, on entend beaucoup parler du bilan annuel personnel. Soyons fous : abordons le sujet maintenant, en plein mois de février. Mais au fait, quand devrait-on faire son bilan annuel? Comment fait-on ça, un bilan annuel? Pourquoi est-ce si important?

Pas seulement un bon moment dans l’année

Traditionnellement, le bilan annuel s’effectue en fin d’année. En effet, c’est un bon moment pour faire le point sur l’année qui s’achève. Mais qui a décrété qu’on était obligé de le faire à ce moment précis de l’année? Personne.

Moi, je le fais quand je sens que j’ai besoin d’une nouvelle vision ou de revoir mes objectifs. Je ressens aussi le besoin de faire cet exercice d’introspection lorsque je me sens dépassée par la vie ou quand j’ai l’impression que je ne suis plus alignée à mes aspirations profondes. Ça, c’est un bon indicateur.

Et un bilan personnel, ça peut se faire plus qu’une fois par an: aussi souvent que nécessaire, surtout pour un leader. Parce que savoir où l’on va quand on dirige une équipe, c’est essentiel.

Un bilan annuel, qu’est-ce que ça comprend?

Il existe de nombreuses approches. Pour ma part, je m’inspire de cinq approches différentes. De façon générale, elles mènent aux questions suivantes :

-          Quels sont les moments forts des 12 derniers mois?

-          De quoi êtes-vous le plus fier?

-          Quelles sont vos réalisations marquantes ou transformatives qui méritent d’être soulignées?

-          Quels sont les défis que vous avez dû surmonter?

-          Si c’était possible, qu’est-ce que vous feriez différemment?

Pour certaines questions, vous aurez peut-être cinq éléments de réponse… et c’est bien correct comme ça. Mais pour certaines, vous pourriez avoir 10, 25 ou même 50 éléments. Et c’est tout aussi correct.

Hum! Pas évident de se rappeler tout ce qu’on a fait au cours de la dernière année.

Parfois, je ne me rappelle pas ce que j’ai fait il y a une semaine, alors imaginez une année. Donc, pour donner un coup de pouce à ma mémoire quand vient le moment de réaliser mon bilan, je parcours mon agenda, mon cahier de notes, mes réseaux sociaux, mes photos…

Deux concepts qui proposent un éclairage différent

En toute honnêteté, je trouve que toutes les approches pour faire son bilan se ressemblent. Deux personnalités québécoises sortent toutefois du lot.

Manon Lavoie, coach certifiée en créativité et en psychologie positive, fait du mot-phare la pierre angulaire du bilan personnel. Il s’agit d’un mot qui guidera vos idées, intentions, objectifs, paroles et actions pour la prochaine année.

Quant à elle, Nicole Bordeleau, maître de yoga, professeure de méditation et autrice prolifique, propose de cibler deux ou trois maladresses commises au cours de la dernière année et de noter les leçons que vous en avez retirées. Voici quelques exemples intéressants de leçons à retirer de maladresses afin d’améliorer l’ambiance de travail, la complicité et la cohésion d’équipe:

-          Maladresse: répéter encore et encore la même consigne non respectée.
Leçon: ouvrir le dialogue pour arriver à comprendre la raison derrière le non-respect de la consigne et trouver une solution ensemble.

-          Maladresse: émettre des commentaires remplis de jugement, même si ce n’est pas intentionnel (ex.: Pourquoi as-tu fait ça de même? Ça n’a pas d’allure).
Leçon: miser sur le dialogue (ex.: Hier, j’ai vu que tu as fait ça de même et je n’ai pas compris pourquoi. Pourrais-tu me l’expliquer, s’il te plaît?).

-          Maladresse: ne pas prendre le temps de réaliser la rencontre annuelle avec les employés.

Leçon: prendre le temps de faire ces rencontres afin que chacun évolue dans le plaisir dans l’entreprise.

Pourquoi est-ce si important de faire son bilan personnel?

Ce moment d’introspection vous amènera à définir sur quoi vous voulez mettre l’accent au cours des prochains mois, de la prochaine année.

Tout le monde devrait faire son bilan, mais particulièrement si vous êtes un gestionnaire ou un dirigeant d’entreprise qui a bien du mal à trouver de l’espace pour prioriser ce qui est le plus important pour vous.

Cet exercice procure aussi une grande paix intérieure, un sentiment de sérénité qui se transpose sur toute votre équipe de travail. De quelle façon concrètement?

Les réflexions qui émergent d’un bilan personnel ajoutent beaucoup de punch à un plan stratégique. Un gestionnaire ou un dirigeant serein laisse plus de place aux gens qui l’entourent. Par exemple, il peut demander à son équipe ce qu’il pourrait faire en tant que leader pour que l’ambiance de travail soit encore meilleure ou bien ce qui pourrait être changé pour atteindre plus facilement les objectifs.

Je crois que nous aurions tous avantage à faire notre bilan tous les ans. De mon côté, oui, il y a des éléments qui reviennent année après année. Cependant, chaque bilan me permet d’aller encore plus en profondeur dans mon introspection. Si vous saviez les pépites qui en émergent!

Et après le bilan, qu’est-ce qui arrive?

On laisse notre bilan prendre la poussière? Mais nooooon! On s’arrange pour qu’il nous fasse des clins d’œil régulièrement. Quels genres de clins d’œil? Il suffit de laisser aller votre imagination. Ça peut être:

-          Un mot-phare;

-          Un vision board;

-          Des post-its ou des dessins dans votre agenda;

-          Une personne de votre entourage qui vous demande régulièrement (une fois par mois, par exemple) si vous êtes toujours aligné.

En terminant, si ce n’est déjà fait, je vous invite à dresser votre bilan personnel. Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Prenez tout votre temps : rien ne presse. Chose certaine : vous pouvez déjà planifier cette activité et la mettre à votre agenda en décembre prochain. Bonne introspection!

À propos de ce blogue

Sylvie Huard est la fondatrice d’Harmonie Intervention, dont la mission est d’outiller les familles en affaires — qui ont des avantages et des particularités que les autres types d’entreprises n’ont pas — à atteindre la pérennité et l’harmonie à travers le transfert de leur entreprise. Son côté terrain la démarque : eh oui, elle a été cédante et repreneuse en entreprise non apparentée comme en entreprise familiale et elle est membre expert du Groupement des chefs d’entreprises. Avec authenticité, humour et professionnalisme, elle nous transporte dans l’univers passionnant des familles en affaires.

Sylvie Huard

Sur le même sujet

Trois-Rivières s'attaque au manque de places en garderie

Mis à jour il y a 23 minutes | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Voici comment la municipalité a permis aux parents de 557 bambins de retourner ou de demeurer au travail.

Les proches aidants, l’angle mort de l’équilibre travail-famille

Mis à jour le 19/04/2024 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Les employeurs semblent mal comprendre leur réalité.

Blogues similaires

L’entrepreneur Big Brother?

16/11/2021 | Valérie Lesage

BLOGUE INVITÉ. Les outils informatiques qui analysent le travail des employés pourraient causer des problèmes.

La polarisation devient un risque d’affaires au Canada

05/02/2022 | François Normand

ANALYSE. La pandémie n'a pas créé cette polarisation; elle a plutôt été un facteur aggravant de tendances.

Quel avenir pour les stations de ski?

16/04/2024 | Nicolas Duvernois

EXPERT INVITÉ. «On peut s’attaquer au problème dès maintenant en s’adaptant et en se diversifiant.»