!@#$%? qu’on se parle mal dans les familles en affaires!

Publié le 17/03/2023 à 08:40

!@#$%? qu’on se parle mal dans les familles en affaires!

Publié le 17/03/2023 à 08:40

(Photo: Sebastian Herrmann pour Unsplash.com)

BLOGUE INVITÉ. « J’en reviens pas à quel point ton frère te parle mal. » J’avais 13 ans. Ma cousine en avait 18, tout comme mon grand frère. Je ne comprenais pas pourquoi elle me disait ça… jusqu’au jour où, quelques années plus tard, j’ai eu une discussion similaire avec ma mère.

Moi. – Maman, pourquoi tu te laisses faire? Je commence à en avoir assez de te défendre devant papa.

Ma mère. – Pourquoi tu me dis ça? Ton père ne me parle pas mal. Tu n’as pas besoin de me défendre.

C’est cet après-midi-là, dans la voiture, alors qu’on revenait de magasiner, que j’ai compris que tout le monde autour de nous se rendait compte qu’on se parlait mal… sauf nous, les principaux concernés.

Les années ont passé. Puis, c’est au fil de mes interventions en entreprise que je me suis rendu compte que la majorité des familles en affaires vivent une situation semblable. Mais pourquoi on se parle mal de même? Quels sont les dangers qui nous guettent si on ne fait rien? Qu’est-ce qu’on peut faire pour régler le problème?

Pas des excuses

Les membres d’une famille en affaires sont généralement respectueux et bienveillants avec tout le monde… sauf entre eux.

Ton sec.

Pas de s’il vous plait ni de merci.

Pas de gants blancs quand on aborde un sujet sensible.

Impatience non dissimulée.

Interruption (couper la parole).

Mais pourquoi? Parce que bien souvent, ils placent l’entreprise et l’efficacité au-dessus de leur relation familiale. Ils s’aiment et sont rarement mal intentionnés, mais ils n’ont pas de temps à perdre en politesse. Il faut que ça roule.

Attention, danger!

« Je ne me sens pas bien. C’est comme si vous parliez un dialecte toutes les deux. Je n’aime pas la façon dont Jade et toi vous parlez. »

Ouf! L’effet d’un deux par quatre dans le front. Ma collègue Karine avait bien raison : ma fille Jade et moi, on se lançait des pointes que seules nous deux pouvions comprendre. Maintenant que nous avons pris conscience qu’on se parle mal à l’occasion, on fait plus attention. Et quand on s’échappe, Karine nous remet gentiment à l’ordre.

Il existe deux principaux dangers à ce comportement toxique. Le premier, c’est l’embarras grandissant à l’intérieur de l’entreprise. Les gens finissent toujours par s’en rendre compte. Et quand les situations malaisantes se multiplient, à la longue, ça crée un gros malaise qui nuit à l’ambiance de travail.

Le deuxième danger peut entraîner des conséquences encore plus graves. Disons que Christine est pressentie pour prendre la relève de son père d’ici trois ans. Selon vous, quel effet pourraient engendrer des commentaires comme ceux-ci?

-          Pourquoi as-tu changé tel processus?

-          Ce n’était pas une bonne idée d’engager un deuxième commis-comptable.

-          À quoi ça sert de faire une rencontre hebdomadaire avec l’équipe de gestion? C’est une perte de temps.

Dans un processus de transfert d’entreprise, toutes les parties prenantes, que ce soit les employés, les clients, les fournisseurs ou les partenaires, regardent comment le cédant agit avec la relève. Des commentaires comme ceux que vous venez de lire entraînent la réaction suivante chez les autres : « Pourquoi on devrait lui faire confiance pour assurer la relève alors que son père/sa mère/son oncle/sa tante ne lui fait même pas confiance? »

Des solutions pour mettre fin à cette dynamique nocive

Je vous rassure : c’est un problème qui peut se régler si chacun y met du sien. Mais je ne vous mentirai pas : ça ne sera pas de la tarte, car les mauvaises habitudes ont la couenne dure!

Solution no 1 : Prendre conscience du problème

Bien souvent, la prise de conscience arrive par les autres. Et maintenant que les membres de la famille en affaires savent qu’ils ont un problème à régler ENSEMBLE, ils doivent aussi agir ENSEMBLE.

Solution no 2 : Aborder le sujet dans le conseil de famille

Le conseil de famille, c’est la meilleure place pour discuter du problème, car c’est son rôle de définir ses valeurs. Disons que l’épanouissement personnel ou la bienveillance font partie des valeurs prônées par la famille en affaires. Pensez-vous que mal se parler respecte ces valeurs? Pas du tout. Les membres du conseil pourront donc voir les comportements à modifier afin de rétablir une saine communication.

Solution no 3 : Revoir les rôles de certains membres

Lorsqu’une personne n’occupe pas un poste qui lui convient, elle risque de mal faire son travail. Et au fil des mois et des années, les autres finissent par pogner les nerfs après elle. C’est une personne compétente, pourtant. Il suffit de revoir ses rôles et ses responsabilités pour qu’elle s’épanouisse et performe à la mesure de son talent.

Solution no 4 : Affirmer sa personnalité

Les entrepreneurs sont des gens d’action. Un défi à relever ou un problème à régler? Ils vont déplacer des montagnes pour y arriver. Toutefois, plusieurs tombent trop vite dans l’action et ne prennent pas le temps de réfléchir, d’analyser.

-          Est-ce que ce que mes parents ont fait pour obtenir autant de succès, c’est encore la bonne façon?

-          Est-ce que moi aussi, je veux sacrifier ma vie de famille et ma vie sociale pour faire croître l’entreprise?

Lorsqu’un repreneur prend ce temps de recul pour définir sa propre vision, une vision qui correspond à sa personnalité et à ses ambitions, il peut la communiquer aux autres membres de sa famille. Comme ces derniers l’aiment et veulent son bien, ils le comprendront mieux. Cela évitera bien des commentaires inappropriés (même s’ils ne sont pas malintentionnés).

Solution no 5 : Demander de l’aide

N’hésitez pas à demander de l’aide aux personnes qui vous entourent, surtout les hauts dirigeants non apparentés. Ils pourront vous donner de la rétroaction afin de vous aider à vous améliorer.

-          Ouin, c’était pas fort, ton commentaire pendant la réunion tout à l’heure.

-          C’était déplacé ce que tu as dit à ton neveu pendant qu’on était à la machine à café.

Lorsqu’on se rend compte qu’on se parle mal, la moitié du problème est réglé. Ensuite, il suffit d’être vigilant et de faire des efforts pour se parler avec respect et bienveillance. Vous verrez que les résultats se feront ressentir rapidement : augmentation de la cohésion, de la complicité et du bien-être au travail. Et c’est sans compter l’effet sur la rétention et l’attraction de personnel.

À propos de ce blogue

Sylvie Huard est la fondatrice d’Harmonie Intervention, dont la mission est d’outiller les familles en affaires — qui ont des avantages et des particularités que les autres types d’entreprises n’ont pas — à atteindre la pérennité et l’harmonie à travers le transfert de leur entreprise. Son côté terrain la démarque : eh oui, elle a été cédante et repreneuse en entreprise non apparentée comme en entreprise familiale et elle est membre expert du Groupement des chefs d’entreprises. Avec authenticité, humour et professionnalisme, elle nous transporte dans l’univers passionnant des familles en affaires.

Sylvie Huard

Sur le même sujet

RRQ à la retraite

17/05/2024 | WelcomeSpaces.io

LE COURRIER DE SÉRAFIN. Déterminer le moment optimal pour demander votre rente du Régime de rentes du Québec.

Une première édition de Perspectives numériques pour mieux comprendre les technologies

Mis à jour le 15/05/2024 | Trium Médias

Des ateliers pour optimiser l'utilisation des technologies numériques auront lieu les 4 et 5 juin prochains à Alma.

Blogues similaires

L’entrepreneur Big Brother?

16/11/2021 | Valérie Lesage

BLOGUE INVITÉ. Les outils informatiques qui analysent le travail des employés pourraient causer des problèmes.

La polarisation devient un risque d’affaires au Canada

05/02/2022 | François Normand

ANALYSE. La pandémie n'a pas créé cette polarisation; elle a plutôt été un facteur aggravant de tendances.

C'est quoi le problème avec le transport au Québec?

14/05/2024 | Nicolas Duvernois

EXPERT INVITÉ. «La solution se trouve peut-être dans une collaboration publique/privée.»