Shoooping.ca: un centre d'achat virtuel qui va faire patate

Publié le 14/09/2016 à 14:35

Shoooping.ca: un centre d'achat virtuel qui va faire patate

Publié le 14/09/2016 à 14:35

Je suis restée estomaquée par la couverture médiatique dont a bénéficié la nouvelle plateforme de magasinage du chroniqueur techno François Charron. Baptisé sans imagination shoooping.ca, le centre d’achat virtuel vise ni plus ni moins à concurrencer Amazon au Québec. Je ne veux pas jouer les emmerdeuses, mais soyons sérieux un instant : il s’agit probablement de la pire stratégie commerciale de tous les temps. Je vous explique pourquoi en énumérant les principales forces d’Amazon : 

  • Leader mondial du commerce en ligne
  • Choix d’articles infini
  • Prix super compétitifs
  • Branding de confiance
  • Délais de livraison rapides ou très rapides
  • Capacité d’innovation extraordinaire
  • Excellente expérience client
  • Etc. 

Pour suivre Stéphanie sur d’autres plateformes: Facebook ou LinkedIn.

La seule manière de faire concurrence à Amazon dans le commerce de détail en ligne… c’est de ne pas essayer de faire concurrence à Amazon! Pour réussir, les détaillants doivent se trouver une niche et développer leur marque. Se présenter en généraliste, c’est l’équivalent de provoquer Darth Vader en duel, pour ensuite l’attaquer avec des ustensiles de cuisine. Bonne chance. 

Mais les marchands sont Québécois!

Laissez-moi tranquille avec cet argument bidon. Le fait que les marchands présents sur Shoooping.ca soient Québécois ne change rien. Se draper de la vertu du drapeau, c’est bien noble, mais l’argument ne fait pas le poids si tu vends ton téléphone 50$ plus cher que le voisin. De toute façon, il y a des limites à jouer sur la fibre patriotique alors que l’on trouve sur le site des produits faits en Chine ou au Bangladesh! 

Je suis consciente que sur les 8 milliards de dollars que les Québécois achètent, chaque année sur le Web, 3$ sur 4$ sortent de la province. C’est dramatique. Mais la solution n’est certainement pas de lancer un centre d’achat virtuel non différencié qui offre moins de choix à des prix plus élevés.  

Les détaillants québécois aux prises avec la concurrence du commerce électronique doivent rapidement se questionner sur leur modèle d’affaires au lieu de chercher une solution web miracle. Est-ce que mes produits sont exclusifs? Est-ce que ma marque est bien développée et suffisamment connue? Est-ce que je suis en mesure d’être très performant dans ma niche? À défaut de pouvoir répondre avec assurance à ces interrogations, les marchands devront vivre avec le déclin de leur profitabilité. À moyen terme, la survie de plusieurs d’entre eux sera remise en question, qu’ils fassent le saut sur Internet ou non. 

Choisir de faire partie d’un petit marché aux puces virtuel (qu’il soit 100% Québécois n’y change rien) constitue donc une fausse bonne idée qui ne servira qu’à enrichir François Charron de quelques dollars avec lesquels, si j’étais lui, j’achèterais des actions d’Amazon!

:) 

Stéphanie

Lisez mes billets précédents.
Suivez-moi sur LinkedIn.
Suivez mon agence Bang Marketing sur Facebook.
Des conseils allumés et d’actualité sur le marketing, ça vous dit? Abonnez-vous à notre infolettre, le eBang! Publiée chaque mardi.

À propos de ce blogue

Stéphanie Kennan est présidente de Bang Marketing, une agence de branding et de marketing Web située à Montréal. Elle travaille auprès des PME québécoises depuis 1998 et se spécialise en marketing B2B. Stéphanie Kennan est également auteure du livre Mon site web chez le psy publié aux Éditions Transcontinental.

Stéphanie Kennan

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.