La 2e vague ne doit pas avoir raison de votre marque employeur


Édition du 14 Octobre 2020

MARKETING B2B. Alors que pour les uns, l'attraction de talents est facilitée par la disparition de la Prestation canadienne d'urgence (PCU), les moins chanceux doivent troquer leurs activités de recrutement pour des licenciements. Dans ce contexte, investir dans une marque employeur peut ...

Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

«I want to pogne» en ligne! Quels sont les meilleurs trucs?

12/01/2022 | Catherine Charron

Pas besoin de dépenser des milliers de dollars... mais fort probablement quelques centaines d'heures.

Je veux trouver le bon investisseur privé! Comment faire?

11/01/2022 | Catherine Charron

C’est dans la première rencontre avec votre investisseur que tout risque de se jouer. Arrivez donc bien préparé!

À la une

Dose de rappel: Apple maintient le cap

Il y a 44 minutes | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Les employés du géant de la techno devront prouver qu'ils ont reçu leur dose de rappel.

L'ingrédient manquant pour bonifier le bien-être des employés

17/01/2022 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Une chercheuse du MIT Sloan School of Management a identifié trois conditions de travail gagnantes.

Poussée inflationniste: des documents du ministère des Finances l'annonçaient

Il y a 14 minutes |

Une note remise au printemps à Chrystia Freeland faisait état «d’une inflation galopante» des prix à la consommation.