La 2e vague ne doit pas avoir raison de votre marque employeur


Édition du 14 Octobre 2020

MARKETING B2B. Alors que pour les uns, l'attraction de talents est facilitée par la disparition de la Prestation canadienne d'urgence (PCU), les moins chanceux doivent troquer leurs activités de recrutement pour des licenciements. Dans ce contexte, investir dans une marque employeur peut ...

Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Étude Réputation 2021: les «bonnes vieilles marques» ont la cote

24/03/2021 | Benoîte Labrosse

La plus récente édition de l’étude Réputation révèle que l'entreprise la plus admirée des Québécois est Canadian Tire.

Les «buzzwords» polluent-ils votre marketing?

11/03/2021 | Stéphanie Kennan

BLOGUE INVITÉ. Entre vocabulaire à la mode et langue de bois, il n’y a souvent qu’un pas...

À la une

La folle année de PME MTL

13/04/2021 | Emmanuel Martinez

Les sommes octroyées par PME MTL ont quintuplé l'an dernier en raison de la crise de la COVID-19.

Tensions avec la Chine: pas d'embellie pour les entreprises

13/04/2021 | François Normand

Certaines sociétés canadiennes ont commencé à réduire leur présence en Chine au profit de pays comme l'Inde.

L'homme d'affaires W. Galen Weston est décédé à 80 ans

Il avait pris sa retraite en tant que président du conseil d’administration de George Weston en 2016.