Faut-il se contenter d’un client satisfait?

Publié le 08/04/2016 à 12:35

Faut-il se contenter d’un client satisfait?

Publié le 08/04/2016 à 12:35

Alors qu’à deux jours du congrès du NPD, Thomas Mulcair se dirait satisfait d’un vote de confiance de 70%, on peut se demander ce que signifie un bon taux de satisfaction.

Pour suivre Stéphanie sur d’autres plateformes : Facebook ou LinkedIn.

Selon mes recherches, dans le domaine des affaires, un bon taux de satisfaction se situerait plutôt quelque part entre 80% et 90%. Pour connaître votre taux de satisfaction client, le meilleur moyen demeure le coup de sonde habituel par la voie d’un court questionnaire à la fin d’un projet.

Je vous mets toutefois en garde, car même si la chasse au taux de satisfaction contribue à améliorer l’expérience client, ce n’est toutefois pas l’indicateur idéal à mesurer si votre objectif est d’accélérer votre croissance ou augmenter vos ventes.

En effet, pour que la satisfaction client devienne vraiment un outil de marketing, il vous faudra travailler un peu plus fort. 

Ce que vous devez vraiment mesurer

L’indicateur de satisfaction le plus utile à mesurer, c’est le Net Promoter Score (NPS). Il s’agit de l’évaluation de la volonté de vos clients à vous recommander à d’autres consommateurs.

On mesure le NPS avec une seule question :

Quelle est la probabilité que vous recommandiez notre entreprise, notre marque, nos produits ou nos services à un ami, un collègue ou une autre compagnie? 

On classe ensuite les clients en trois catégories :

  • Promoteurs = score de 9 ou 10
  • Passifs = score de 7 ou 8
  • Détracteurs = score de 0 à 6

On calcule finalement le NPS en soustrayant le pourcentage de détracteurs du pourcentage de promoteurs. Le NPS est alors exprimé par un nombre absolu entre -100 et +100.

Par exemple, si vous obtenez 20 % de Promoteurs, 30 % de Passifs et 50 % de Détracteurs, le NPS sera de -30. On recherche évidemment un Net Promoter Score positif comme mesure de performance.

Il ne faut cependant pas s’arrêter à la mesure de l’indicateur. Une fois votre sondage complété, contactez vos promoteurs et impliquez-les dans vos offensives marketing :

  • Vidéos témoignages
  • Études de cas
  • Invitation à écrire des revues positives sur les médias sociaux
  • Programme de récompenses pour les référenceurs
  • Envoi d’informations personnalisées sur vos services et produits complémentaires
  • Programme d’ambassadeurs
  • Soirée reconnaissance où chaque client amène un autre client potentiel
  • Etc.

Trop peu d’entreprises utilisent réellement le pouvoir de la satisfaction client pour augmenter leurs ventes…
Essayez-le et vous serez récompensé!

;-)

Stéphanie

Lisez mes billets précédents.

Suivez-moi sur LinkedIn.

Suivez mon agence Bang Marketing sur Facebook.

Des conseils allumés et d’actualité sur le marketing, ça vous dit? Abonnez-vous à notre infolettre, le eBang! Publiée chaque mardi, elle vous informe des dernières tendances de la communication et du marketing. Un truc concret par semaine pour booster vos performances... point final! Aucune autopromotion, c’est promis. On parle innovation, Internet, web 2.0, stratégie de marque, publicité et bons coups marketing dénichés aux quatre coins de la planète. L’infolettre de Bang Marketing : que du contenu pertinent adressé aux stratèges passionnés! Inscrivez-vous en ligne et consultez nos archives!

À propos de ce blogue

Stéphanie Kennan est présidente de Bang Marketing, une agence de branding et de marketing Web située à Montréal. Elle travaille auprès des PME québécoises depuis 1998 et se spécialise en marketing B2B. Stéphanie Kennan est également auteure du livre Mon site web chez le psy publié aux Éditions Transcontinental.

Stéphanie Kennan

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.