PME: quand le leader danse avec la vie, l’organisation célèbre

Publié le 01/04/2021 à 09:39

PME: quand le leader danse avec la vie, l’organisation célèbre

Publié le 01/04/2021 à 09:39

(Photo: Clay Banks pour Unsplash)

BLOGUE INVITÉ. C’est en pensant à vous que j’ai approché Jean-Rock Fournier, l’un des deux copropriétaires de l’entreprise Lumca, située à Québec. Son domaine d’expertise : la conception de lampadaires extérieurs décoratifs. Au-delà de la nature même de ses produits, c’est l’innovation et la technologie qui captent l’intérêt. Il y a ce « je ne sais quoi » qui nous interpelle. Quelque chose de différent qui invite à la découverte. Le slogan « Illuminer la vie », inscrit sur le site internet de l’entreprise, illustre ici parfaitement mon propos.

Après des études à l’Université Laval en comptabilité et en finance, Jean-Rock Fournier a roulé sa bosse au privé et au public où il s’est notamment spécialisé en redressement, financement et acquisition. C’est en 2012 qu’il décide d’acquérir Lumca avec son complice Dennis Dion, un homme d’affaires rencontré sur son chemin professionnel quelques années auparavant. Les deux hommes se partagent aujourd’hui la propriété et la présidence de l’entreprise.

Parlant de présidence, il convient de préciser ici qu’officiellement, à l’interne, les deux alliés sont reconnus plutôt en tant que leaders par leurs collaborateurs et collaboratrices, ceux et celles qu’ont appellent habituellement « les employés » dans les organisations au management plus traditionnel.

 

Une date historique chez Lumca

Le 1er février 2018 marque une étape importante dans l’histoire de l’entreprise. Il s’agit de ce jour où messieurs Fournier et Dion ont annoncé aux employés leur intention de changer leur mode de management, et par conséquent, la culture de l’entreprise. Quiconque connait l’entrepreneuriat, le management, la gestion des ressources humaines et l’importance d’un changement de culture organisationnelle sait pertinemment qu’il s’agit là d’une décision très audacieuse de la part des propriétaires. Chers lecteurs et chères lectrices, je vous entends déjà vous demander, « pourquoi donc cette décision de transformation organisationnelle à ce moment-là ? »

Jean-Rock Fournier m’explique que c’est en 2015 qu’il a commencé à danser avec la vie. C’est l’année où il s’est divorcé après une relation de 24 ans avec son ex-conjointe et où sa mère est décédée à la suite d’un cancer. « C’est l’année où j’ai perdu les deux femmes de ma vie », me dit-il avec sagesse et une certaine émotion empreinte de sérénité.

Vers 2013, déjà, ce dernier avait amorcé une transformation personnelle, soit un an après l’acquisition de Lumca. « What’s next? », est la fameuse question qu’il se posait alors. À mon humble avis, celle-ci représente tellement bien son état d’esprit du moment. Lui qui, à cette époque, avait atteint l’ensemble des objectifs de jeune homme qu’il s’était fixés au début de sa vingtaine. À ce moment, il avait acquis tout ce qui symbolise la réussite (financière) d’un point de vue externe : belle maison, belle voiture, bonne capacité d’achat, etc. Mais… « What’s next? » demeurait encore sans réponse claire et satisfaisante dans sa vie personnelle.

Il se souvient du jour où il a assisté à une conférence de Rémi Tremblay, de La Maison des Leaders. Le sujet : la célébration. Jean-Rock affirme qu’un déclic s’est alors produit en lui. Des réponses à sa quête de sens ont commencé à émerger, et une ouverture s’est produite en lui. Il s’est alors intéressé davantage à ses employés, à leur réalité d’employés et au sens qu’ils et elles pouvaient bien trouver dans leur emploi au sein de son organisation.

 

« What’s next »… Lumca ?

- La démocratisation du pouvoir décisionnel ;

- La disparition des titres professionnels hiérarchiques ;

- L’instauration d’un management basé sur une confiance authentique entre chacun et chacune ;

- L’instauration de mécanismes d’accompagnement et de gestion des conflits ;

- La promotion d’un climat de travail où dignité, bienveillance, compassion, humilité et bonheur font partie intégrante de la vie au travail de tous.

Il s’agit ici de transformations organisationnelles concrètes survenues au sein de l’entreprise Lumca ces trois dernières années. À mon humble avis, ce sont là des réponses claires et convaincantes de la part de l’ensemble des employés à l’invitation bienveillante des co-propriétaires lancée en grande pompe le 1er février 2018.

« Rien n’est parfait, on vit les challenges, on apprend à se connaître et cela apporte plus de compassion et de bonheur au travail », tels sont les sages propos de Jean-Rock Fournier, au terme de notre échange.

Jean-Rock Fournier, Dennis Dion et toute l’équipe de Lumca, nous enseignent que l’innovation n’est pas seulement une affaire de produits, mais également une façon de vivre une entreprise ensemble. Ce bel exemple nous démontre à quel point l’entrepreneuriat bienveillant est davantage une démarche humaine en affaires plutôt qu’une démarche entrepreneuriale basée sur un chiffre d’affaires.

 

Stéphane Slogar
Entrepreneur/ Blogueur invité

À propos de ce blogue

Dans ce blogue, Stéphane vous invite à la réflexion ainsi qu’à la découverte de modèles et de styles de management collaboratif où l’humain est placé au centre des préoccupations des leaders et des acteurs internes et externes de l’entreprise. Pour Stéphane, c’est possible de faire la différence pour tous et de réaliser, du même coup, d’importants profits financiers, humains et surtout, de société. Bonnes découvertes!

Stéphane Slogar

Sur le même sujet

Une première franchise pour Juliette & Chocolat

10/05/2021 | Emmanuel Martinez

Juliette & Chocolat ouvre un nouveau restaurant, mais pour la première fois de son existence, il s’agit d’une franchise.

Suggestions recherchées pour réduire la paperasserie

04/05/2021 | Emmanuel Martinez

Le gouvernement du Québec veut recueillir des suggestion des entrepreneurs pour réduire la bureaucratie.

Blogues similaires

La coopétition: quand votre concurrent devient votre meilleur allié

BLOGUE INVITÉ. Pour les CA, la pandémie a profondément révolutionné le recrutement de PDG.

Quand siéger à trop de CA, c'est trop!

21/04/2021 | Joanne Desjardins

BLOGUE INVITÉ. Siéger à un CA est un privilège et non un droit. Ce privilège doit être exercé avec circonspection.

Cachez ce déchet que je ne saurais voir

BLOGUE INVITÉ. Plusieurs obstacles empêchent de réduire nos déchets et de valoriser ceux que nous produisons.