J'ai ouvert un bureau au bout du monde en laissant les employés choisir où. Voici pourquoi...

Publié le 08/12/2016 à 10:00

J'ai ouvert un bureau au bout du monde en laissant les employés choisir où. Voici pourquoi...

Publié le 08/12/2016 à 10:00

Chaque année, j'offre à mon équipe la possibilité de partir 2 semaines en équipe de 6 à l’autre bout du monde pour travailler sur un projet d’innovation de leur choix. Depuis 2 ans, c’est à partir d’un appartement Airbnb dans les villes de Barcelone et Prague que mon équipe a pris en main le futur de GSOFT. Une initiative osée, mais nécessaire si nous voulons toujours exister dans 25 ans.


Je me rappelle encore de l’époque où tout était à bâtir. Le succès n’avait pas encore frappé à notre porte et, chaque jour, toute l’organisation était en mode innovation. Nous mettions 110% de nos efforts à inventer la chose qui allait concrétiser et financer notre vision. Un jour, le succès a finalement frappé à notre porte, et même plus d’une fois. 


Bien que ces grands succès ont permis à GSOFT de se rendre aussi loin et d’être ce qu’il est aujourd’hui, ils ont aussi tranquillement étouffé notre capacité à innover. Pourquoi? Parce que tous nos efforts étaient maintenant dédiés à optimiser nos succès actuels et non à de la pure innovation comme autrefois. C’est un phénomène courant qui met souvent en péril les organisations dans le monde.


C’est en travaillant à distance dans l’un de mes voyages autour du monde que j’ai eu une idée folle pour remettre l’innovation de l’avant. Être isolé au milieu de nulle part sur un autre fuseau horaire augmentait énormément ma productivité et le paysage qui m’entourait m’inspirait plus que jamais, puis j’ai eu envie de partager cette expérience avec mes employés. Je ne savais pas si l’idée était réaliste, mais j’avais le sentiment que c’était la chose à faire.



Le 10 février 2015, j’ai annoncé à tous les employés que nous allions ouvrir un bureau temporaire quelque part dans le monde et que c’est eux qui devaient choisir la destination. Je dois avouer que j’ai rarement vu autant de confusion dans le visage des gens. Et c’est Barcelone qui a récolté le plus de votes sur des destinations comme San Francisco, Maui, Berlin, Stockholm, London, Rio de Janeiro, Tokyo, Reykjavik et Hong Kong. Nous avons ensuite loué pendant 6 mois un magnifique appartement situé au coeur de Barcelone. Chaque 2 semaines, une nouvelle équipe de 6 personnes décollait pour l’Espagne.


Ce fut donc la naissance de la GHouse, une approche unique à l’innovation.


Une vue du balcon de l’appartement à Barcelone :



Mais pourquoi se rendre aussi loin pour innover ?


C’est simple, le travail quotidien est accaparant et laisse peu ou pas de place à l’innovation. Il y a toujours quelque chose de plus urgent qui ne peut pas attendre, des feux à éteindre, des courriels auxquels il faut répondre, des réunions auxquelles il faut assister, des collègues qui nous dérangent, du bruit qui nous déconcentre, etc. L’idée de la GHouse c’est de sortir complètement les employés du système pour leur donner du temps de qualité à créer de nouvelles choses qui ont le potentiel d’amener l’organisation à l’autre niveau. Pour y arriver, quoi de mieux que de les envoyer à l’autre bout du monde sur un autre fuseau horaire à l’abri des distractions et de la routine.


En 2016, nous avons répété l’expérience, mais dans la superbe ville de Prague cette fois-ci.



Selon moi, tout le monde sans exception doit être impliqué de près ou de loin dans le processus d’innovation d’une organisation et la GHouse est vraiment une manière de le faire pour nous. C’est aussi l’opportunité aux employés de s’impliquer dans le futur de l’organisation, de travailler sur de nouvelles choses, de sortir complètement de leur zone de confort, de voyager le monde pour vivre d’autres cultures et de tisser des liens forts avec des personnes exceptionnelles. C’est définitivement une expérience très enrichissante.


Une équipe à Prague qui travaille sur un nouveau produit appelé SNOOZIT :



Aujourd’hui, je n’ai jamais été aussi confiant que mon entreprise a tout pour traverser les époques et c’est en grande partie grâce aux projets nés à l’autre bout du monde. C’est fou de voir à quel point l’innovation est sur les lèvres de tout le monde maintenant. Il y a de nouvelles idées qui se brassent chaque jour.


Évidemment que nos succès actuels continuent d’occuper une très grande partie de notre temps, mais nous avons créé une culture d’innovation qui nous permet maintenant de bien jongler avec le présent et le futur. Je ne dis pas que toutes les organisations doivent copier notre approche en envoyant leurs employés à l’autre bout du monde pour innover, mais je les mets au défi d’essayer de nouvelles approches qui sortent des sentiers battus. 


Le jour où une organisation cesse d’innover, c’est le jour qu’elle commence à mourir. Pensez-y.


 

À propos de ce blogue

Simon est le rêveur visionnaire à la tête de GSOFT, l'une des plus importantes PME québécoises. Depuis 2006, GSOFT met au point des logiciels qui sont aujourd’hui utilisés dans plus de 110 pays. Sa première préoccupation ayant toujours été le bonheur de ses employés, Simon a bâti l’une des cultures d’entreprise les plus inspirantes de la planète. Son plus récent projet, Officevibe, est la preuve indéniable de son engagement au bien-être de son effectif. Audacieux et anticonformiste de nature, il s’est donné la mission de révolutionner le monde du travail tel que nous le connaissons. Il profitera de cette tribune pour favoriser encore plus cette transformation ! www.GSOFT.com

Simon De Baene

Sur le même sujet

Fiscalité d'entreprise: la grande distorsion

EXPERT INVITÉ. Certaines dispositions font en sorte que des entrepreneurs peuvent être surimposés.

À la une: spécial 500, la recherche et développement au service de la croissance

Édition du 18 Mai 2019 | Les Affaires

Cette semaine, notre classement des 500 est accompagné d’un dossier sur un des moteurs des entreprises: la R-D.

OPINION Le secret du succès
Édition du 18 Mai 2019 | Olivier Schmouker
À la une: les métiers de demain (matin!)
Édition du 11 Mai 2019 | Les Affaires
À la une: à la conquête du règne végétal
Édition du 04 Mai 2019 | Les Affaires