Arts-affaires : première année positive pour Pauline Marois

Publié le 19/09/2013 à 16:24

Arts-affaires : première année positive pour Pauline Marois

Publié le 19/09/2013 à 16:24

BLOGUE. D’abord, je suis très heureux de retrouver ce blogue et de reprendre le dialogue arts-affaires sur le site du journal Les Affaires. Si vous avez des commentaires ou des suggestions, n’hésitez pas à entrer en contact avec moi. 
Les dernières semaines de polémique autour de la Charte des valeurs québécoises ont éclipsé le bilan de cette première année au pouvoir pour le gouvernement de Madame Marois. Bilan globalement mitigé selon les analystes mais positif au chapitre arts-affaires.
En janvier dernier, la première ministre a annoncé la mise sur pied d’un comité dirigé par l’homme d’affaire et mécène Pierre Bourgie et visant à examiner la situation de la philanthropie culturelle au Québec et à proposer des pistes de développement.
Ce comité d’hommes et de femmes vraiment actifs pour la philanthropie culturelle a remis en juin dernier son rapport, un document concret et important, en cinq points principaux. 
On ne peut que se réjouir du fait que le rapport Bourgie ne soit pas resté lettre morte et que rapidement le gouvernement ait décidé d’annoncer une série de mesures pour favoriser la philanthropie culturelle. Ces mesures sont les suivantes : 
1- De nouveaux crédits d’impôt sont mis en place pour encourager les premiers dons majeurs et les très grands donateurs (crédit d’impôt additionnel de 25% pour un premier don de 5 000 $ à 25 000 $, autre crédit de 30 % pour les dons majeurs de 250 000 $) ;
2- Modifications du programme Mécénat Placements Culture qui offrira à partir du 1er octobre de nouvelles subventions aux organismes qui font des collectes de fonds pour subvenir à leurs besoins financiers immédiats ou des tournées hors Québec ;
3- Création l’an prochain du fonds Avenir Mécénat Culture pour assurer la pérennité du programme Mécénat Placements Culture ;
4- Majoration de 25% de l’aide fiscale accordée à ceux faisant don d’une œuvre d’art pour l’espace public, majoration de 50% si l’œuvre est destinée à un établissement d’enseignement. Majoration de 25 % de l’aide fiscale pour le don d’un immeuble destiné à des ateliers d’artistes ou des organismes culturels.
Reste à mettre en place PArtenaires, cet organisme à but non lucratif, indépendant du gouvernement. Dans le rapport Bourgie, le comité explique que PArtenaires fournirait des services-conseils et un savoir-faire dans le maillage entre le secteur culturel et le milieu des affaires. Cette mission s’inspire de ce que fait avec dynamisme le Conseil des arts de Montréal mais serait étendue à la province. Les organismes culturels ont besoin de ce savoir-faire et de conseils pour développer leur financement privé. 
Le rapport souhaite aussi que PArtenaires, mène des campagnes de sensibilisation sur l’importance du don pour la culture. 
D’ailleurs les premiers bénéfices des actions en faveur de la philanthropie culturelle se font sentir. Quand la Chambre de commerce de Montréal, quand le Conseil des arts de Montréal, quand la première ministre amènent dans l’actualité la question du financement privé de la culture, alors les médias suivent. On a vu dernièrement plusieurs articles sur de nouveaux mécènes, sur des actions privées en faveur de la culture. Encore cette semaine, les médias présentait cette histoire inspirante de Isabelle de Mévius et de son projet 1700 La Poste. Il y a un effet d’émulation sur les Québécois. 
Autre point à souligner : dans ses interventions, la première ministre a bien précisé que si elle souhaite encourager le mécénat, ce n’est pas pour remplacer le financement public. Certaines formes d’art plus pointues ne trouveront pas d’aide privée et ont donc besoin des subventions de l’État pour émerger. C’est un équilibre à trouver entre ces deux formes de financement qui doivent coexister et que l’on doit défendre pour un écosystème sain. 
Il y a une sensibilité réelle à Québec sur le mécénat, la philanthropie, l’importance de lier le monde des arts et celui des affaires. Souhaitons que cette lancée se poursuive… 

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Mis à jour le 06/03/2017 | Julien Brault

BLOGUE INVITÉ. Je pourrai découvrir de nouvelles occasions d'affaires. C'est ainsi que prospèrent les start-ups.