Lettre à Michael Rousseau: le langage est une habileté de direction

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Novembre 2021

Lettre à Michael Rousseau: le langage est une habileté de direction

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Novembre 2021

Apprendre une langue, c’est d’abord apprendre. On a toujours du temps pour ça. (Photo: Jason Goodman pour Unsplash)

Cher Michael,

Vous avez sans doute été surpris par l’ampleur qu’a prise ce qu’on appelle maintenant « l’affaire Michael Rousseau ». Après tout, vous n’étiez pas le premier anglophone à vous adresser dans votre langue d’usage à la tribune de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Et vous ne serez pas le dernier. 

En outre, vous n’êtes assurément pas le seul chef de la direction d’une grande entreprise canadienne, voire montréalaise, à ne parler qu’anglais — un fait qu’il faut déplorer, et non utiliser comme point de référence, encore moins comme excuse.

Personnellement, je le regrette non pas tant pour des motifs politiques ou identitaires, mais à cause d’une certaine conception que je me fais du métier de premier dirigeant que j’ai exercé pendant 22 ans, et que j’enseigne depuis presque 10 ans maintenant. 

Cela étant, je vous donne raison sur un point important : vous n’êtes pas obligé d’apprendre le français. Qu’on aime ou qu’on déteste ça, oui, on peut vivre et travailler à Montréal en anglais seulement. Comme on peut vivre et travailler à Winnipeg ou à Moncton en ne parlant que français, voire à Vancouver en ne parlant que cantonais. On se prive alors de beaucoup de richesse socioculturelle, mais c’est possible. 

Mais on ne devient pas chef de la direction d’une grande entreprise, rémunéré de plusieurs millions de dollars par an, en se limitant à ce qu’on est « obligé » de faire. 

La compétence langagière, voyez-vous, est une habileté de direction fondamentale pour un premier dirigeant. La différence entre un vice-président et un président, c’est qu’il incombe à ce dernier de rassembler tous les collaborateurs de l’entreprise autour des ambitions, des objectifs et des valeurs de celle-ci. Pour les employés, les clients et les fournisseurs, vous incarnez tout ça à Air Canada. Vous ne pouvez pas faire ça seulement par des notes de service. Votre communication est beaucoup plus efficace lorsqu’elle est faite directement, plutôt que par un quelconque service de ressources humaines assisté de traducteurs. 

Il ne s’agit pas d’être à la fois Molière, Shakespeare et Cervantès. Il s’agit d’être capable de manifester un minimum de respect pour ses collaborateurs et leur culture. Vous intéresser à eux, c’est vous intéresser à ce qu’ils sont, pas juste à ce qu’ils font. Comme vous, ils sont leur culture et leur langue.

Je suis un peu votre miroir. Vous êtes anglophone unilingue d’ascendance francophone ; j’étais francophone unilingue d’ascendance britannique. Quand Rona a fait sa première incursion hors Québec, je me suis mis à l’anglais pour pouvoir continuer ma gestion proche des gens. Avec un professeur privé, j’y ai investi des heures et des heures. Mon anglais est toujours resté laborieux, mais j’ai tenu à l’utiliser et mes interlocuteurs ont toujours apprécié l’intérêt et le respect que je leur portais. Cela a fait de moi un meilleur dirigeant — j’ai même pu prononcer des conférences devant des chambres de commerce d’Ontario et de l’Ouest, qui m’ont pardonné mon accent et mes hésitations. 

Mieux encore : quand SNC-Lavalin a fait sa première acquisition au Chili, en 1996, son président, Guy Saint-Pierre, s’est mis à l’espagnol. Il avait plus de 60 ans. Il n’avait pas l’intention de vivre à Santiago, mais il considérait que c’était manifester un minimum de respect pour ses nouveaux collaborateurs, même si ceux-ci pouvaient sans doute converser en anglais. Des exemples comme celui-là, il en existe des dizaines. Au fait, je ne connais personne qui regrette d’avoir appris une langue. Apprendre une langue, c’est d’abord apprendre. On a toujours du temps pour ça.

J’entends que vous avez commencé à apprendre le français avec un professeur privé — une façon privilégiée de le faire, j’en sais quelque chose. Je vous en félicite. Peu importe la dimension politique que l’incident a prise, vous avez pris la bonne décision de gestion. Cher Michael, je ne vous souhaite que du succès pour la suite.

À propos de ce blogue

Pendant plus de 20 ans, il a été président et chef de la direction de Rona. Sous sa gouverne, l'entreprise a connu une croissance soutenue et est devenue le plus important distributeur et détaillant de produits de quincaillerie, de rénovation et de jardinage au Canada. Après avoir accompagné un groupe d'entrepreneurs à l'École d'entrepreneurship de Beauce, Robert Dutton a décidé de se joindre à l'École des dirigeants de HEC Montréal à titre de professeur associé.

Robert Dutton
Sujets liés

Économie , Bourse

Sur le même sujet

À surveiller: Air Canada, NFI Group et Well Health Technologies

27/04/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres d'Air Canada, NFI Group et Well Health? Voici quelques recommandations d'analystes.

Air Canada croit que la flambée du pétrole ne gâchera pas la reprise des voyages

Air Canada a réduit sa perte au premier trimestre, mais celle-ci demeure plus élevée que prévu.

Blogues similaires

Le rallye de fin d'année est déjà enclenché

Édition du 27 Octobre 2021 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Rien ne semble arrêter le mouvement haussier.

Bourse: laisser passer la tempête

20/05/2022 | Denis Lalonde

BALADO. Citant Benjamin Graham, François Rochon estime que le mieux, lorsque la Bourse chute, est... de ne rien faire.

La face cachée des titres de croissance

Édition du 07 Décembre 2019 | Richard Guay

CHRONIQUE. La croissance du bénéfice par action (BPA) est sans aucun doute l'un des critères les ...