Comment investir à l'étranger en période d'incertitude


Édition du 08 Novembre 2023

Comment investir à l'étranger en période d'incertitude


Édition du 08 Novembre 2023

(Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. Les actions canadiennes ne représentent que 3,4% du marché boursier mondial, mais 52,2% du total de la composante en actions des portefeuilles des investisseurs canadiens, selon une étude de Vanguard publiée en juillet dernier, qui se fonde sur des données du Fonds monétaire international et de Bloomberg.

L’étude, nommée «A Case for Global Equity Diversification», trace le portrait des placements en actions des investisseurs à travers le Canada au 30 juin 2022 et traite de leur tendance à allouer une portion trop importante de leur portefeuille aux titres d’entreprises canadiennes (home bias). Elle calcule que l’allocation en actions canadiennes des investisseurs du pays est plus de 15 fois supérieure à son poids dans la capitalisation boursière mondiale.

Pourquoi les portefeuilles des Canadiens sont-ils généralement sous-pondérés en actions internationales ? Outre la tendance à surpondérer les sociétés locales, plusieurs raisons peuvent expliquer une telle situation, dont le manque de familiarité avec les marchés internationaux, les risques géopolitiques et la difficulté d’assembler un portefeuille de titres individuels, sauf pour les certificats américains d’actions étrangères (American Depositary Receipt, ou ADR), qui sont des titres négociables qui donnent à leur détenteur la propriété d’actions d’entreprises étrangères sur le marché américain.

Pourtant, les avantages seraient nombreux.

  • La diversification et la réduction du risque:le marché boursier canadien est concentré dans un petit nombre de secteurs, les services financiers et l’énergie représentant ensemble 48% de l’indice composé S&P/TSX, comparativement à seulement 0,3 % pour les soins de santé. Le fait d’investir dans des solutions qui comblent les lacunes du marché domestique en misant sur une exposition accrue aux secteurs sous-représentés au pays procure de meilleurs avantages sur le plan de la diversification. La même étude de Vanguard citée précédemment suggère aussi qu’une allocation de 70 % en actions mondiales peut réduire la volatilité d’un portefeuille d’environ 5 %.

  • Les évaluations actuelles:les actions internationales ont surpassé les actions américaines sur le plan de la croissance des bénéfices depuis le creux de mars 2020, marquant le début de la pandémie de COVID 19. En fait, les actions internationales ont connu les meilleures révisions de bénéfices au cours de la dernière année, surpassant nettement les actions américaines, qui ont suivi une tendance à la baisse.

  • Les rendements historiques:les États-Unis représentent plus de la moitié de la capitalisation boursière mondiale. Cependant, investir uniquement dans des actions américaines ignore l’autre moitié des marchés boursiers mondiaux, ce qui signifie rater d’importantes occasions de diversification. Des données historiques remontant à 1900 pour 23 pays, dont les États-Unis, ont été suivies dans un rapport annuel de Credit Suisse préparé par les chercheurs Elroy Dimson, Paul Marsh et Mike Staunton. Au cours des 120 dernières années, les actions mondiales ont fourni un rendement réel annualisé (c’est-à-dire après inflation) de 5,2 %.

 

Les facteurs de qualité pour investir à l’international

Des principaux effets de marché, la qualité se démarque généralement des autres critères (valeur, momentum, faible volatilité et dividendes) lors des fins de cycles économiques, soit pendant un ralentissement ou une récession. De plus, l’indice MSCI recèle 7,2 % d’entreprises non rentables et affiche une marge de profit moyenne de 11,9 % et un rendement du capital investi, la métrique incontournable des investisseurs de qualité, de 14,9% (Bloomberg au 30 septembre 2023). Il est donc possible de construire un portefeuille d’actions de qualité à l’international pouvant se démarquer plus aisément de son indice que si le même exercice était fait avec l’indice S&P 500, dont les critères d’adhésion sont généralement plus stricts.

 

Trois solutions simples pour y remédier

  • Solution indicielle:Le fonds négocié en Bourse (FNB) iShares Core MSCI EAFE IMI Index (XEF, 31,53 $), qui reproduit le rendement de l’indice MSCI EAEO (Europe, Australasie et Extrême-Orient) et comporte 1500 titres pour le coût modique de 0,22% en ratio de frais de gestion.

  • Solution systématique:le FNB indiciel Fidelity Actions internationales de grande qualité (FCIQ, 31,36 $), géré par Geode Capital Management, détient 118 entreprises et s’inspire d’une méthodologie simple à trois critères équipondérés:le rendement du capital investi, de même que la marge des flux de trésorerie disponibles et la stabilité de ceux-ci.

  • Solution active:le Fonds commun d’actions internationales BNI géré par Gestion d’actifs PineStone, aussi offert à la Financière Canoe en version défensive avec protection contre la volatilité.

 

 

Trois exemples de titres individuels internationaux

Novo Nordisk (NVO, 94,07 $US) est une entreprise de soins de santé qui se consacre à la recherche, au développement, à la fabrication et à la commercialisation de produits pharmaceutiques.

InterContinental Hotel Group (IHG, 72,40$US) est une multinationale britannique d’hôtellerie basée à Windsor, en Angleterre.

ASML Holding (ASML, 590,00 $US) développe, produit, commercialise, vend et fournit des systèmes d’équipements semi-conducteurs avancés composés de lithographie, de métrologie et de systèmes d’inspection pour les fabricants de puces.

Sur le même sujet

Placements en temps de baisse des taux obligataires!

EXPERT INVITÉ. Les baisses de taux d’intérêt sont-elles synonymes de gains, de pertes ou des deux?

3 erreurs à éviter avec un CELI

03/06/2024 | Morningstar

Tirez le meilleur parti de ce compte fiscalement avantageux en 2024.

Blogues similaires

Se divertir en misant en Bourse sur des athlètes professionnels

Édition du 08 Mai 2024 | Martin Lalonde

EXPERT INVITÉ. On dit que la valeur d’un investissement est égale à l’actualisation de ses flux monétaires futurs.

Bourse: Dollar Tree, Dollarama et... Donald Trump!

07/06/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Les investisseurs devraient ignorer les élections américaines, dit François Rochon.

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.