Bien dormir et faire de l’argent, c’est possible?


Édition du 09 Novembre 2022

Bien dormir et faire de l’argent, c’est possible?


Édition du 09 Novembre 2022

(Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. «Si vous ne trouvez pas le moyen de gagner de l’argent pendant que vous dormez, vous travaillerez jusqu’à votre mort», a dit Warren Buffett.

Les années se suivent, mais ne se ressemblent pas. Après une très bonne année 2021, l’année 2022 est une des pires en 50 ans pour les portefeuilles équilibrés et l’ensemble des marchés. L’année a été difficile jusqu’à présent pour les investisseurs qui comptent uniquement sur les gains en capital pour obtenir des rendements. Cependant, les actions à dividende peuvent aider à combler ce fossé en offrant aux investisseurs un revenu constant, dans les bonnes comme dans les mauvaises périodes. En cas de ralentissement de l’activité économique, il faut se demander si les versements de dividende sont sûrs et vont continuer à l’avenir.

 

Qui sont les aristocrates du dividende (Dividend Aristocrats)?

Les aristocrates du dividende sont des sociétés cotées à la Bourse de Toronto ayant au moins 300 millions de dollars (M $) de capitalisation boursière. Le titre doit aussi faire partie de l’indice S&P 500 et verser un dividende aux actionnaires. Ce même dividende doit avoir augmenté au cours des cinq dernières années. Il s’agit généralement de grandes entreprises bien établies qui ne connaissent plus de croissance fulgurante. On les trouve dans de nombreux secteurs, notamment les soins de santé, la vente au détail, le pétrole, le gaz et la construction.

Les sociétés en démarrage et les entreprises technologiques offrent rarement des dividendes. Leurs équipes de direction préfèrent réinvestir les bénéfices dans les opérations afin de soutenir une croissance supérieure à la moyenne. Certaines start-ups sont même en perte nette et ne disposent pas des liquidités nécessaires pour verser des dividendes.

Ne confondez pas les aristocrates canadiens du dividende avec ceux du sud. Il est beaucoup plus difficile de devenir un aristocrate du dividende aux États-Unis. Pour être considérée comme un aristocrate, une société cotée aux États-Unis doit avoir augmenté son dividende pendant 25 années consécutives, posséder une capitalisation boursière d’au moins 300 milliards de dollars (G $) et générer un volume d’échange moyen quotidien à la Bourse de 5 M $ou plus dans les trois derniers mois.

 

Qu’est-ce que les rois du dividende (Dividend Kings)?

Les rois du dividende sont similaires aux aristocrates du dividende. Ce sont des sociétés cotées aux États-Unis ayant augmenté leurs dividendes pendant 50 années consécutives. Si nous appliquons les mêmes critères au Canada, il n’y aurait qu’une seule action sur la liste, et c’est Canadian Utilities (CU, 35,25 $).

Or, Fortis (FTS, 51,74 $) se situe juste derrière Canadian Utilities et devrait atteindre ce niveau dans les prochaines années. Il y a 65 aristocrates du dividende aux États-Unis en 2022 et voici quelques exemples de compagnies qui ont une croissance des dividendes depuis 50 ans et plus:Genuine Parts (GPC, 175,76$US), PepsiCo (PEP, 177,75 $US), Johnson & Johnson (JNJ, 170,47 $US) et Emerson Electric (EMR, 87,93 $US).

 

Quand la liste des aristocrates du dividende est-elle mise à jour?

La liste Dividend Aristocrats est mise à jour périodiquement par l’indice S&P Dow Jones. Une fois par an, en janvier, des sociétés sont ajoutées et retirées en fonction des exigences. Au début de chaque trimestre, l’indice est repondéré, ce qui signifie que la taille des composants est réinitialisée afin que chacun représente un pourcentage égal de l’indice.

Bien que l’indice Dividend Aristocrats ne change pas beaucoup, davantage de sociétés ont tendance à perdre leur statut pendant les récessions. En 2009 et 2010, 19 sociétés (dont la moitié étaient des banques ou des institutions financières) ont été retirées de cette liste après avoir réduit leur dividende en raison de la crise financière mondiale. Pour la grande majorité des sociétés constituant cet indice, les investisseurs ont l’assurance qu’elles peuvent prospérer dans n’importe quel environnement. Après tout, ces actions à dividende ont continué d’augmenter leurs paiements pendant le krach de 1987, l’éclatement de la bulle techno du début des années 2000 et la crise financière de 2008. Il y a de fortes chances qu’elles parviennent également à traverser la crise actuelle.

 

Rendement total versus rendement de dividende

Lorsqu’on souhaite investir dans une action à dividende, il est important de prêter attention à la performance du titre et au potentiel de croissance. L’erreur la plus fréquente est d’investir uniquement dans des actions à fort rendement de dividende. Il est important de diversifier votre portefeuille et de revoir votre profil d’investisseur au moins une fois par année avec votre conseiller financier.

Sur le même sujet

À surveiller: Tesla, AtkinsRéalis et Alithya

Que faire avec les titres Tesla, AtkinsRéalis et Alithya? Voici des recommandations d’analystes.

Bourse: les gagnants et les perdants du 13 juin

Mis à jour le 13/06/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

OPINION Bourse: les gagnants et les perdants du 12 juin
Mis à jour le 12/06/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne
Bourse: les gagnants et les perdants du 11 juin
Mis à jour le 11/06/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne
Gains en capital: un vote aura lieu mardi, les yeux rivés vers les conservateurs
Mis à jour le 10/06/2024 | La Presse Canadienne

Blogues similaires

Se divertir en misant en Bourse sur des athlètes professionnels

Édition du 08 Mai 2024 | Martin Lalonde

EXPERT INVITÉ. On dit que la valeur d’un investissement est égale à l’actualisation de ses flux monétaires futurs.

Banque du Canada: jusqu'à cinq baisses de taux d'ici juin 2025

BALADO. Les données américaines sur l’inflation pourraient conforter la Banque du Canada dans ses baisses de taux.

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.