Vézina : Les Tanguy obligés d'ailleurs devraient nous faire réfléchir ici

Publié le 09/02/2013 à 17:23, mis à jour le 10/02/2013 à 15:10

Vézina : Les Tanguy obligés d'ailleurs devraient nous faire réfléchir ici

Publié le 09/02/2013 à 17:23, mis à jour le 10/02/2013 à 15:10

La «tanguysation de l'économie» est considérée comme un fléau planétaire. Photo: Droits réservés

BLOGUE. Ne viens pas chez moi, j’habite chez mes parents…

Pour le journal Le Monde, qui a mené une enquête sur ce sujet, ce n’est rien de moins qu’un « fléau planétaire».

En Espagne, en Italie et au Portugal, de 40 à 50 % des jeunes gens de 25 à 34 ans vivent ou sont revenus vivre chez leurs parents. La proportion est encore plus élevée en Grèce, en Bulgarie, en Slovaquie et à Malte.

Pour l’Europe, ce sont les pourcentages les plus élevés, mais ils grimpent un peu partout dans le monde. Aux États-Unis, le taux atteint maintenant 21,6 %. Il n’était que de 11 % en 1980. Même des pays dont l’économie a été moins affectée, comme le Canada et l’Australie, voient de plus en plus de grands enfants réintégrer le foyer familial. Au Japon, la tendance touche même des cohortes plus âgées : 16 % des 34 à 44 ans cohabitent désormais avec leurs parents. Et ce sont toujours majoritairement des hommes.

Les facteurs peuvent être en partie culturels, mais ils sont surtout économiques : c’est dans l’Europe du Sud, durement touchée par la crise, que le phénomène est le plus évident. Sans revenus, sans perspective de retrouver du travail à court terme, revenir à la maison demeure la seule option si on veut éviter d'échouer dans la rue.

Le journal note que ce ne sont pas des Tanguy, en référence au personnage plutôt fainéant du film d’Étienne Chatiliez qui prolongeait son séjour chez ses parents pour se faire vivre. Ces nouveaux dépendants sont plutôt malheureux. « En vivant chez mes parents, je deviens un sujet de mépris », dit l’un d’entre eux. Et la suite ne sera pas jolie. À perdre ainsi confiance, on entre dans un cercle vicieux dont il est bien difficile de sortir.

Et les parents, justement ? Ils apprécient modérément. C’est toujours bien d’aider ses enfants, mais les ravoir dans les pattes ne fait pas l’affaire de tout le monde. On fait d’ailleurs référence à un site mexicain, supermujer.com.mx où on peut lire la question suivante : « Enfants à la maison, jusqu’à quand ?» Même les mamas italiennes affichent leur ras-le-bol, paraît-il…

À la une

Le Canada est encore loin d'avoir une vraie stratégie industrielle

22/01/2022 | François Normand

ANALYSE. Un an après le dépôt d’un important rapport à ce sujet, Monique Leroux explique ce qu’il manque pour y arriver.

Un ruban intelligent pour traiter des enfants à l’urgence

21/01/2022 | Emmanuel Martinez

Une start-up montréalaise a conçu un dispositif qui permet de mieux déterminer la dose de médicaments pour les enfants.

Bourse: Wall Street termine en forte baisse, la Fed et Netflix font tomber les indices

Mis à jour le 21/01/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine en baisse de plus de 400 points.