Fini, le bordel informatique?

Publié le 23/06/2015 à 16:58

Fini, le bordel informatique?

Publié le 23/06/2015 à 16:58


D’abord, parce que cette démarche devrait permettre de rehausser l’image globale du secteur, qui a bien besoin d’encouragement.


Ensuite, parce qu’on entend accentuer la concurrence dans le milieu. Les appels d’offre seront accessibles à un plus grand nombre d’entreprises, notamment parce qu’il est question d’en réduire la taille. Par le passé, les commandes étaient souvent si imposantes que seules quelques très grandes entreprises pouvaient y participer. En caricature, on les présente souvent comme les entreprises à trois lettres, nommément CGI, IBM et DMR. Et même par défaut, elles se retrouvaient favorisées. Un vieux dicton dit : « Personne ne s’est jamais fait congédier pour avoir embauché IBM »…


En d’autres mots, les PME québécoises étaient régulièrement exclues de tout ce processus, soit parce qu’on ne leur faisait pas confiance, soit parce qu’elles n’avaient ni l’effectif ni les moyens de se lancer dans de si grandes aventures. On leur entrouvre maintenant la porte. Mais il leur faudra répondre à des normes bien établies étant donné l’intention de rendre plus homogène le paysage informatique du gouvernement. De là, d’ailleurs, l’idée d’un comité de gouvernance pour superviser cette uniformatisation.


Une des initiatives qui iront dans ce sens concerne les « vitrines inversées ».


Chaque année, les ministères et organismes devront présenter publiquement leurs besoins en informatique ainsi que les budgets afférents. La tâche peut paraître complexe, mais elle permettra aux entreprises intéressées de se préparer en conséquence et de déterminer s’il vaudra le coup de participer, ou non, aux appels d’offre qui suivront. On sauvera ainsi du temps et de l’argent


D’autres éléments interviendront mais retenons finalement celui-ci : Québec élimine un fort irritant en ce qui a trait à la propriété intellectuelle. Un éditeur de logiciels qui voyait sa proposition retenue devait cependant se résoudre à abandonner la paternité de son travail au gouvernement. Pas facile, ensuite, de trouver du financement quand votre principal actif ne vous appartient plus… Québec cessera de tout réclamer, ce qui profitera évidemment aux PME innovantes qui pourront ensuit se mettre en évidence ailleurs.


Là est la clé. Le gouvernement peut être à la fois un important donneur d’ordres et un tremplin pour les PME d’exception. Jusqu’à présent, il s’est souvent comporté comme un éteignoir pour celles que l’on applaudissait ailleurs mais qui était incapable de se faire valoir ici.


Plus de concurrence, plus d’innovation, plus d’efficacité, plus d’impacts et plus d’économies ? C’est prometteur. Attendons maintenant la mise en oeuvre de ce beau programme. 

À propos de ce blogue

Observateur et commentateur privilégié de l’économie québécoise depuis plus de 20 ans, René Vézina fait le point sur un monde en évolution constante. Il jette un regard critique sur les événements et les vulgarise pour faire ressortir les enjeux cachés.

René Vézina

Sur le même sujet

Huawei MateBook 13: le portable de l'année?

19/03/2019 | Alain McKenna

BLOGUE. Pour un fabricant comme Huawei, c’est l’occasion de se faire un nouveau nom.

BlackBerry ouvre une filiale à Washington

Elle servira à rendre les produits et services utilisant le nuage informatique conforme aux critères américains.

Blogues similaires

Leaders, savez-vous pourquoi vos employés font la baboune?

21/05/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. C'est que certains de leurs besoins vitaux sont insatisfaits chez vous, selon une étude Léger...

C2 Montréal: comment j'ai découvert que je suis une protopiste

23/05/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. L'utopiste se nourrit de chimères. Le protopiste croit que demain sera meilleur, une étape à la fois.

La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Mis à jour le 06/03/2017 | Julien Brault

BLOGUE INVITÉ. Je pourrai découvrir de nouvelles occasions d'affaires. C'est ainsi que prospèrent les start-ups.