Deux travailleurs pour un retraité

Publié le 03/08/2010 à 09:18, mis à jour le 03/08/2010 à 10:14

Deux travailleurs pour un retraité

Publié le 03/08/2010 à 09:18, mis à jour le 03/08/2010 à 10:14

Blogue.

En 1941, le Québec comptait 10 travailleurs pour 1 retraité.

Le ratio est aujourd’hui de 5 pour 1;

En 2031, il tombera à 2 pour 1.

Ces chiffres sont tirés d’une étude présentée il y a quelques années par Me Patrice Vachon, de la firme Fasken Martineau, tirés en bonne partie de données de l’institut de la statistique du Québec.

« Il faut agir dès maintenant », disait-il, en mettant en évidence la tonne de problèmes lié au déséquilibre démographique grandissant.

Cet avertissement vient de rebondir, hier, alors que le Toronto Star a mis en pages une étude du Bureau de référence de la population, basé à Washington : on y dit que le ratio du nombre de personnes en age de travailler par rapport aux personnes âgées, au Canada, va tomber à 2 pour 1… en 2050 !

Autrement dit, la situation est préoccupante au Canada, mais elle est pire au Québec. Pourquoi ? En bonne partie, parce que nous accueillons moins d’immigrants. (En passant, au Japon, cette proportion sera de 1 pour 1 en 2050).

Il va falloir de saprés gains de productivité si nous ne voulons pas que notre économie s’effondre, et encore : où l’État ira-t-il chercher les revenus dont il a besoin pour s’occuper, entre autres, de tous ces aîné(e)s ?

Nous ne manquons pas d’enjeux à relever, mais celui-ci m’apparaît comme le tout premier : il faut absolument consolider notre démographie, d’une façon ou d’une autre, sinon, comme société, nous ne survivrons pas au XXI e siècle.

À la une

Bourse: Wall Street termine en baisse, manque encore le rebond

Mis à jour à 17:07 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le rouge.

À surveiller: Microsoft, Rogers et ExxonMobil

Que faire avec les titres de Microsoft, Rogers Communications et ExxonMobil? Voici quelques recommandations d’analystes.

Guru sacrifie la rentabilité à court terme pour mousser sa marque

L’entreprise montréalaise a l’intention de continuer à «investir dans la marque», a expliqué le PDG Carl Goyette.