Croisons-nous les doigts pour la CSeries

Publié le 15/09/2013 à 10:05, mis à jour le 16/09/2013 à 06:58

Croisons-nous les doigts pour la CSeries

Publié le 15/09/2013 à 10:05, mis à jour le 16/09/2013 à 06:58

BLOGUE. Les bonnes nouvelles ne sont pas légion au Québec. Aussi bien se réjouir lorsqu’il en arrive une.

Et lundi (ou mardi), nous devrions pouvoir applaudir. Après un retard de neuf mois sur l’échéancier prévu, le tout premier vol d’un avion CSeries devrait se dérouler aux installations de Bombardier à Mirabel.

À lire: Bombardier: la CSeries décollera lundi

Remarquez, c’est long, neuf mois, mais le Dreamliner de Boeing (Boeing 787) s’est bien fait attendre pendant près de deux ans et demi. On avait annoncé son vol inaugural pour juillet 2007, il n’a finalement eu lieu qu’en décembre 2009. À côté de ça, les délais qui ont accompagné la mise au point de la CSeries apparaissent mineurs.

N’empêche: il était temps qu’il prenne l’air cet appareil, ne serait-ce que pour faire taire ses détracteurs. En autant que tout fonctionne bien… La rivalité est féroce dans ce segment de marché et on casse allègrement du bois sur le dos de ses concurrents. Bombardier a eu droit à son lot de scepticisme. Il est maintenant temps de sortir le grand jeu.

On pourra ensuite passer aux choses sérieuses: gonfler le carnet de commandes. Elles sont toujours bloquées à 177, et encore, il faudra que Porter Airlines obtienne le droit d’allonger la piste de l’aéroport de Toronto Island sans quoi il faudra en retrancher 12 de ce total.

Il est toujours plus facile de faire la promotion d’un avion qui a démontré ses aptitudes en vol que d’en vanter les mérites dans un catalogue. On dit que plusieurs acheteurs sont restés sur les lignes de côté en attendant de le voir en action.

Il faut espérer que certains se manifestent maintenant avec des commandes de taille. Pour assurer le succès de son nouveau programme, et pour récupérer son investissement (environ 3 milliards $), Bombardier devra logiquement doubler le nombre de commandes pour l’instant acquises. Ses quelque 20 fournisseurs, européens et nord-américains, misent eux aussi sur le décollage de la demande.

À propos de ce blogue

Observateur et commentateur privilégié de l’économie québécoise depuis plus de 20 ans, René Vézina fait le point sur un monde en évolution constante. Il jette un regard critique sur les événements et les vulgarise pour faire ressortir les enjeux cachés.

René Vézina

Blogues similaires

Apprendre à tourner la page

Édition du 20 Janvier 2021 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. J’ ai une grande nouvelle que j’ai annoncée déjà il y a quelques jours sur notre site web.

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Mis à jour le 06/03/2017 | Julien Brault

BLOGUE INVITÉ. Je pourrai découvrir de nouvelles occasions d'affaires. C'est ainsi que prospèrent les start-ups.