Quelques trucs infaillibles pour détruire sa fortune

Publié le 27/09/2019 à 12:31

Quelques trucs infaillibles pour détruire sa fortune

Publié le 27/09/2019 à 12:31

Un homme qui se prend la tête.

(Photo:123RF)

BLOGUE INVITÉ. Souvent, la meilleure façon d’identifier les bons comportements pour réussir en Bourse (ou ailleurs) est d’inverser: identifier quels seraient les pires comportements à adopter pour s’assurer de bien détruire sa fortune. Si je vous demandais quelles sont selon vous les pratiques quasi infaillibles pour perdre une grande partie de votre fortune en Bourse, lesquelles identifierez-vous?

Je me suis prêté à l’exercice. Il faut dire que j’ai eu la «chance» d’observer chacun de ces comportements chez de nombreux investisseurs au cours des quelque 27 dernières années. Je dois aussi admettre que j’ai moi-même péché quelques fois, surtout à mes débuts!

Voici selon moi les pratiques les plus destructrices pour les investisseurs:

1- L’utilisation du levier financier. Investir sur marge fonctionne peut-être 90% du temps. Le problème est que le 10% du temps restant, cette pratique peut très bien vous faire tout perdre. Comme l’a dit Buffett, une série de rendements exceptionnels pendant de nombreuses années multipliée par un seul rendement négatif de 100% donnera toujours zéro. Dans la pratique du levier financier, j’ajouterais l’investissement dans les options, les fonds négociés en Bourse avec effet de levier et les instruments financiers à terme.

2- La pratique du «market timing». J’ai souvent écrit sur le sujet dont le blogue suivant qui résume bien ma pensée: Un exemple concret de la futilité du «market timing» (anticipation du marché). Pour dilapider une bonne partie de votre fonds de pension, la pratique régulière du «market timing» est très efficace! Non seulement devrez-vous vendre vos actions au bon moment, mais vous devrez ensuite identifier le bon moment pour les racheter. Vous réussirez peut-être une fois ou deux, mais à la longue, l’exercice risque de vous coûter très cher.

3- Une diversification inadéquate. Si vous cherchez à perdre une grande partie de votre portefeuille, investissez tout dans un, deux ou une poignée de titres. Il faut être assez humble pour admettre qu’on n’est pas en mesure de prévoir le futur et que de miser tout son portefeuille dans un seul titre est une recette pour éventuellement tout perdre.

4- Un grand nombre de transactions. Vous souvenez-vous de la grande popularité du «day trading» (spéculation sur séance) à la fin des années 1990 alors que la bulle techno battait son plein? Combien de gens avaient alors choisi de laisser leur emploi à temps plein pour se dévouer entièrement au «day trading»? Il y en a eu plusieurs et malheureusement, je ne crois pas que ça se soit bien terminé pour la grande majorité d’entre eux.

5- Une mauvaise sélection de titres. Investir dans des sociétés en démarrage, dans des titres à la mode, dans des sociétés très endettées ou qui perdent encore beaucoup d’argent appelle à l’échec éventuel. Surtout lorsqu’on ne sait pas trop ce qu’on fait et qu’en plus on ne diversifie pas adéquatement son portefeuille.

6- Une prudence excessive par rapport à son âge. L’objectif de tout investisseur à long terme devrait être au moins de conserver son pouvoir d’achat – c’est-à-dire d’obtenir des rendements qui surpasseront au moins l’inflation. Si vous placez une grande partie de vos économies dans des CPG, dans des obligations ou, pire, si vous les gardez en liquidités à la banque, il y a de fortes chances pour que vous ne battiez pas l’inflation à long terme. Pensez-y, si votre pouvoir d’achat s’effrite de 1% par année (ce qui est le cas si votre rendement après impôt est inférieur de 1% au taux d’inflation), votre pouvoir d’achat aura diminué de près de 30% après 20 ans et de près de moitié après 40 ans.

Cet exercice en était un d’«inversion». En toute logique, si vous voulez réussir en tant qu’investisseur et faire fructifier votre fonds de pension, faites le contraire de ce que j’ai écrit plus haut: n’utilisez pas le levier, diversifiez bien votre portefeuille, investissez pour le long terme, minimisez les transactions, choisissez bien chacun de vos titres et favorisez les actions pour le long terme.

Philippe Le Blanc, CFA, MBA

 

Blogues similaires

Le plancher au deuxième trimestre, selon les pros

BLOGUE.107 pros sondés par la Banque Scotia ont commencé à racheter des actions, même si le plancher n'est pas arrivé.

Le dividende n'est pas une bouée de sauvetage

BLOGUE INVITÉ. Vous pourriez obtenir quelque chose qui pourrait ne pas être là lorsque la crise sera passée.