Les valeurs qui ont permis à Sam Walton de bâtir Wal-Mart

Publié le 08/05/2015 à 13:17

Les valeurs qui ont permis à Sam Walton de bâtir Wal-Mart

Publié le 08/05/2015 à 13:17

(Photo: Bloomberg)

Je suis en train de lire l’ouvrage « Made In America » de Sam Walton dans lequel il relate l’histoire du développement de Wal-Mart, depuis ses débuts en Arkansas jusqu’en 1992, année où M. Walton écrit ce livre et alors que son entreprise trône au sommet des sociétés les plus florissantes du secteur du commerce de détail.

Je ne peux m’empêcher de penser qu’on a besoin de plus de personnages tels que Sam Walton au Québec et au Canada. De vrais entrepreneurs qui partent de pratiquement rien et qui créent des entreprises qui révolutionnent leur secteur, qui créent des milliers d'emplois, qui trouvent une manière de mieux servir la population et qui enrichissent leurs actionnaires. De fait, les plus grands bénéficiaires de la vision de Wal-Mart sont sans doute les consommateurs qui profitent aujourd’hui de prix plus bas sur la plupart des produits courants.

J’ai noté au fil de ma lecture les qualités et pratiques qui ont fait le succès de Sam Walton et qui peuvent à mon avis être adoptées par tout entrepreneur et dirigeant d’entreprise. En tant qu’investisseur, voilà les qualités que je recherche chez les dirigeants d’entreprises!

- Toujours expérimenter. M. Walton n’était jamais satisfait du statu quo. Il cherchait constamment à enrichir son offre de marchandises, à améliorer le service offert à ses clients ou à obtenir de meilleurs prix pour ces derniers. Bien qu’elle l’ait amené à commettre certaines erreurs, cette façon de faire lui a surtout permis d’innover, de se démarquer de ses concurrents et éventuellement de dominer le segment des magasins à escompte.

- Être frugal. M. Walton était reconnu pour ne pas dépenser un sou inutilement. Par contre, il n’a pas hésité à investir constamment pour faire croître son entreprise, que ce soit en ouvrant sans cesse de nouveaux magasins ou en étant un des premiers à investir dans des équipements informatiques. «Chaque fois que Wal-Mart dépense un dollar inutilement, il sort directement des poches de nos clients. Chaque fois que nous leurs faisons économiser un dollar, cela nous fait gagner un pas sur notre compétition.»

- Penser avant tout au client. M. Walton était obsédé par une chose: obtenir de meilleurs prix pour ses clients. Il cherchait sans cesse à obtenir de meilleures conditions de la part de ses fournisseurs afin d’offrir des prix imbattables à ses clients.

- Apprendre de ses erreurs. Dès les débuts de Wal-Mart, M. Walton a instauré la tradition d’avoir un meeting avec ses employés chaque samedi matin. C’était l’occasion de discuter de tous les aspects des affaires de Wal-Mart mais surtout de se critiquer, de parler de ses erreurs et surtout de la meilleure manière de les corriger.

- Penser à long terme. Même si l’entreprise était plutôt mal organisée à ses débuts, M. Walton mentionne qu’il «n’a jamais pensé à court terme.» Il a toujours eu pour objectif de créer la meilleure organisation de vente au détail possible.

- Avoir la passion de la compétition. M. Walton était un compétiteur né et un véritable gagnant. «Je n’ai jamais pensé que je pourrais perdre; c’était comme si j’avais un droit de gagner.»

- Avoir du plaisir. «J’ai aimé le monde du commerce de détail dès le premier jour et je l’adore tout autant aujourd’hui.»

- Apprendre sans cesse (souvent de ses compétiteurs). Sam Walton a constamment visité les magasins de ses compétiteurs afin de leur «emprunter» leurs meilleures idées, même en voyage avec sa famille.

M. Walton a été un grand entrepreneur et un grand dirigeant du 20ème siècle. Son livre est à lire et ses enseignements sont à suivre.

Philippe Le Blanc, CFA, MBA

À propos de ce blogue : Philippe Le Blanc est président et gestionnaire de portefeuille chez COTE 100, une boutique de gestion de patrimoine. Il est également éditeur de la Lettre financière COTE 100, publiée depuis 1988.

 

Blogues similaires

La Bourse attend le prochain déclic

BLOGUE. Les bonnes données économiques et la Fed rassurent mais le test des profits et du conflit commercial approchent.

WeWork: le marché peut-il faire confiance à cette Licorne?

BLOGUE INVITÉ. La confiance trahie est difficile à réparer!